Classement

Les 200 premiers éditeurs français

Les dix principaux groupes.Chiffre d’affaires 2013 en millions d’euros. Le groupe d’édition juridique Lefebvre Sarrut s’impose derrière les trois principaux groupes généralistes. - Photo © LIVRES HEBDO 2014

Les 200 premiers éditeurs français

Marqué par de très nombreuses baisses de chiffre d’affaires, le 18e classement Livres Hebdo de l’édition française porte les stigmates d’une conjoncture économique défavorable. Il répertorie 222 sociétés affichant pour 2013 un chiffre d’affaires supérieur à un million d’euros. Elles correspondent à 144 groupes et maisons d’édition indépendantes, qui représentent une activité de 6,3 milliards d’euros en France et à l’étranger.

J’achète l’article 15 €

Par Fabrice Piault,
Créé le 10.10.2014 à 00h00,
Mis à jour le 13.10.2014 à 17h21

Si de nombreuses entreprises d’édition, surtout parmi les plus grosses, parviennent à préserver leur rentabilité, la crise économique a incontestablement frappé le secteur en 2013. Plus de la moitié des sociétés répertoriées dans notre 18e classement annuel Livres Hebdo de l’édition française affichent une contraction de leur activité. Ces 222 sociétés ayant réalisé en 2013 un chiffre d’affaires supérieur à un million d’euros et correspondant à 144 groupes et maisons d’édition indépendantes (contre 137 en 2012, mais 150 en 2011 et même 166 en 2009), cumulent un chiffre d’affaires, réalisé en France et à l’étranger, de 6,3 milliards d’euros. Ce dernier, en recul de 2,5 %, était de 6,5 milliards d’euros pour 2012, et de près de 6,8 milliards en 2011.

Effritement

Au total, les dix principaux groupes (voir graphiques ci-contre) cumulent pour 2013 un CA de 5 milliards d’euros, presque équivalent à celui de l’année précédente. Mais cette stabilité ne s’explique que par le nouveau bond spectaculaire du groupe d’édition juridique Lefebvre Sarrut, qui se hisse du 6e au 4e rang, et dans une moindre mesure par les développements de Média-Participations et d’Albin Michel. Symptomatiquement, les sept autres géants du secteur affichent une stagnation, un effritement voire un recul de leur activité. La part des dix premiers groupes dans le chiffre d’affaires de l’ensemble des éditeurs classés dans notre Top annuel ne s’élève de 77,1 % pour 2012 à 78,9 % pour 2013 qu’en raison des contre-performances plus importantes encore des autres maisons.

Notre classement 2014 enregistre pourtant les beaux succès de plusieurs entreprises. Outre Lefebvre Sarrut, le groupe de distribution et d’édition spécialisé ETAI connaît une belle progression. Il en va de même pour Hachette Collections, la filiale fascicules internationale d’Hachette Livre ; Actes Sud, dont le chiffre d’affaires se trouve conforté par le rachat de Payot & Rivages en janvier 2013 ; Fleurus (Média-Participations), renforcé par les Editions nationales du permis de conduire ; J’ai lu, Auzou, Bamboo ou RMN-Grand Palais. Les best-sellers de l’année ont aussi dopé les performances de Lattès, Albert-René et Hugo & Cie, entre autres maisons.

Cependant, sur un plan global, aucun secteur éditorial ni aucune catégorie d’éditeurs n’a vraiment échappé au raidissement des marchés, qui touche à des degrés divers aussi bien les éditeurs scolaires et universitaires que les maisons de littérature, de bande dessinée ou d’ouvrages pratiques, et même de livres pour la jeunesse, pourtant le segment qui résiste le mieux en librairie. Tout juste peut-on enregistrer les bonnes progressions d’éditeurs de poche et de maisons qui se consacrent au développement personnel. Un révélateur ?

La répartition du chiffre d’affaires 2013

© Livres Hebdo 2014

Seuls les éditeurs de notre classement sont représentés. Ils réalisent au total 6,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France et à l’étranger.

