TRIBUNE

Les auteurs d’Autrement Jeunesse déplorent la disparition de la maison

Page d'accueil du site Autrement jeunesse le 25 novembre 2014

Les auteurs d’Autrement Jeunesse déplorent la disparition de la maison

Les auteurs et illustrateurs d'Autrement jeunesse profitent du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil pour protester contre l’arrêt des publications de l'éditeur, dont les derniers titres paraîtront en janvier.

J’achète l’article 9 €

Par Claude Combet ,
Créé le 26.11.2014 à 00h23 ,
Mis à jour le 26.11.2014 à 10h58

A la veille du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, vingt auteurs d’Autrement Jeunesse, parmi lesquels Beatrice Alemagna, Delphine Chedru, Janik Coat, Malika Doray,  Jessie Magana, Olivier Tallec, regrettent la disparition d’Autrement Jeunesse dans une tribune adressée à différents médias, dont Livres Hebdo.  

Depuis le rachat de Flammarion par Madrigall, Autrement Jeunesse, dissocié d’Autrement, dirigé par Emmanuelle Vial, faisait partie comme Casterman Jeunesse des marques placées sous la responsabilité de Charlotte Gallimard. Quatorze titres sont encore parus cet automne et les cinq derniers sont prévus le 14 janvier : La folle journée de Mister Tweed, de Jim Stoten, Sauvage, d’Emily Hughes, Sans défense, d’Yves Pinguilly, L’histoire de la petite dame qui aimait le bruit, de Val Teal et 1, 2, 3, soleil !, de Gaëtan Dorémus.

Remerciant Sandrine Mini, qui a créé le label avec Henry Dougier, le fondateur d’Autrement, et Kami Pakdel, le directeur artistique de la maison, les signataires louent cet "éditeur exigeant, aventureux, fidèle à la politique d’auteurs", ce "laboratoire à idées" ayant publié des documentaires inégalés ("Français d’ailleurs"), ayant traduit des classiques comme Gruffalo, d’Axel Scheffler, Les réflexions d’une grenouille, de Kazuo Iwamura et La petite taupe, de Zdenek Miler, et créé la collection "Histoires sans paroles", "avec de véritables best-sellers dont certains sont toujours sur la liste de l’Education nationale".

"Avec la disparition d’Autrement Jeunesse, c’est donc un peu de la "diversité culturelle" qui s’éteint", écrivent les auteurs et illustrateurs, "obligés de faire [leurs] valises, contraints et forcés de voguer vers d’autres lieux de vie".

Les dernières
actualités