L'écrivain Amos Oz est mort | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec AFP, le 28.12.2018 à 16h37 (mis à jour le 28.12.2018 à 17h03) Disparition

L'écrivain Amos Oz est mort

Photo C. HÉLIE/GALLIMARD

L'auteur d'Une histoire d'amour et de ténèbres est mort à l'âge de 79 ans.

L'écrivain israélien Amos Oz, ardent défenseur de la paix dont le roman autobiographique Une Histoire d'amour et de ténèbres (Gallimard, 2004) avait connu un succès mondial, s'est éteint vendredi à l'âge de 79 ans, a annoncé sa fille.

L'écrivain est décédé à la suite d'un cancer, a déclaré Fania Oz-Salzberger sur Twitter, remerciant "ceux qui l'ont aimé".
 

Depuis son premier roman, Mon Michaël, paru en 1966 (et réédité chez Gallimard en 1995), il a écrit une œuvre dense de 25 romans et recueils de nouvelles, s'aventurant même dans les contes (Soudain dans la forêt profonde, 2006), en plus de quelques essais, dont son plus récent ouvrage, Chers fanatiques: trois réflexions (Gallimard, octobre 2018).

Dans un entretien à Livres Hebdo paru en 2016, à l'occasion de la sortie de son roman Judas (Gallimard), il rappelait ses racines et son goût pour les histoires: "Il est vrai que j’en inventais avant même de savoir lire et écrire. C’était la seule façon d’impressionner les filles. L’appartement familial était rempli de livres jusque dans la salle de bain. J’ai grandi entre les récits de mon père, enseignant, et ma mère, une formidable conteuse. Il n’y a pas que les écrivains qui aiment ça. C’est un besoin humain, au même titre que le rêve. Il est plus ancien que la littérature. La façon de se raconter des histoires, à soi-même ou aux autres, est ce qui nous distingue des animaux."

Amos Klausner, dit Amos Oz, a vu le jour à Jérusalem le 4 mai 1939 dans une famille d'origine russe et polonaise. Salué à ses débuts comme le "Camus israélien", l'écrivain, un fervent militant de la paix avec les Palestiniens, avait dénoncé ces dernières années la politique du Premier ministre Benjamin Netanyahu, protestant contre ce qu'il a qualifié d'"extrémisme croissant" du gouvernement. De par son éducation, Amos Oz avait gardé une distance tant avec le sionisme qu'avec la religion.

Parmi les intellectuels les plus influents de son pays, proche de la gauche, engagé pour la paix, il a longtemps plaidé pour la séparation en deux Etats comme solution au conflit israélo-palestinien.

La mort d'Amos Oz est "une perte pour nous tous et pour le monde", a déclaré le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon.



Lauréat du prestigieux prix Goethe 2005 en Allemagne, il avait aussi reçu le prix d'Israël de littérature en 1998, le Femina étranger en 1988, le prix Méditerranée (étranger) en 2010 et le prix Franz Kafka en 2013. Officier des Arts et des Lettres en France, son œuvre a été consacrée par le Prix Prince des Asturies en 2007.

Marié et père de trois enfants, Amos Oz était très apprécié par les Israéliens de tous bords, notamment pour son humour, même si ses prises de positions déclenchaient parfois les passions. Tantôt adulé, tantôt détesté, ce monument de la littérature israélienne, amoureux des livres - "Heureusement qu’il n’y a pas de loi sur le harcèlement littéraire" - rêvait sans doute d'un monde sans frontières. Lui espérait simplement: "Si mes livres parviennent à ouvrir de nouvelles fenêtres dans le cœur des gens, je serai très heureux."
close

S’abonner à #La Lettre