Notes sur le classement des éditeurs 2014

La branche édition de Lagardère, qui affiche pour 2013 un léger effritement de son chiffre d’affaires (- 0,5 %) et une petite contraction du nombre de ses salariés, à 6 935 (- 2,4 %), demeure le 6e éditeur mondial. Il se classe même au 3e rang si l’on ne prend en compte que ses champs d’activité dont la littérature générale (42 %), l’éducation (16 %), la jeunesse et l’illustré (15 %), les fascicules (11 %), la référence (4 %) et la distribution (12 %). Hachette Livre déploie dans 25 pays une production annuelle de plus de 16 000 titres. Le groupe réalise hors de France 63 % de son chiffre d’affaires (Amérique du Nord : 23 % ; Royaume-Uni et Australie : 21 % ; Espagne et Amérique latine : 8 % ; fascicules et divers : 11 %). En France, le groupe est leader dans l’éducation (25 % du CA), la référence et le pratique (cuisine, tourisme, santé…). Il est puissant en littérature générale, jeunesse, beaux livres et art, fascicules, avec plusieurs filiales répertoriées plus bas : Hachette Collections (fascicules), Larousse, Hatier, LGF (Le Livre de poche, dont Albin Michel détient 40 % et qui contrôle Audiolib (livres audio)), Harlequin (50 %), Dunod (dont Armand Colin), Lattès, Grasset, Didier, Fayard, Foucher, Albert-René, Calmann-Lévy, Pika, Rageot, Hazan, Stock, Les 2 Terres. A l’étranger, Hachette est numéro un en Grande-Bretagne, Australie et Nouvelle-Zélande dans l’édition généraliste (hors technique et professionnel) via Hachette UK (Hodder Headline, Octopus, Orion, Little, Brown UK, Hachette Children’s Books, ainsi que Galore Park et Quercus, successivement rachetés en 2013 et en 2014). Aux Etats-Unis, où il a repris Hyperion en 2013, Hachette Book Group (Grand Central ; Little, Brown) se situe dans le Top 5 de l’édition. Hachette España (Anaya, Bruño, Salvat) est un poids lourd en Espagne et en Amérique latine.

Filiale du numéro un espagnol Planeta, Editis est implanté en éducation, référence, littérature générale, jeunesse, illustré. Le groupe ne communique pas et ne dépose pas les données de ses filiales : Place des éditeurs (Acropole, Belfond, Hemma, Hors Collection, Langue au chat, Lonely Planet (licence), Omnibus, Le Pré-aux-Clercs, Presses de la Cité, Solar) ; Univers Poche (Pocket, 10/18, Fleuve noir, Kurokawa, Langues pour tous, 12/21) ; Nathan (dont Bordas, Le Robert, Retz, Clé International) ; Laffont (dont Julliard, Nil, Seghers, "Bouquins") ; Edi8, créé en 2013 (Plon, Perrin, Presses de la Renaissance, First, Gründ, Les Escales, Le Dragon d’or, Tana), La Découverte, Le Cherche Midi, Sonatine (dont Super 8), XO/Oh ! éditions, Paraschool et le diffuseur distributeur Interforum.

Le groupe contrôlé par Antoine Gallimard détient l’ensemble des actifs issus du groupe Gallimard et du groupe Flammarion, qu’il a racheté en septembre 2012 à l’italien RCS, à savoir Flammarion SA (avec J’ai lu/Librio (dont Hachette détient 35 %), Arthaud, Aubier, Autrement, Climats, Maison rustique, Père Castor, Pygmalion), Casterman (dont KSTR), Audie/Fluide glacial, les éditions Gallimard (dont Folio, la "Bibliothèque de la Pléiade", Quai Voltaire, Verticales, Joëlle Losfeld, Alternatives, Bleu de Chine), Gallimard Jeunesse, Gallimard Loisirs (guides), Denoël, Mercure de France, P.O.L (87 %), La Table ronde, Futuropolis et Les Grandes Personnes. Madrigall détient aussi des participations minoritaires chez Hoëbeke (49 %), Télémaque (10 %) et les Presses universitaires de France (18 %), mais il a revendu en août 2013 les parts (50 %) qu’il détenait dans Jungle. Il possède les diffuseurs CDE, Sofédis et Fed (grande distribution), et les distributeurs Sodis et UD.

Contrôlé à 66 % par la famille Lefebvre via la holding Frojal, épaulée par la Banexi (16 %) et les cadres dirigeants (17 %), Lefebvre Sarrut enregistre une nouvelle progression de son chiffre d’affaires et bondit du 6e au 4e rang de l’édition française, avec toujours une forte rentabilité. Le principal groupe français spécialisé, qui compte 2 305 salariés, se concentre sur l’édition juridique avec en France Francis Lefebvre, Editions législatives et Dalloz (dont Sirey, Delmas, L’Argus de l’assurance, Juris Associations), et à l’étranger El Derecho (Espagne), Indicator (Belgique et Royaume-Uni), SDU (Pays-Bas), 50 % d’Ipsoa Francis Lefebvre (Italie) et 50 % de Juris (Allemagne). Il est aussi présent dans la formation avec Elegia, Dalloz formation et CSP Formation (France et Belgique).

Le groupe du président du Syndicat national de l’édition, Vincent Montagne, est contrôlé par la famille Montagne (60 %) avec Axa (19 %), Michelin (14 %), la Caisse des dépôts et CIC Finances. Avec 1 154 salariés, le leader de la bande dessinée européenne (30 % du CA avec Dargaud, Dupuis, Le Lombard, Kana, Urban Comics) est aussi présent en livres illustrés, jeunesse, religieux et pratique (15 % avec Fleurus, Mame, Edifa, Desclée, Tardy, Mango, Rustica, Chronique, Huginn & Muninn). La diffusion-distribution et les services (Média Diffusion, MDS, etc.) représentent 20 % du CA ; l’audiovisuel et le numérique (Ellipsanime, Dargaud Media, Dupuis Audiovisuel, Citel, Mediatoon, Anuman Interactive, etc.), 17 % ; la presse (Famille chrétienne, Magnificat, Rustica, Système D, La Gazette des petits gourmands), 18 %.

Détenu par le fonds d’investissement américain Najafi, le principal club de livres en France possède Le Grand Livre du mois et, au côté de LGF/Le Livre de poche, 25 % de l’éditeur de livres audio Audiolib. Actissia contrôle aussi encore 49 % de la société de distribution du groupe La Martinière (n° 7), Loglibris, ainsi que le site de vente en ligne Chapitre, mais il s’est débarrassé par cessions ou fermetures de magasins de la chaîne de librairies du même nom.

La Martinière est présent en littérature générale avec Seuil, Points, L’Olivier (90 %), Anne-Marie Métailié (80 %), Baker Street, Don Quichotte et, depuis octobre 2014, les éditions du Sous-sol ; livre illustré et art, pratique, jeunesse et BD avec La Martinière, Delachaux et Niestlé, Hermé, Fetjaine, Petit à petit, Le Sorbier. Le groupe contrôlé par la famille Wertheimer (46 %), Hervé de La Martinière (29 %), Tribune Company (5 %) et une quinzaine de petits actionnaires, détient des parts minoritaires chez Tallandier (34 %), Arléa, Esprit et Zulma (6 %). Il est diffuseur et distributeur via Volumen et Loglibris (détenu à 49 % par Actissia, n° 6), et réalise une forte part de son activité aux Etats-Unis (Abrams ; Stewart, Tabori & Chang) et en Allemagne (Knesebeck).

Le groupe familial Albin Michel comprend Albin Michel, Magnard/Vuibert (dont Delagrave, Casteilla et Librairie des écoles), 40 % de LGF/Le Livre de poche (contrôlé par Hachette) et le diffuseur-distributeur Dilisco. Il a repris au début de 2014 sept librairies issues de l’ex-chaîne Chapitre dont, à Paris, la librairie Julliard.

La filiale du groupe italien De Agostini produit des fascicules distribués en kiosque et des fichiers vendus par correspondance. Son catalogue de livres illustrés, très minoritaire dans son chiffre d’affaires, est développé sous licence par Glénat (n° 18).

Editeur de livres illustrés spécialisés, notamment dans l’automobile, ETAI diffuse et distribue aussi d’autres éditeurs spécialisés (automobile, aviation, sport, militaire, technique, tourisme).

LexisNexis est la branche française du pôle juridique éponyme du 2e éditeur mondial, l’anglo-néerlandais Reed Elsevier qui, dans l’Hexagone, détient aussi Elsevier Masson (n° 16), mais ne consolide pas son chiffre d’affaires.

Editeur juridique et technique, Lamy appartient au groupe néerlandais Wolters Kluwer, 4e éditeur mondial, qui a par ailleurs revendu en septembre 2013 à Galilée son autre filiale française, tournée vers les professionnels de la santé avec Lamarre, Doin, CDP, Pradel et Arnette.

Leader du marché de l’imagerie, la filiale française du groupe italien est aussi présente dans le manga et les comics.

Le groupe familial basé à Arles est l’un des principaux éditeurs indépendants en littérature générale et livres illustrés (jeunesse, livres d’art, bande dessinée). Actes Sud contrôle Actes Sud Junior, Babel, Papiers, Solin, Sindbad, Photo Poche, Rouergue, Jacqueline Chambon, Hélium, Thierry Magnier, Imprimerie nationale, L’An 2, Errance, Picard, Gaïa (73 %), Textuel (65 %) et, depuis le 1er janvier 2013, Payot & Rivages. Il dispose de participations chez André Versaille (35 %) et aux Liens qui libèrent (30 %).

L’un des principaux éditeurs indépendants en littérature générale et beaux livres, Michel Lafon détient aussi la marque Privé.

Elsevier Masson est en France, où il possède aussi LexisNexis (n° 11), la branche d’édition médicale du groupe anglo-néerlandais Reed Elsevier, 2e éditeur mondial.

Le groupe indépendant d’édition de BD comprend Delcourt (dont le label de mangas Tonkam), Soleil (dont Quadrants), la société de vidéo RG Square, le diffuseur Delsol et 50 % de l’école de BD Académie Brassart Delcourt, lancée en 2014.

Principalement présent en BD, jeunesse et beaux livres (montagne, mer, gastronomie), Glénat (qui a repris en septembre 2013 le catalogue 12bis) détient Vents d’ouest et Treize étrange. Sous licence, le groupe édite les livres d’Atlas (n° 9) et de plusieurs marques de Lagardère Active (Elle, Elle Décoration, Paris Match, Mon jardin & ma maison, Campagne Décoration, Le Journal de la maison, Psychologies). Il édite la revue L’Alpe et est actionnaire de TV8 Mont-Blanc.

Editeur d’ouvrages professionnels (bâtiment, travaux publics, gestion…) et pratiques, le groupe édite sous les marques Eyrolles, Editions d’organisation et GEP, et détient le diffuseur Géodif et la librairie Eyrolles, à Paris.

Le groupe indépendant Revue fiduciaire inclut la revue Les Publications fiduciaires et La Villeguérin.

Le principal éditeur scolaire indépendant détient aussi Le Pommier, Pour la science et Herscher.

Le 40e éditeur mondial, racheté en mai 2014 au groupe canadien Torstar par le groupe américain HarperCollins, se développe en France via une société commune à 50/50 avec Hachette Livre (n° 1).

Editions Bayard (n° 23)

La branche édition de Bayard Presse, implantée en jeunesse, sciences humaines et religion, inclut Milan, répertorié plus bas.

Le groupe indépendant d’édition technique détient Tec & Doc, EMI, Hermès, Synthèse agricole, Médecine sciences publications et les librairies en ligne Lavoisier.fr et e.Lavoisier.fr.

