Social

Les correcteurs manifestent devant le ministère du Travail

Photo H. HUGUENY/LH

Les correcteurs manifestent devant le ministère du Travail

Pour attirer l'attention sur la précarité grandissante de leur situation, une cinquantaine de correcteurs se sont rassemblés au ministère du Travail, juste avant une réunion de la commission mixte paritaire de l'édition.

Par Hervé Hugueny,
Créé le 22.06.2016 à 18h32,
Mis à jour le 23.06.2016 à 10h05

Poursuivant le mouvement d'abord engagé par une pétition sur Internet, une cinquantaine de correcteurs et travailleurs à domicile ont manifesté devant le ministère du Travail mercredi 22 juin en début d'après-midi, juste avant une réunion de la commission mixte paritaire de l'édition, entre des représentants des syndicats de salariés et du Syndicat national de l'édition.
 
Une délégation de quatre correcteurs a été reçue pour exprimer ses revendications devant un membre de la Direction générale du travail qui encadrait cette commission, dont l'ordre du jour était consacré à l'examen du rapport de branche, et à la demande de révision de l'annexe 4 de la convention collective de l'édition encadrant le statut des travailleurs à domicile, dont relèvent les correcteurs.
 
Pendant ce rassemblement, les correcteurs, presque uniquement des correctrices en fait, déploraient une précarité croissante qui se manifeste notamment par l'obligation généralisée d'accepter des contrats d'auto-entrepreneurs pour obtenir des commandes des éditeurs. Leur statut de salarié est pourtant très souple, puisqu'il ne prévoit aucun minimum de travail.
 
"Les fameux contrats anglais "zéro heure" existent depuis longtemps déjà en France (...) dans les maisons d'édition", dénonce la pétition qui a suscité un intérêt au-delà de la profession puisque, alors que les correcteurs et TAD de l'édition seraient 700 à 1 000, le texte intitulé L'édition mérite une bonne cor(r)ection a réuni plus de 5100 signatures.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités