Classement 2017

Les 200 premiers éditeurs français

Le siège d’Hachette Livre, à Paris. - Photo O. DION

Les 200 premiers éditeurs français

Le 21e classement Livres Hebdo de l’édition française, portant sur les bilans 2016, répertorie 196 sociétés réalisant plus de 1 M€ de chiffre d’affaires et relevant de 111 groupes et maisons indépendantes. A près de 6 milliards d’euros réalisés en France et à l’étranger (+ 3,7 %), leur activité progresse pour la première fois depuis cinq ans grâce à la résistance des marchés et à la réforme des programmes scolaires.

J’achète l’article 9 €

Par Fabrice Piault,
Créé le 16.06.2017 à 00h00,
Mis à jour le 16.06.2017 à 07h35

Alors que les ventes de livres au détail sont restées stables en 2016 (1), les 200 premiers éditeurs français ont, eux, plutôt bien achevé l’année. Etabli sur la base des données de 2016 (voir "Méthodologie"), notre 21e classement annuel Livres Hebdo de l’édition française répertorie 196 éditeurs réalisant un chiffre d’affaires d’au moins un million d’euros. Relevant de 111 groupes ou maisons indépendantes, ils représentent au total un volume d’activité, en France et à l’étranger, de 5,955 milliards d’euros, contre 5,744 un an plus tôt. C’est la première fois depuis cinq ans qu’il s’inscrit en hausse (+ 3,7 %). Une croissance qui tient autant à la bonne résistance des marchés qu’au coup de pouce apporté par la réforme massive des programmes scolaires. Introduite à la dernière rentrée, celle-ci permet à des entreprises comme Editis (qui détient notamment Nathan et Bordas), Hatier, Magnard-Vuibert ou Belin d’afficher de belles hausses de chiffre d’affaires.

Dans le même temps, le paysage éditorial se révèle relativement stable. Alors que le nombre d’entreprises réalisant un chiffre d’affaires d’au moins un million d’euros est tombé de 222, relevant de 144 groupes en 2013, à 197, ne représentant plus que 110 groupes en 2015, ce nouvel équilibre reste peu ou prou équivalent en 2016. De même, alors que la part des 10 premiers groupes dans le chiffre d’affaires total des 200 premiers éditeurs n’a cessé d’augmenter les années précédentes, de 77,1 % en 2012 à 87,5 % en 2015, elle se tasse, à 86,9 % en 2016.

Cela n’empêche pas la majorité de ces 10 leaders de l’édition française d’afficher de belles progressions. Tandis que Madrigall présente une activité stable, le chiffre d’affaires de France Loisirs reflète la réorganisation entreprise par le club, celui de La Martinière est impacté par la cession de sa filiale de diffusion-distribution Volumen à Interforum, et celui d’Actes Sud enregistre le contrecoup des spectaculaires succès de la maison en 2015 (Goncourt, Nobel, Charme discret de l’intestin). Mais Hachette, Editis, Lefebvre Sarrut, Média-Participations, Albin Michel et Panini connaissent des croissances qui s’étagent de 2,6 % à 25 %.

Cependant la hiérarchie des 10, comme celle des 200 premiers éditeurs français, n’évolue que très marginalement à un an d’intervalle. De même, la progression globale du chiffre d’affaires des entreprises classées n’est pas entachée par des distorsions particulières. Seuls 42 des 111 groupes ou maisons indépendantes répertoriés présentent des baisses d’activité, contre 69 qui s’inscrivent en hausse ou restent stables. En outre, les baisses, souvent liées à l’irrégularité du succès en littérature générale, n’affectent pas plus les petites maisons que les grands groupes, et ne se traduisent pas forcément par un recul de la rentabilité. Pour l’essentiel de l’édition, en dépit d’un contexte très incertain, 2016 restera comme une année plutôt paisible.

Les dix principaux groupes d’édition

* RELX Group : LexisNexis (CA 2015) plus Elsevier Masson (CA 2016). © Livres Hebdo 2017 - Chiffre d’affaires 2016 en millions d’euros

Editis et Albin Michel progressent fortement et le second gagne une place au Top 10 des principaux groupes, dont les grands équilibres demeurent toutefois inchangés.

La répartition du chiffre d’affaires 2016

© Livres Hebdo 2017

Les 196 éditeurs de notre classement, qui réalisent chacun un chiffre d’affaires annuel d’au moins 1 million d’euros, représentent ensemble une activité de 5,95 milliards d’euros en France et à l’étranger, en hausse de 3,7 % par rapport à 2015.

Nota : le chiffre d’affaires cumulé des éditeurs classés ne doit pas être confondu avec celui de l’ensemble de l’édition française.

(1) Voir notre bilan dans LH 1115, du 3.2.2017, p. 22-24.

Le classement des éditeurs

Hachette Livre (n° 1)

Rachetant Perseus Books aux Etats-Unis, un catalogue scolaire à Singapour et les sociétés d’applications mobiles Neon Play et Brainbow Ltd. au Royaume-Uni, la branche édition de Lagardère a continué de croître en 2016 (+ 2,6 %) avec un résultat opérationnel positif de 208 millions d’euros (+ 5 %). Comptant 7 268 salariés répartis dans 70 pays et plus de 150 marques (17 696 nouveautés en 2016), il s’inscrit au 8e rang de l’édition mondiale (5e hors édition professionnelle) (1). 34 % de son chiffre d’affaires est réalisé en France (770 millions d’euros), 25 % aux Etats-Unis et au Canada, 23 % au Royaume-Uni, où il a racheté l’éditeur de livres numériques Bookouture en mars 2017, et en Australie, 7 % en Espagne et en Amérique latine, tandis que sa division fascicules internationale assure à elle seule 11 % de l’activité. Hors de cette branche fascicules, le groupe se déploie en littérature générale (44 %), éducation (17 %), jeunesse et illustré (13 %), référence (3 %), distribution (11 %) et autres secteurs (1 %). Les produits numériques pèsent 8 % du CA global. En France (2 821 salariés), Hachette Livre est leader en éducation, référence et pratique (cuisine, tourisme, santé…). Il est puissant en littérature générale, jeunesse, beaux livres et art, fascicules, avec plusieurs filiales répertoriées plus bas : Hachette Collections (fascicules), Hatier (dont Foucher), Larousse, LGF (Le Livre de poche), dont Albin Michel (n° 8) détient 40 % et qui contrôle Audiolib (livres audio), Dunod (dont Armand Colin), Fayard, Grasset, Didier, Lattès, Pika, Stock, Rageot, Calmann-Lévy, Hazan, Kero et Albert-René. Le groupe a revendu en avril 2016 au groupe américain HarperCollins sa participation de 50 % dans Harlequin France (n° 18).

Editis (n° 2)

Filiale de Planeta, numéro un de l’édition espagnole, Editis a enregistré en 2016, grâce à ses succès sur le marché scolaire en plein renouvellement et au rachat en juillet 2015 à La Martinière (n° 7) de sa filiale de diffusion-distribution, Volumen, un bond de 13,2 % de son chiffre d’affaires. Le groupe s’est aussi diversifié dans la formation en acquérant en octobre 2016 l’ESLSCA Paris Business School et, le 1er juin, l’EDC Paris Business School. Dans l’édition, il est implanté en éducation, référence, littérature générale, jeunesse, illustré, mais ne communique ni ne dépose les données de ses filiales : Place des éditeurs (Acropole, Belfond, Hemma, Hors collection, Langue au chat, Lonely Planet (licence), Omnibus, Pré aux Clercs, Presses de la Cité, Solar) ; Univers Poche (Pocket, PKJ, 10/18, Fleuve éditions, Kurokawa, Langues pour tous, 12-21) ; Nathan (dont Bordas, Le Robert, Retz, Clé International, Syros, Dæsign) ; Laffont (dont Julliard, Nil, Seghers, "Bouquins", "R") ; Edi8 (Plon, Perrin, Presses de la Renaissance, First, Gründ, 404, Les Escales, Le Dragon d’or, Tana), La Découverte, Cherche Midi, Sonatine (dont Super 8), XO/Oh ! éditions et Paraschool.

Madrigall (n° 3)

Le groupe contrôlé par Antoine Gallimard affiche une activité stable en 2016, où il a revendu la majorité de Audie/Fluide glacial à Bamboo (n° 31). Ses activités éditoriales sont organisées autour de trois branches : Gallimard (dont Folio, la "Bibliothèque de la Pléiade", Quai Voltaire, Verticales, Joëlle Losfeld, Alternatives, Bleu de Chine, Gallimard Jeunesse, Gallimard Loisirs guides, Denoël, Mercure de France, P.O.L (87 %), La Table ronde, Futuropolis, Les Grandes Personnes, Hoëbeke) ; Flammarion, dont J’ai lu/Librio (où Hachette détient 35 %), Arthaud, Aubier, Autrement, Climats, Ombres noires, Maison rustique, Père Castor, Pygmalion ; et Casterman. Le pôle diffusion du groupe comprend Diffusion Gallimard, Diffusion Flammarion, CDE et Fed (grande distribution), ainsi que la Sofédis. Le pôle distribution est composé de Sodis et UD. Madrigall détient aussi la majorité de la plateforme de distribution numérique Eden Livres (à laquelle participent La Martinière et Actes Sud), une dizaine de librairies et des participations minoritaires chez Sarbacane (49 %), Télémaque (10 %) et les Presses universitaires de France.

Lefebvre Sarrut (n° 4)

Le principal groupe français spécialisé, présent dans l’édition juridique et fiscale avec 2 223 salariés, affiche une progression sensible de son chiffre d’affaires en 2016 (+ 5,7 %), et toujours une forte rentabilité. Il est détenu à 77 % par la famille Lefebvre via la holding Frojal, et à 23 % par le groupe familial Sarrut. Lefebvre Sarrut comprend en France Francis Lefebvre, les Editions législatives et Dalloz (dont Sirey, Delmas, L’Argus de l’assurance, Juris), classés plus bas, et à l’étranger El Derecho (Espagne), Indicator (Belgique et Royaume-Uni), SDU (Pays-Bas), Ipsoa Francis Lefebvre (Italie, 50 %) et Juris (Allemagne, 50 %). Le groupe est aussi présent dans la formation avec Elegia, Dalloz formation et CSP Formation (France et Belgique).

Média-Participations (n° 5)

Le groupe du président du Syndicat national de l’édition, Vincent Montagne, contrôlé par la famille Montagne (60 %) avec Axa (19 %), Michelin (14 %), la Caisse des dépôts et CIC Finances, a renoué avec la croissance en 2016. Avec 1 095 salariés, le leader de la bande dessinée européenne (31 % du CA avec Dargaud, Dupuis, Le Lombard, Kana, Urban Comics, Urban China (50 %), Blake et Mortimer, Lucky Comics) est aussi présent en livres illustrés, jeunesse, religieux et pratique (16 % avec le groupe Fleurus, dont Fleurus, Mame, Edifa, Desclée, Tardy, Rustica, Mango, ENPC, Vagnon, Little Urban, Huginn & Muninn, Chronique, Mediatoon et, depuis juin 2017, Editions 365). La diffusion-distribution et les services (Média Diffusion, MDS, Régie Média Passions, Pluriad) représentent 22 % du CA ; l’audiovisuel et le numérique (Ellipsanime, Belvision, Storimages, Dargaud Media, Dupuis Audiovisuel, Dreamwall, Keywall, Citel-Kana Home Video, VF Films Production, Mediatoon international distribution, Anuman Interactive, Mediatoon interactive et, en partenariat, Gravity Europe et Izneo), 15 % ; la presse (Rustica, Système D, La Gazette des petits gourmands, Famille chrétienne, Magnificat et l’agence de presse religieuse I. Media, entre autres), 16 %.

France Loisirs (n° 6)

Le principal club de livres en France possède aussi Le Grand Livre du mois. Il est détenu par Actissia, propriété depuis mars 2015 du fonds d’investissement International Technology Solutions (ITS), détenu par Adrian Diaconu et basé au Luxembourg. Actissia est également propriétaire du site de vente en ligne Chapitre.com et de librairies Chapitre en Belgique.

La Martinière Groupe (n° 7)

Désormais privé de sa filiale de diffusion-distribution Volumen, revendue à Interforum (Editis, n° 2) en juillet 2015, La Martinière est éditeur de littérature générale avec Seuil (dont Points, L’Olivier (90 %), Anne-Marie Métailié (80 %), Don Quichotte et les éditions du Sous-sol) ; livre illustré et art, pratique et jeunesse avec les éditions de La Martinière, La Martinière Jeunesse, Seuil Jeunesse, Delachaux et Niestlé, Les Sales Gosses. Le groupe, qui revendique 3 274 livres publiés dans l’année, réalise une forte part de son activité aux Etats-Unis (Abrams) et en Allemagne (Knesebeck). Il est contrôlé par la famille Wertheimer (46 %), Hervé de La Martinière (29 %), Tribune Company (5 %) et une quinzaine de petits actionnaires.

Groupe Albin Michel (n° 8)

Le groupe familial Albin Michel bénéficie d’un regain de croissance en 2016. Il comprend Albin Michel, Magnard-Vuibert (dont Delagrave, Casteilla, LT Jacques Lanore, Librairie des écoles, Horay, De Boeck supérieur et le diffuseur-distributeur Dilisco), 40 % de LGF/Le Livre de poche (contrôlé par Hachette, n° 1) et 30 % de Jouvence (n° 57). Il détient aussi sept librairies en France.

Actes Sud (n° 9)

Le groupe familial basé à Arles, et dont l’actuelle ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a été la présidente, est l’un des principaux éditeurs indépendants en littérature générale et livres illustrés (jeunesse, livre d’art, bande dessinée). Actes Sud contrôle Payot & Rivages, Actes Sud Junior, Babel, Papiers, Solin, Sindbad, Photo Poche, Rouergue, Jacqueline Chambon, Hélium, Thierry Magnier, Imprimerie nationale, L’An 2, Errance, Picard, Gaïa (73 %), Textuel (65 %), Inculte (63 %) et Cambourakis (60 %). Il dispose d’une participation de 30 % chez Les Liens qui libèrent.

Panini France (n° 10)

La filiale française du groupe italien éponyme, leader du marché de l’imagerie, est aussi présente dans le manga et les comics.

Michel Lafon Publishing (n° 11)

Un des principaux éditeurs indépendants en littérature générale et beaux livres, Michel Lafon détient aussi la marque Privé.

Groupe Delcourt (n° 12)

Le groupe indépendant d’édition de BD comprend Delcourt (dont le label de mangas Tonkam), Soleil (dont Quadrants), le diffuseur Delsol et 50 % de l’école de BD Académie Brassart Delcourt.

Elsevier Masson (n° 13)

Elsevier Masson est en France, où il possède aussi LexisNexis, la branche d’édition médicale du 3e groupe d’édition mondial, l’anglo-néerlandais RELX Group.

Groupe Glénat (n° 14)

Glénat se développe surtout en BD-mangas-comics, jeunesse, beaux livres et pratique (montagne, mer, vin et gastronomie, patrimoine) avec les marques Glénat, Vents d’ouest, Glénat Jeunesse, Société de Géographie. Sous licence, le groupe publie sous les marques Atlas, Mon jardin ma maison, Le Journal de la maison, Auto-moto, Campagne décoration, Cheval magazine, Psychologies magazine, Le Monde. Il édite les revues L’Alpe et Billebaude (avec la Maison de la chasse), détient deux librairies de BD à Lyon et Grenoble et une galerie à Paris.

Groupe Eyrolles (n° 15)

Le succès de Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano, et plus largement de la ligne d’ouvrages de développement personnel de l’éditeur d’ouvrages professionnels (bâtiment, travaux publics, gestion…) et pratiques lui permet d’afficher une forte croissance en 2016. Le groupe, qui édite sous les marques Eyrolles, Eyrolles Education, Editions d’organisation et GEP, détient aussi le diffuseur Géodif, la librairie Eyrolles (Paris) et la Librairie de Provence (Aix-en-Provence).

Humensis (n° 16)

Constitué en 2016 par le réassureur Scor, le nouveau groupe comprend l’éditeur scolaire Belin et Le Pommier (classés plus bas), les Presses universitaires de France (Puf), Pour la science, Herscher et les toutes nouvelles éditions de l’Observatoire (littérature générale) créées en janvier 2017.

Groupe Revue fiduciaire (n° 17)

Le groupe indépendant Revue fiduciaire inclut la revue Les Publications fiduciaires et La Villeguérin.

Harlequin (n° 18)

Après le retrait en avril 2016 d’Hachette Livre (n° 1), qui détenait 50 % de son capital, la filiale française du groupe américain HarperCollins, 14e éditeur mondial, a été repositionnée sous le nom d’HarperCollins France, qui publie à la fois de la fiction, des récits et des témoignages grand public sous cette marque et des romans sentimentaux sous le label Harlequin.

Editions Bayard (n° 19)

La branche édition de Bayard Presse, implantée en jeunesse, sciences humaines et religion, inclut Milan, répertorié plus bas.

Groupe du 27 (n° 20)

Détenu par la holding BSA (Beccaria, Sivry et associées), le Groupe du 27 regroupe Les Arènes, L’Iconoclaste et Rolin publications (revues XXI et 6 Mois), répertoriés plus bas.

Hugo & Cie (n° 21)

Hugo & Cie, dont Chiflet & Cie et Hugo-Desinge, se développe dans les secteurs du roman populaire, de l’humour, du pratique, du sport, de la jeunesse et de la BD.

Lextenso (n° 22)

Filiale du groupe des Petites Affiches, Lextenso est présent dans les secteurs du droit et de l’économie-gestion avec les marques LGDJ, Montchrestien, Gualino, Defrénois, Joly et Gazette du Palais.

Auzou (n° 23)

L’éditeur indépendant de livres pour la jeunesse publie quelque 130 nouveautés par an et connaît un gros essor à l’international.

Groupe Trédaniel (n° 24)

Le groupe édite des livres de spiritualité, ésotérisme, santé, bien-être et développement personnel sous les marques Guy Trédaniel, Le Courrier du livre, Exergue et Dervy-Médicis.

Infopro Digital (n° 25)

Seule prise en compte ici, la branche édition du grand groupe d’information professionnelle (Le Moniteur, LSA, etc.) comprend les éditions du Moniteur, ETAI, Territorial et les éditions de l’Argus, toutes répertoriées plus bas.

Prisma éditions (n° 26)

L’activité d’édition du groupe de presse éponyme, filiale de la branche presse de l’allemand Bertelsmann, se développe en direct et par des coéditions. Elle inclut les éditions National Geographic, répertoriées plus bas.

Bragelonne (n° 28)

Leader de la fantasy, l’éditeur indépendant développe aussi la marque de poches et semi-poches sentimentaux Milady et le label jeunesse Castelmore.

Codes Rousseau (n° 29)

Le spécialiste des méthodes d’apprentissage de la conduite est une filiale du groupe allemand Springer, 15e éditeur mondial et numéro deux dans les revues scientifiques, techniques et médicales.

Bamboo (n° 31)

Editeur indépendant majeur en BD d’humour, Bamboo se développe aussi dans la BD réaliste (Grand Angle) et le manga (Doki-Doki). Il a racheté la majorité du capital d’Audie/Fluide glacial à Madrigall en novembre 2016.

Ellipses (n° 33)

Ellipses est un éditeur universitaire indépendant.

EDP Sciences (n° 34)

EDP Sciences est un éditeur scientifique, technique et médical détenu conjointement par la Société française de physique, la Société française de chimie, la Société de mathématiques appliquées et industrielles et la Société française d’optique.

Lito (n° 35)

Lito est un éditeur indépendant de livres pour la jeunesse.

Lavoisier (n° 36)

Le groupe indépendant d’édition technique détient Tec & Doc, EMI, Hermès, Synthèse agricole, Médecine sciences publications et les librairies en ligne Lavoisier.fr et e.Lavoisier.fr.

Groupe Elidia (n° 37)

Nouvelle dénomination, depuis l’an dernier, d’Artège, le groupe Elidia comprend le pôle religieux Desclée de Brouwer (dont Le Sénevé, Lethielleux, Zodiaque et François-Xavier de Guibert) et l’éditeur généraliste Le Rocher (dont Motifs), tous deux répertoriés plus bas.

L’Harmattan (n° 38)

La maison d’édition indépendante, d’abord implantée en sciences humaines, comprend une douzaine de marques éditoriales dont L’Harmattan, Michalon, Téraèdre ou Odin, et une quinzaine de bureaux et filiales à l’étranger, principalement en Afrique. Elle publie plus de 2 500 nouveautés par an et détient la plateforme numérique multimédia Harmatheque.com, L’Harmattan vidéo et, à Paris, les librairies spécialisées L’Harmattan et le cinéma-théâtre-librairie-restaurant Le Lucernaire.

Groupe Archipel (n° 39)

Le groupe de Jean-Daniel Belfond comprend L’Archipel, Ecriture, Presses du Châtelet et Archipoche.

Leduc.s (n° 40)

L’éditeur indépendant d’ouvrages pratiques, de bien-être et de développement personnel publie aussi de la littérature populaire (Charleston, Diva), des titres de management personnel (Alisio), d’humour (Tut-tut) et pour la jeunesse (Zethel). Il a créé la marque Eddison pour le marché international.

SED (n° 41)

L’éditeur scolaire indépendant se concentre sur la maternelle, le primaire et l’éducation spécialisée.

Faton (n° 42)

L’éditeur indépendant basé à Dijon publie des beaux livres d’histoire de l’art, archéologie, histoire, culture générale et jeunesse en plus de revues et de magazines dans les mêmes domaines.

Cerf (n° 43)

L’éditeur religieux est propriété de l’ordre des Dominicains et du groupe Le Monde.

Allary (n° 44)

La maison de littérature générale créée en 2013 par Guillaume Allary connaît une forte progression grâce notamment aux titres de Riad Sattouf et de Matthieu Ricard.

Ki-oon (n° 45)

Principal éditeur indépendant de mangas, Ki-oon développe aussi, depuis 2014, la marque Lumen dédiée à la littérature young adult (fantasy, romance, thriller…).

Ouest-France éditions (n° 47)

La filiale d’édition du quotidien Ouest-France développe un catalogue de livres illustrés, qui inclut les éditions du Chasse-marée. Elle détient 67 % du diffuseur Cap Diffusion aux côtés des éditions Sud-Ouest (n° 107).

Terre vivante (n° 48)

Fondé en 1979, Terre vivante est le plus ancien éditeur d’écologie pratique en France.

Steinkis (n° 49)

L’éditeur indépendant de bande dessinée comprend aussi les marques Jungle et Warum/Vraoum !.

Citadelles & Mazenod (n° 52)

Citadelles & Mazenod est un éditeur de référence dans le secteur du livre d’art.

Pearson France (n° 53)

La filiale du groupe anglais Pearson, premier éditeur mondial et leader dans l’éducation, édite des ouvrages universitaires et d’entreprise, pratiques et techniques pour la photo.

Aparis (n° 54)

Le groupe Aparis détient les entreprises d’édition et de prestation numériques Edilivre et Publibook.

RMN-Grand Palais (n° 55)

La Réunion des musées nationaux est le principal éditeur d’art public.

Jouvence (n° 57)

Albin Michel (n° 8) dispose d’une participation de 30 % dans cette maison qui édite des ouvrages de santé et bien-être.

Frémeaux & Associés (n° 58)

La société est spécialisée dans le livre audio.

Sand (n° 59)

L’éditeur indépendant comprend Mengès (voir plus bas), Tchou et Place des Victoires.

Editions du Signe (n° 60)

La maison strasbourgeoise est spécialisée dans les ouvrages religieux.

De Fallois (n° 61)

Hachette Livre détient une participation minoritaire dans cette maison notamment éditrice en France du romancier suisse à succès Joël Dicker.

Dila (n° 62)

La Direction de l’information légale et administrative (Dila) est une direction de l’Administration centrale de l’Etat groupant La Documentation française et les Journaux officiels.

Yves Briend éditeur (n° 63)

La société détient la maison d’édition catholique Salvator.

Minuit (n° 66)

L’éditeur littéraire et de sciences humaines détient à Paris la librairie Compagnie.

Eugen Ulmer (n° 67)

La filiale française de l’éditeur allemand éponyme est spécialisée dans les ouvrages de nature et de jardinage.

Sarbacane (n° 70)

L’éditeur de livres pour la jeunesse et de bandes dessinées est détenu à 49 % par Madrigall (n° 3).

Somogy (n° 72)

L’éditeur d’art s’est notamment spécialisé dans la production de catalogues de musées et d’expositions.

La Plage (n° 73)

La maison écologiste indépendante publie des ouvrages de cuisine bio et végétarienne, santé et diététique, habitat écologique et néo-maternage.

Groupe Piktos (n° 74)

Le groupe détenu par le distributeur DG Diffusion se développe dans les univers de la santé, du développement personnel et de l’ésotérisme avec 8 marques d’édition : Dangles, Trajectoire, Chariot d’or, Oxus, Delville, Safran, FJP-Le Diouris et Grancher.

Amphora (n° 78)

Amphora est un éditeur de référence de livres techniques et pédagogiques sport et forme.

La Musardine (n° 82)

La Musardine, qui détient aussi une librairie à Paris, est un éditeur spécialisé dans la littérature érotique.

Philippe Rey (n° 86)

Philippe Rey est un éditeur indépendant de littérature générale.

Economica (n° 94)

L’éditeur universitaire indépendant détient notamment de bonnes positions en économie et en gestion.

Editions Sud-Ouest (n° 107)

La filiale du quotidien régional Sud-Ouest détient 33 % de la société de diffusion Cap Diffusion au côté de Ouest-France éditions (n° 47).

Le Dilettante (n° 108)

La maison d’édition de littérature comprend aussi à Paris (6e) la librairie Le Dilettante.

F. P.

(1) Voir le 10e Classement Livres Hebdo de l’édition mondiale, dans LH 1094 du 26.8.2016, p. 34-43.

Croissances : les sages à la fête

Dopé par le succès de Trois amis en quête de sagesse de Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard (296 200 exemplaires vendus l’an dernier selon GFK), L’Iconoclaste double son chiffre d’affaires et se propulse en tête du palmarès des plus fortes croissances de l’édition en 2016. Son coéditeur, Allary, se maintient en 15e position, un an après avoir occupé la première grâce au succès spectaculaire du premier volume de L’Arabe du futur de Riad Sattouf, et de… Matthieu Ricard.

Le classement des plus fortes croissances fait cependant apparaître la bonne fortune de maisons très diverses. Belin, Magnard-Vuibert ou Hatier tirent profit de la réforme des manuels scolaires. Zulma a bénéficié du prix Femina du dernier roman de Marcus Malte, Le garçon. La Plage surfe avec succès sur la vogue du véganisme. Gallimard Jeunesse s’est trouvé soutenu par la parution de Harry Potter et l’enfant maudit. A noter que cinq éditeurs classés cette année figuraient déjà dans le tableau des plus fortes croissances l’an dernier : L’Iconoclaste, Allary, La Plage, Stock et Leduc.s.

Baisses : Astérix sans sa potion

L’éditeur d’Astérix en tête du classement des plus fortes baisses de chiffre d’affaires de l’année ? Pas de panique : c’est un classique. Propulsé au firmament les années où paraît un nouvel album de la série best-seller de l’édition française - la dernière fois, c’était en 2015 avec Le papyrus de César -, il touche le fond l’année suivante. En 2017, il retrouvera immanquablement du tonus grâce à la potion magique qui lui sera servie le 19 octobre.

D’autres maisons sont victimes, comme chaque année, de ce jeu de yo-yo : De Fallois sans Joël Dicker, Lattès sans Grey ni le prix Renaudot de Delphine de Vigan, Hugo & Cie sans la série des After. Mais, au total, seules quatre maisons figurant dans ce "palmarès" des baisses s’y trouvaient déjà un an plus tôt : Michel Lafon Education du fait des aléas de ses activités africaines ; Le Dilettante, privé des apports d’Anna Gavalda ou de Romain Puértolas ; Le Rocher, en réorganisation ; et Pearson France aux prises avec les défis du secteur éducatif. Tous les espoirs sont permis pour cette année.

Rentabilité : d’une année l’autre

Blay Foldex a beau figurer au deuxième rang des plus fortes baisses de chiffre d’affaires de l’année, il parvient simultanément à s’imposer en tête des meilleures rentabilités. Le résultat d’une restructuration profonde, à travers laquelle l’éditeur de cartes a pu diviser ses frais de fabrication par dix tout en multipliant ses prix par deux, se félicite le P-DG de l’entreprise, Georges-Antoine Strauch.

Si la forte rentabilité est parfois, dans l’édition, et singulièrement l’édition de littérature générale, le produit d’un succès ponctuel, elle relève plus souvent de stratégies à long terme. Douze éditeurs parmi les plus rentables en 2016, contre onze en 2015, figuraient déjà parmi les meilleures rentabilités un an plus tôt : le Groupe Trédaniel et ses filiales Courrier du livre, Trédaniel et Dervy-Médicis ; Lefebvre Sarrut et sa filiale Editions législatives ; éditions du Jaguar, Piktos, Allary, Classiques Garnier, le Groupe Revue fiduciaire et éditions Sud-Ouest.

Etrangers : le statu quo

A un an d’intervalle, le tableau récapitulant la présence étrangère, essentiellement européenne au demeurant, dans l’édition française, ne connaît aucune variation significative. Le groupe espagnol Planeta, 10e sur la planète d’après le Classement annuel Livres Hebdo de l’édition mondiale, demeure le plus gros investisseur dans l’Hexagone à travers la propriété d’Editis. Le groupe d’édition professionnel RELX Group, numéro deux mondial, reste également très présent via LexisNexis et Elsevier Masson. Les autres groupes mondiaux d’édition occupent en France des positions plus modestes, comme HarperCollins (14e mondial) avec Harlequin/HarperCollins France, Springer (15e mondial) avec les Codes Rousseau, et surtout Pearson (1er mondial) avec Pearson France.

Méthodologie

Cette 21e édition du classement des 200 premiers groupes et maisons d’édition en France s’appuie, comme les éditions précédentes (1), sur les données recueillies par retour de questionnaires, les interrogations de bases de données juridiques, les rapports annuels et greffes de tribunaux de commerce. Elle a été réalisée avec la collaboration de Stéphane Demazure (agence Issue de secours) et des bases de données permettant de consulter en ligne les comptes des entreprises (liasses fiscales).

Le paramètre servant de critère de classement est le chiffre d’affaires comptable hors taxes indiqué au bilan de l’exercice 2016. Seuls bénéficient d’un rang de classement les groupes ou entités indépendantes, ou ceux dont les maisons mères sont à l’étranger. Les filiales apparaissent mais ne bénéficient pas d’un rang de classement. Les filiales ou départements de diffusion et de distribution dont disposent certains groupes ou maisons indépendantes ont été pris en compte dans les CA consolidés.

Lorsque les sociétés n’ont pas répondu, elles ont été classées, sans rang de classement, avec leur chiffre d’affaires de l’année précédente. Certains éditeurs dont les comptes ne sont pas déposés au greffe du tribunal et qui n’ont pas souhaité les communiquer sont absents du classement.

(1) Le classement 2016 a été publié dans LH 1091, du 24.6.2016, p. 18.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités