Etude

Les bibliothèques publiques ont mobilisé 1,7 milliard d’euros en 2022

Les marchés d'Amérique représentent 15,6% du marché à l'export du livre français - Photo ElastiComputeFarm / Pixabay

Les bibliothèques publiques ont mobilisé 1,7 milliard d’euros en 2022

Selon une étude de l’OFGL, les communes et intercommunalités ont consacré 1,7 milliard d’euros au fonctionnement des bibliothèques publiques en 2022. Loin d’être réservés à la lecture et à l’emprunt de livres, ces dernières servent aussi de lieu d’étude, de socialisation et de divertissement. Autant de paramètres plus difficilement quantifiables qui sont néanmoins à prendre en compte dans le calcul de leur coût réel de fonctionnement.

Par Charles Knappek,
Créé le 07.02.2024 à 16h12

Une étude de l’Observatoire des finances et de la gestion publique locales (OFGL) révèle que les bibliothèques publiques ont représenté un coût de fonctionnement total estimé à 1,7 milliard d’euros pour les communes et les intercommunalités en 2022. L’étude se base sur un échantillon de 1 032 communes de plus de 3 500 habitants, représentatif des 15 880 bibliothèques publiques et points d’accès à la lecture gérées par des collectivités. Elle se concentre ici sur les charges courantes, représentées à 81 % par les frais de personnel, sans prendre en compte les dépenses d’investissement (construction, rénovation des bâtiments, constitution de nouveaux fonds de documents…). Par rapport à 2019, qui était la dernière année à avoir fait l’objet d’une étude similaire, les coûts de fonctionnement ont connu une hausse relativement modérée (+6,5 %).

Il ressort aussi de l’enquête que les dépenses de fonctionnement des bibliothèques représentent 2,4% des dépenses de fonctionnement globales des communes de l’échantillon (et 26 % des dépenses culturelles) avec une forte disparité des coûts mesurés en fonction de la taille des équipements (coûts par m2) ou de l’activité (coûts par passage, par inscrit ou par document emprunté). En 2022, le coût moyen par m² était ainsi estimé à 431 euros pour les bibliothèques municipales tandis que le coût par habitant résidant dans la commune s’élevait à 30,4 euros.

Derrière les frais de personnels, dont la part augmente avec la taille de la commune, la superficie des équipements et l’étendue des plages horaires, le deuxième plus important poste de dépenses est constitué par l’enrichissement des fonds par l’achat de livres et de ressources documentaires (7,4 % des charges totales). Autre enseignement, les surfaces utiles des bibliothèques augmentent très nettement avec la taille de la commune : les établissements font en moyenne 336 m² dans les communes de 3 500 à 5 000 habitants contre plus de 1 200 m² à partir des communes de plus de 20 000 habitants.

Lien social

L’étude met aussi en lumière les différentes fonctions assumées par les bibliothèques publiques au-delà de la conservation et du prêt des ressources documentaires. La médiation sociale, l’inclusion numérique, la programmation culturelle sont ainsi des missions qui concernent la plupart des équipements de lecture publique. Et plus un établissement est grand, plus ses usages varient avec l’intégration d’espaces de travail, de studios de musique ou d’espaces d’expositions/spectacles.

En conséquence, « plus la taille la commune est importante, plus le nombre de prêt par passage diminue (de 2,4 prêts par passage pour les communes de moins de 10 000 habitants à 1,6 pour les communes de plus de 75 000 habitants) », précise le document. La prise en compte du nombre de prêts par passage apparaît ainsi comme un critère peu pertinent dans le calcul des coûts de fonctionnement de la bibliothèque car elle ignore d’autres paramètres, « notamment les profils dits "séjourneurs" (comme les étudiants, les personnes en recherche d’emploi) qui restent en bibliothèque plusieurs heures pour travailler ou consulter sur place » et sont plus nombreux dans les équipements plus grands avec des espaces dédié

Les dernières
actualités