Ex-filiale, au côté de LexisNexis (n° 11) et d’Elsevier Masson (n° 16), du groupe Reed Elsevier sous le nom de Reed Business Information, Intescia est détenue depuis le 31 mai 2013 par les sociétés de capital-investissement Edmond de Rothschild Investment Partners et BNP Paribas Développement. La société d’information professionnelle (Stratégies, Direction[s], Coiffure de Paris, Cosmétique Mag…) comprend dans l’édition ESF (édition professionnelle) et Prat (pratique).

Filiale du groupe des Petites Affiches, Lextenso développe les fonds LGDJ, Montchrestien, Gualino, Defrénois, Joly et Gazette du Palais en droit et en économie-gestion.

La société des Nouvelles éditions de l’Université édite les guides du Petit Futé et détient Publibook, recensée plus bas.

La maison indépendante née dans la référence et le courtage continue de connaître une forte croissance en jeunesse.

Le groupe d’édition et de distribution installé dans le Puy-de-Dôme regroupe De Borée, Ecir, La Burle, Cerise bleue et Feuille bleue.

Le spécialiste des méthodes d’apprentissage de la conduite est, comme Springer Verlag France (n° 54), filiale du groupe allemand Springer, 17e éditeur mondial et numéro deux dans les revues scientifiques, techniques et médicales.

ENI est créateur et éditeur d’outils de formation à l’informatique.

Rosetta Stone (ex-Auralog) est spécialisé dans l’apprentissage des langues.

L’activité de la cellule d’édition du groupe de presse éponyme, filiale de la branche presse de l’allemand Bertelsmann, se développe en direct et par des coéditions. Elle inclut celle des éditions National Geographic.

Leader de la fantasy, l’éditeur indépendant développe aussi la marque de poches et semi-poches sentimentaux Milady.

Hugo & Cie, dont le chiffre d’affaires a été dopé par le succès de Beautiful Bastard, comprend Chifflet & Cie, PEMF (Pédagogie Freinet) et Blanche (érotisme). Il produit notamment dans les secteurs humour, pratique, sport, jeunesse et BD.

Play Bac se développe dans l’édition et la presse ludo-éducative, et les services associés.

Editeur indépendant majeur en BD d’humour, Bamboo développe aussi les catalogues de BD réaliste Grand Angle, et de mangas Doki-Doki.

Les Puf ont été reprises au début de 2014 par l’assureur Scor, qui détient 52,3 % du capital au sein duquel on retrouve la société d’auteurs Libris (23 %), le groupe Madrigall (n° 3) via Flammarion qui distribue son catalogue, et le fonds mutualiste Thôt.

Ellipses est un éditeur universitaire indépendant.

Toujours coiffé par le holding BSA (Beccaria, Sivry et associées), le Groupe du 27 est le nouveau nom de l’entité qui regroupe Les Arènes, L’Iconoclaste et Rolin publications (revues XXI et 6Mois), répertoriés plus bas.

Taschen France est filiale du groupe allemand éponyme, l’un des leaders du livre d’art et du livre illustré.

La Réunion des musées nationaux est le principal éditeur d’art public.

Le groupe édite des livres de spiritualité, ésotérisme, santé, bien-être et développement personnel sous les marques Guy Trédaniel, Le Courrier du livre et Dervy.

La société familiale d’édition médicale détient aussi à Paris la librairie spécialisée Maloine.

Lito est un éditeur indépendant de livres pour la jeunesse.

La société publie des livres et des revues spécialisés dans l’histoire militaire, l’aviation, l’automobile ou encore le modélisme.

La Direction de l’information légale et administrative (Dila) est une direction de l’Administration centrale de l’Etat groupant La Documentation française et les Journaux officiels.

L’éditeur scolaire indépendant se concentre sur la maternelle, le primaire et l’éducation spécialisée.

Propriété de l’ordre des Dominicains, l’éditeur religieux a aussi pour actionnaire le groupe Le Monde.

La filiale française du groupe anglais Pearson, premier éditeur mondial et leader dans l’éducation, édite des livres universitaires et d’entreprise, mais aussi du livre pratique ou du livre technique pour la photo.

La filiale d’édition du quotidien Ouest-France développe un catalogue de livres illustrés, qui inclut les éditions du Chasse-marée, inscrites plus bas. Elle détient 67 % du diffuseur-distributeur Cap Diffusion au côté des éditions Sud-Ouest (n° 101).

Springer-Verlag France est filiale de l’éditeur scientifique allemand Springer, 17e groupe mondial, qui détient aussi dans l’Hexagone les Codes Rousseau (n° 30).

Le groupe de Jean-Daniel Belfond comprend L’Archipel, Ecriture, Presses du Châtelet et Archipoche.

La maison d’édition a pour actionnaire minoritaire Hachette Livre, qui la diffuse.

La société est spécialisée dans le livre audio.

La maison indépendante comprend Mengès (voir plus bas), Tchou et Place des Victoires.

La principale maison d’édition de mangas indépendante a fait une percée en dix ans.

La maison strasbourgeoise est spécialisée dans les ouvrages religieux.

L’éditeur littéraire et de sciences humaines détient à Paris la librairie Compagnie.

Propriété d’Anne Goscinny, Imav se consacre principalement à l’œuvre de René Goscinny, dont les inédits du Petit Nicolas.

Constitué par plusieurs acquisitions, le nouveau groupe fondé par Bruno Nougayrède et Loïc Mérian est à la fois généraliste (Le Rocher) et spécialisé dans les sciences humaines et les spiritualités (DDB, Le Sénevé, François-Xavier de Guibert, Artège).

Piktos, détenu par le distributeur DG Diffusion, se développe particulièrement dans les univers de la santé, du développement personnel et de l’ésotérisme avec 8 marques d’édition : Dangles, Trajectoire, Chariot d’or, Oxus, Delville, Safran, FJP-Le Diouris ainsi que Grancher, repris en septembre 2013.

La filiale du quotidien régional Sud-Ouest détient 33 % de la société de diffusion-distribution Cap Diffusion au côté de Ouest-France éditions (n° 53).

L’éditeur indépendant pour la jeunesse se développe également en bande dessinée.

La maison d’édition de livres pratiques et illustrés appartient à SDP-Le Livre club.

L’éditeur de sciences humaines développe parallèlement la plateforme de vente de livres numériques aux bibliothèques Numérique livres.

F. P.

Croissances : merci pour ce bon plan

Les aventures du Petit Nicolas en livre et en film ont propulsé Imav en tête du palmarès des meilleures croissances 2013. - Photo SEMPÉIMAV ED.

Et les gagnants sont… Imav, la maison d’Anne Goscinny, grâce au succès renouvelé du Petit Nicolas sur papier et sur écran ; Lattès, porté par le raz de marée Fifty shades et le dernier Dan Brown ; et Albert-René, dopé par la relance d’Astérix avec de nouveaux auteurs qui ont placé Astérix chez les Pictes en tête des ventes de livres de 2013. Cette année encore, le succès d’un titre bien choisi et bien conduit jusqu’à son public explique la plupart des plus fortes croissances de chiffre d’affaires. Comme Erik Orsenna, Marcela Iacub (Belle et Bête) a contribué à celle de Stock, et Tracy Chevalier à celle de La Table ronde ; Kero bénéficie de l’écho du Dictionnaire de Laurent Baffie ; Hugo & Cie surfe sur la vague Beautiful bastard.

Mais plus structurellement, notre palmarès fait ressortir l’émergence, à travers plusieurs acquisitions, du groupe religieux et généraliste Artège ; l’intégration dans Fleurus d’ENPC (Editions nationales du permis de conduire) ; et le nouveau bond du groupe Lefebvre Sarrut par croissance interne et acquisitions à l’étranger.

Baisses : des passages à vide

Le tableau des plus fortes baisses d’activité répertorie toujours des éditeurs de littérature qui, tels Grasset, de Fallois ou Héloïse d’Ormesson, subissent le contrecoup logique de leurs succès atypiques de l’année précédente. Mais cette fois, il est surtout marqué par les impacts plus structurels de la conjoncture économique. En tête des baisses, l’éditeur de jeunesse Chantecler a finalement été placé en liquidation judiciaire en janvier 2014. Panini est touché par la perte de son contrat d’édition du catalogue de l’américain DC Comics, passé sous le pavillon Urban Comics (Média-Participations). Après des années tourmentées, l’éditeur religieux et de sciences humaines DDB a été intégré au printemps dernier au nouveau groupe Artège. Les éditions de La Martinière sont victimes des difficultés du marché du beau livre qui les ont conduites à supprimer plusieurs postes, Jean de Bonnot subit celles de la vente directe, Pearson celles du marché éducatif, Tonkam le tassement du marché du manga, tandis que Fluide glacial a connu des turbulences internes.

Rentabilité : vive la spécialisation !

Editions législatives, LexisNexis, Francis Lefebvre, groupe Lefebvre Sarrut, groupe Revue fiduciaire… On retrouve d’abord parmi les plus fortes rentabilités les éditeurs spécialisés sur les marchés professionnels ou académiques. Mais la spécialisation apparaît également comme un atout pour la marge bénéficiaire dans d’autres secteurs, à commencer par les spiritualités et le développement personnel (Courrier du livre et Guy Trédaniel, Alain Labussière, Piktos).

Onze des éditeurs ou groupes d’édition figurant cette année dans notre palmarès des plus fortes rentabilités y étaient déjà présents l’an dernier. En revanche, celui-ci confirme que rentabilité et croissance ne sont pas forcément liées puisque seul cinq des éditeurs les plus rentables (Imav, Jaguar, Le Dilettante, Lefebvre Sarrut, Archipoche) s’inscrivaient aussi parmi les plus fortes hausses de CA. Deux des éditeurs les plus rentables (DDB, de Fallois) figurent même dans le tableau des plus fortes… baisses.

Etrangers : une extrême stabilité

Si la hiérarchie entre les filiales françaises des groupes étrangers se trouve bousculée à la marge, le panorama de la présence éditoriale étrangère en France demeure semblable à lui-même d’une année sur l’autre. Plusieurs groupes spécialisés importants affichent une activité en retrait tels France Loisirs, Atlas, Lamy, Panini, LexisNexis ou Elsevier Masson. Chantecler ne devrait plus figurer l’an prochain dans notre classement puisqu’il a été placé en liquidation judiciaire en janvier dernier.

A noter cependant un changement de (co)propriétaire : depuis mai 2014, ce n’est plus le canadien Torstar mais l’américain HarperCollins qui détient Harlequin, dont la moitié d’Harlequin France aux côtés d’Hachette Livre.

En termes de chiffre d’affaires, les principaux investisseurs étrangers en France sont, dans l’ordre, l’Espagne, les Etats-Unis, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Méthodologie

Cette 18e édition du classement des 200 premiers groupes et maisons d’édition en France s’appuie, comme les précédentes (1), sur les données recueillies par retour de questionnaires, les interrogations de bases de données juridiques, les rapports annuels et greffes de tribunaux de commerce. Elle a été réalisée avec la collaboration de Stéphane Demazure (agence Issue de secours) et des bases de données permettant de consulter en ligne les comptes des entreprises (liasses fiscales).

Le paramètre servant de critère de classement est le chiffre d’affaires comptable hors taxes indiqué au bilan de l’exercice 2013. Seuls bénéficient d’un rang de classement les groupes ou entités indépendantes, ou ceux dont les maisons mères sont à l’étranger. Les filiales apparaissent mais ne bénéficient pas d’un rang de classement. Les filiales ou départements de diffusion et de distribution dont disposent certains groupes ou maisons indépendantes ont été pris en compte dans les CA consolidés.

Lorsque les sociétés n’ont pas répondu, elles ont été classées, sans rang de classement, avec leur chiffre d’affaires de l’année précédente. Certains éditeurs dont les comptes ne sont pas déposés au greffe du tribunal ou qui n’ont pas souhaité les communiquer sont absents du classement.

(1) Le classement de l’année précédente a été publié dans LH 969 du 11.10.2013, p. 14-22.



Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités