Presse

Après plusieurs mois de frictions entre la directrice de publication de La Nouvelle Quinzaine Littéraire (NQL), Patricia De Pas, et une partie de l’équipe éditoriale, une quarantaine de collaborateurs du bimensuel a quitté le titre début novembre et lance en ligne mercredi 13 janvier En attendant Nadeau, un nouveau "journal gratuit de la littérature, des idées et des arts".

"Il n’y a pas eu de médiation possible avec Patricia De Pas, la quasi-totalité des équipes de la NQL a donc démissionné collectivement et s’est attelée à ce nouveau journal", explique Tiphaine Samoyault, désignée avec Pierre Pachet et Jean Lacoste à la direction éditoriale du nouveau webzine. Le trio de directeurs bénévoles occupait précédemment les mêmes fonctions à la Nouvelle Quinzaine Littéraire.
 
Fidélité à Maurice Nadeau

Avec En attendant Nadeau, l’équipe réaffirme haut et fort sa fidélité à l’héritage de Maurice Nadeau, fondateur en 1966 de la Quinzaine littéraire, rebaptisée Nouvelle Quinzaine littéraire à sa mort, à 102 ans, en 2013. Elle indique d’ailleurs dans un communiqué être soutenue par son fils, Gilles Nadeau. "Nous allons continuer à faire ce que nous faisions à la NQL: traiter du monde et de la société à travers la recension d’ouvrages de littérature et de sciences humaines. Mais dans un autre environnement", indique Tiphaine Samoyault.

Le sommaire de ce premier numéro mis en ligne, qui propose 18 critiques d’ouvrages s’inscrit en effet dans la continuité de ce qui se fait à la Nouvelle Quinzaine Littéraire. On trouve ainsi un article sur l’entrée de Michel Foucault dans la "Bibliothèque de la Pléiade" ou un autre consacré à l’essai de Philippe-Joseph Salazar, Paroles armées, Comprendre et combattre la propagande terroriste (Lemieux) . Le site prévoit des numéros bimensuels – bientôt disponibles en PDF – mais aussi la publication régulière d’articles.

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
M

MN

il y a 5 ans à 05 h 56

Le terme de dissident ne convient pas du tout, il est même erroné : il s'agit l'équipe originale élue par les sociétaires! Tous bénévoles, ils ont été grossièrement évincés en octobre par la gestionnaire qui n'y connaît rien et qui fait dangereusement virer le bimensuel à droite... elle devrait plutôt être elle-même taxée de détournement! quand on connaît l'engagement de Maurice Nadeau, on est heureux de retrouver la "vraie" Quinzaine sous un autre nom.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités