L'écrivain russe Edouard Limonov est mort | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec AFP, le 17.03.2020 à 19h30 (mis à jour le 18.03.2020 à 08h39) Disparition

L'écrivain russe Edouard Limonov est mort

Edouard Limonov

L'activiste sulfureux, passé des bas-fonds new-yorkais à la politique russe, a été le héros du roman d'Emmanuel Carrère. Il est mort à l'âge de 77 ans.

L'écrivain et militant politique russe Edouard Limonov est mort mardi 17 mars à Moscou à l'âge de 77 ans, a annoncé son parti "Autre Russie" dans un communiqué.

Le député communiste Sergueï Chargounov a expliqué à l'agence de presse TASS: "Jusqu'au bout, il gardait le contact et discutait, on pouvait lui écrire. Il avait l'esprit clair et était en bonne santé".

En France, il avait bénéficié d'un important regain d'attention après la parution chez P.O.L, en 2011, du roman Limonov par l'écrivain Emmanuel Carrère. A travers le personnage de Limonov et ses pérégrinations de l'Ukraine à New York, en passant par la France, les Balkans et la Russie, l'écrivain dépeignait une fresque du monde contemporain depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le roman avait été distingué par le prix Renaudot 2011, le prix des Prix 2011 et le prix européen de Littérature 2013.

Controversé

Edouard Limonov est notamment célèbre pour une série de romans sulfureux narrant son exil aux Etats-Unis, du temps de l'URSS, dans les années 1970. Dans les années 1980, il avait vécu à Paris et participé à plusieurs revues littéraires. Retourné en Russie dans les années 1990, après la chute de l'Union soviétique, Edouard Limonov avait fondé un parti d'opposition "national-bolchévique" et y avait activement milité. Il avait également rejoint des groupes nationalistes proserbes pendant les guerres en ex-Yougoslavie, s'attirant de nombreuses critiques. Plus récemment, il avait soutenu l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou, en 2014. Ses livres avaient d'ailleurs été interdits en Ukraine suite à ces positions.

Voyou, poète, activisite sulfureux, misérable, punk, opposant à Gorbatchev comme à Poutine, le controversé Edouard Limonov laisse  une œuvre prolifique et éclectique: Le poète russe préfère les grands nègres (Ramsay, 1980), Journal d'un raté (Albin Michel, 1982), Histoire de son serviteur (Ramsay, 1984), Autoportrait d'un bandit dans son adolescence (Albin Michel, 1985), Écrivain international (Dilettante, 1987), La grande époque (Flammarion, 1989), La sentinelle assassinée : journal dissonant (L'âge d'homme, 1995), Mes prisons (Actes sud, 2009), Le petit salaud (Albin Michel, 2011), L'Excité dans le monde des fous tranquilles (Bartillat, 2012), Le Livre de l’eau (Bartillat, 2014), Kiev Kaputt (La manufacture de livres, 2017), Et ses démons (Bartillat, 2018)...
 
close

S’abonner à #La Lettre