Musique

Les Daft Punk se séparent

Extrait de la couverture Daft Punk Incognito (Archipel)

Les Daft Punk se séparent

L'Archipel a publié une biographie sous forme d'abécédaire en septembre dernier sur le groupe icônique de la "French Touch".

Par Vincy Thomas,
Créé le 22.02.2021 à 18h38,
Mis à jour le 22.02.2021 à 19h00

No more time. Onde de choc dans le monde de la musique: c'est par une vidéo énigmatique postée sur les réseaux sociaux, sobrement intitulée "Epilogue", que les Français Daft Punk, duo électro le plus célèbre au monde, ont annoncé lundi leur séparation.
La vidéo d'un peu plus de 8 minutes montre les deux membres, sous leurs traditionnels casques de robots, avancer dans un désert. Mais ils ne marchent plus du même pas et après quelques signes de tête évocateurs, ceux d'un renoncement, l'un finit par enclencher le système d'auto-destruction de l'autre, qui se pulvérise.
 

Une attachée de presse historique du duo a confirmé à l'AFP le clap de fin du tandem formé en 1993 par Thomas Bangalter, 46 ans et Guy-Manuel de Homem-Christo, 47 ans. Ils ont à leur actif plusieurs tubes comme Around the World, One more time et Get Lucky mais aussi en tant que stars invitées Starboy et I Feel it Coming avec The Weeknd. Ils ont cumulé les disques de platines avec leurs albums "Homework", "Discovery", "Human after All", "Tron Legacy" et surtout "Random Access Memories" en 2013. Le groupe a remporté sept Grammy Awards dans sa carrière.

Cela faisait quatorze ans que Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo, amis depuis le lycée, ne s'étaient plus produits en concerts, sinon pour de très rares apparitions lors de cérémonies télévisées. Une absence, doublée d'une stratégie du silence médiatique adoptée dès leurs débuts - on ne connaît pas leurs visages, dissimulés sous un casque de robot -, qui suscite inévitablement attentes, fantasmes et envies.

Une discrétion qui engendrait une fascination. En 2002, Tony Gaenic publiait leur première biographie chez Prélude et Fugue (aujourd'hui indisponible), suivie de celle de Dina Santorelli chez First en 2014 (épuisée également). La même année, Violaine Schütz avait également fait leur portrait dans un essai Daft Punk: humains après tout (Camion blanc).

Mais c'est bien l'ouvrage de Michel Goujon, Camille Goujon et Yves Bigot, Daft Punk incognito (Archipel), paru en septembre dernier, qui sert de référence: sous la forme d'un abécédaire amoureux et musical, fruit de la passion et de l'expertise de ses trois auteurs, avec 101 entrées, cet « ultimate book » est une balade musicale, poétique, littéraire et robotique de Anonymat à Z6PO, en passant par « Get Lucky », le festival de Coachella, Electric Ladyland, le Moog Cook Book, Phantom of the Paradise ou YSL.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités