Présidentielle

Les candidats à la présidence et leurs projets pour le livre

Photo PHOTOMONTAGE : OLIVIER DION

Les candidats à la présidence et leurs projets pour le livre

A neuf jours du premier tour de l’élection présidentielle, Livres Hebdo a décortiqué les programmes et les déclarations des onze candidats pour mettre en lumière les quelques propositions relatives au livre et à la lecture. Elles concernent principalement l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques, la TVA, le droit d’auteur, le numérique et le "pass culture", tandis que le prix unique du livre continue de faire l’unanimité.

J’achète l’article 4.5 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 14.04.2017 à 00h00,
Mis à jour le 14.04.2017 à 10h34

De meetings en grands débats télévisuels, les prétendants à l’Elysée exposent leurs propositions sur la sécurité, le chômage ou la moralisation de la vie publique. La culture, elle, et plus encore le livre n’occupent qu’une place marginale dans la campagne pour l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai. Ils figurent pourtant dans la plupart des programmes hors ceux de Nathalie Arthaud, François Asselineau et Philippe Poutou, qui ne proposent pas de mesures spécifiques pour la culture.

Huit des onze candidats ont pris quelques positions et formulé une poignée de propositions sur le livre et la lecture. Il faut les débusquer parmi celles qui concernent la préservation du patrimoine, l’audiovisuel et les arts vivants, dont la musique et la danse qui ont particulièrement attiré l’attention de Jacques Cheminade. Au fil de la campagne, seule l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques, prônée par Emmanuel Macron comme une mesure phare de son programme culturel et annoncée par quatre autres candidats, a été réellement médiatisée.

Jean-Luc Mélenchon remporte la palme du candidat le plus prolifique en propositions culturelles. Il évoque le secteur de l’édition dans un livret "Culture" de 28 pages dans lequel il s’engage pour le maintien du prix unique du livre ou se prononce pour un soutien accru à la bande dessinée par le Centre national du livre. De son côté, Benoît Hamon est le seul des cinq principaux candidats à avoir répondu à l’invitation commune de Livres Hebdo, du Film français et du Journal des arts pour préciser dans une interview ses orientations culturelles (1).

Sept grandes questions

Livres Hebdo a puisé dans les déclarations publiques des candidats. Nous avons recueilli les réponses que certains d’entre eux ont apportées aux questions de France Culture, Culturebox ou encore Archimag. Nous avons aussi examiné celles que quatre d’entre eux, François Fillon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon (2), ont délivrées au Syndicat national de l’édition (SNE), qui les a interpellés en février sur les enjeux auxquels font face les éditeurs, et qui a rendu leurs réponses publiques le 26 mars, pendant le salon Livre Paris.

Les propositions exprimées par les candidats se concentrent autour de sept grandes questions qui concernent le monde du livre : le budget alloué à la culture, le prix unique, le droit d’auteur, le numérique, le "pass culture", les bibliothèques et la TVA. Emmanuel Macron est l’unique candidat à faire des propositions dans chacun de ces sept domaines. Il est suivi par Jean-Luc Mélenchon (six propositions) et Benoît Hamon (cinq).

(1) Voir LH 1120, du 10.3.2017, p. 24-25.

(2) Egalement interrogée, Marine Le Pen n’a pas répondu.


Benoît Hamon, Jacques Cheminade, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan et Emmanuel Macron ont livré dans leur programme des évaluations pour le budget de la culture. En portant la culture "en tête de [son] projet présidentiel" selon son site de campagne, Jacques Cheminade est le seul candidat à souhaiter réévaluer son budget à 2 % du PIB. Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon proposent, eux, d’y consacrer 1 % du PIB. Le candidat du Parti socialiste, soutenu par l’ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti, promet également, dans une réponse au SNE, "une enveloppe supplémentaire d’un million d’euros sur cinq ans pour préserver les budgets d’acquisition des bibliothèques".

Nicolas Dupont-Aignan indique dans son programme vouloir "consacrer 1 % du budget de la nation à la culture". Cette promesse ne doit pas être confondue avec celle portée par Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon dans la mesure où le PIB de la France est estimé à 2 287 milliards d’euros pour 2017 tandis que le budget de l’Etat s’inscrit, lui, à 381,7 milliards d’euros. Cette année, le budget du ministère de la Culture et de la Communication est établi à 3,6 milliards d’euros, soit un peu moins de 1 % du budget de l’Etat.

Dans un entretien accordé à France Culture le 27 janvier, Emmanuel Macron affirme vouloir maintenir un budget "constant" pour la culture, sans avancer de chiffres. Il précise toutefois dans son programme vouloir investir "dans les industries créatives et culturelles françaises en créant un fonds d’investissement dédié de 200 millions d’euros".

Tous pour le prix unique du livre

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, François Fillon et Benoît Hamon se sont prononcés en faveur du maintien du prix unique du livre, papier et numérique, dans leurs réponses adressées au Syndicat national de l’édition. Pour les deux anciens ministres de François Hollande, il s’agit même d’un "modèle" à défendre.

Le candidat d’En marche ! souhaite toutefois "veiller à ce que ce dispositif puisse s’adapter à la recomposition des pratiques (livre numérique, e-commerce, places de marché)", tout comme François Fillon qui veut "adapter la législation si besoin pour la vente à distance ou la vente en ligne". Pour le candidat socialiste, "le maintien absolu de ce principe ne doit cependant pas empêcher d’être à l’écoute des adaptations qui pourraient être nécessaires, notamment sur les remises des éditeurs qui pourraient être garanties pour les libraires". Jean-Luc Mélenchon, seul candidat à avoir inscrit cette thématique dans son programme, souhaite "sanctionner les abus (frais de transport offerts…) et supprimer toutes les aides fiscales ou indirectes aux mastodontes du commerce en ligne".

Droit d’auteur : relevé et étendu

La Commission européenne - Photo DR

Benoît Hamon, Emmanuel Macron, et Jean-Luc Mélenchon s’engagent, dans leurs réponses adressées au SNE, à préserver le droit d’auteur. "Un volontarisme politique est impératif en la matière afin de s’opposer aux tentatives d’affaiblissement du droit d’auteur", assure Emmanuel Macron.

Jean-Luc Mélenchon propose au SNE un "relèvement du droit d’auteur contractuel dans les différents secteurs de l’édition […], aujourd’hui compris entre 6 et 8 % en moyenne, à un plancher de 12 %". Il souhaite également revoir le statut des auteurs et des illustrateurs de bandes dessinées et d’ouvrages pour la jeunesse. Cette promesse est partagée par Benoît Hamon qui veut donner corps à un statut de l’artiste, dont les écrivains, "pour répondre à la précarité et soutenir [leur] travail". Autre point de convergence entre le candidat socialiste et son homologue de la France insoumise : les droits d’auteur après la mort. Jean-Luc Mélenchon veut les prolonger "au-delà de 70 ans afin d’abonder un fonds d’aide aux créateurs en situation sociale précaire, par l’institution d’un "domaine public commun"", tandis que Benoît Hamon envisage "qu’ils participent dans une petite proportion au financement de la création qui vient, dans le respect des ayants droit".

La loi Hadopi, adoptée en 2009 pour lutter contre le piratage sur Internet, ne fait pas l’unanimité parmi les candidats. Benoît Hamon veut "conserver un dispositif de sanction […] géré par la justice" tandis que François Fillon veut conforter Hadopi, voire la renforcer. Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen veulent la supprimer pour mettre en place une licence globale. Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou sont aussi en faveur de sa suppression, mais sans proposer d’alternative.

Vers un pass culture

Emmanuel Macron est le premier candidat à avoir annoncé sa volonté de créer un pass culturel pour les jeunes. Il s’inspire de l’initiative lancée en septembre 2016 par Matteo Renzi, ex-président du Conseil italien, selon son interview accordée à France Culture le 27 janvier. Le candidat d’En marche ! veut donner à chaque jeune, le jour de ses 18 ans, une enveloppe de 500 euros pour accéder aux activités culturelles de son choix : "musée, théâtre, cinéma, concert, livres ou musique enregistrée", explique l’ex-ministre de l’Economie dans son programme. "Ces 500 euros seront financés par l’Etat, pour une partie très minoritaire, par les diffuseurs, et par les Gafa [Google, Apple, Facebook et Amazon] §", a-t-il annoncé sur France Culture.

Côté socialiste, Benoît Hamon propose de distribuer des "passeports culture" aux jeunes de 12 à 18 ans pour leur donner accès au cinéma ou au théâtre, mais ne cite pas le livre. Nicolas Dupont-Aignan veut également offrir un "ticket découverte culturelle" par an à tous les Français à partir de 16 ans. Mais de même, selon son programme, cette mesure n’est valable que pour "un billet de cinéma Art et essai, une place de théâtre, une exposition, un concert et une visite d’un monument historique", avec deux options au choix.

Confrontée aux propositions de ces trois candidats, Marine Le Pen s’est prononcée contre la mise en place d’un tel dispositif. Interrogée sur Culturebox le 6 avril, la candidate du Front national estime que "les mesures démagogiques de type "pass culturel pour tous" ne servent à rien, car on sait que la gratuité ne suffit pas pour attirer un nouveau public".

Pour le PNB et le format ePub

Le prêt numérique en bibliothèque - Photo OLIVIER DION

Côté numérique, les candidats se sont principalement exprimés sur trois projets : la création d’une médiathèque en ligne, le maintien du Prêt numérique en bibliothèque et la défense des formats de publication ouverts.

Une médiathèque en ligne

Jean-Luc Mélenchon a exposé, à nos confrères d’Archimag le 27 mars, son projet de "médiathèque numérique publique (livre et autres supports)". Cette idée est partagée par Nicolas Dupont-Aignan qui, selon son programme, veut regrouper "les contenus [culturels] de l’audiovisuel public, de la BNF, des grands musées, etc." sur une plateforme "publique unique de diffusion".

Benoît Hamon souhaite, lui, "développer davantage la numérisation des collections patrimoniales publiques", sur le modèle de Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF.

Le Prêt numérique en bibliothèque (PNB)

Mis en place en 2015 à titre d’expérimentation, le PNB sera "maintenu" par François Fillon et "généralisé" par Benoît Hamon, selon leurs réponses au SNE. Il emporte aussi l’adhésion d’Emmanuel Macron qui estime que "les bibliothèques doivent avoir les moyens de donner accès à l’offre la plus large, dans des conditions soutenables pour les budgets publics". Jean-Luc Mélenchon pense, lui, que "l’ouverture au prêt numérique est complémentaire du prêt classique".

Des formats ouverts

Les quatre candidats qui ont répondu aux questions du SNE (Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et François Fillon) s’engagent à défendre les formats de livre numérique ouverts. Les candidats d’En marche !, du Parti socialiste et des Républicains plébiscitent le format ePub, dont l’expansion a été soutenue par EDRLab. L’installation, en 2015, de l’entreprise sur le territoire français est d’ailleurs qualifiée d’"aubaine" par Emmanuel Macron et de "chance à saisir" par François Fillon.

Des bibliothèques plus ouvertes

Emmanuel Macron, l’un des artisans de la loi sur le travail dominical, a fait de l’extension des heures d’ouverture des bibliothèques l’une de ses mesures principales. "Les bibliothèques sont ouvertes 41 heures par semaine dans les grandes villes de France, contre 98 heures à Copenhague", déplore-t-il sur son site de campagne. Pour pallier ce décalage, il souhaite ouvrir les bibliothèques "en soirée et le dimanche".

Ce projet a été fustigé par Jean-Luc Mélenchon, lors de son double meeting à Lyon et à Paris le 5 février. Pourtant, dans son programme, le candidat de la France insoumise souhaite "embaucher des professionnel.le.s pour assurer de plus larges ouvertures" des bibliothèques et médiathèques.

François Fillon veut développer "le bénévolat et le service civique culturel", selon son programme, pour accompagner l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques.

Cette mesure est aussi rapidement évoquée dans le programme de Jean Lassalle. Interrogée sur son programme par nos confrères d’Archimag le 27 mars, Marine Le Pen souhaiterait également étendre les heures d’ouverture des bibliothèques, "en particulier le week-end", précise-t-elle.

Un même taux de TVA réduit garanti

Dans leurs réponses aux questions du Syndicat national de l’édition, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et Benoît Hamon se sont unanimement exprimés en faveur du maintien d’un même taux de TVA réduit pour le livre, papier et numérique, appliqué depuis janvier 2012 en France.

Alors que le candidat Les Républicains souhaite augmenter de deux points le taux de TVA normal, il considère le livre comme un "produit de première nécessité" qui continuera de bénéficier d’un taux réduit "inchangé". Le candidat du Parti socialiste dénonce, lui, la décision de la Cour de justice européenne de mars 2015 qui a condamné la France et le Luxembourg pour avoir appliqué un taux réduit de TVA sur tous les livres numériques en contrevenant sciemment à la directive de 2006. Il souhaite engager une discussion avec la Commission européenne et les Etats membres de l’Union pour les "convaincre du bien-fondé" de l’application d’un taux réduit de TVA pour tous les livres numériques.

Mais aussi...

D’autres points concernant le livre figurent dans les programmes :
• Préservation du réseau de librairies indépendantes (Jean-Luc Mélenchon, François Fillon).
• Soutien renforcé du CNL à l’édition de jeunesse et de BD (Jean-Luc Mélenchon).
• Inscription des enfants, dès le CP, dans une médiathèque (Benoît Hamon).
• Augmentation des budgets du CNL, du Bief et de l’Institut français (Jean-Luc Mélenchon).
• Maintien des aides à la traduction portées par le CNL et l’Institut français (François Fillon).
• Création d’une agence mondiale de la traduction (Jacques Cheminade).

 






Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités