Les éditeurs des Hauts-de-France réclament un tarif postal pour le livre | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 22.03.2017 à 18h39 (mis à jour le 22.03.2017 à 19h00) Revendication

Les éditeurs des Hauts-de-France réclament un tarif postal pour le livre

Photo DR

L'Association des éditeurs des Hauts-de-France, avec d'autres acteurs de la filière du livre, lance un appel pour l'instauration d'un tarif postal livre. 

L'Association des éditeurs des Hauts-de-France, en liaison avec l’ensemble des acteurs de la filière Livre de la région Hauts-de-France et en coordination avec d’autres associations d’éditeurs ou Centres régionaux du livre dans d’autres régions, lance un appel pour l'instauration d'un tarif postal livre. 

"Depuis le 1er janvier 2015, pour tout colis dépassant 3 centimètres d’épaisseur, il faut passer par l’onéreux envoi en Colissimo… Pour exemple, il nous a coûté 7,47 euros d’envoyer un livre en France. Contre 2,45 euros pour l’expédier en Allemagne avec le tarif livre et brochure à l’étranger! 5 euros, c’est la marge de l’éditeur ou du libraire! Va-t-il falloir éditer des livres plus petits? Passer par l’étranger pour expédier en France?" explique le communiqué. 

Les éditeurs des Hauts-de-France, après des mois de mobilisation et de sensibilisations auprès des élus, ont lancé une page Facebook et une pétition. Par ailleurs, une conférence sur le sujet –"Vers l'instauration d'un tarif postal livre"– aura lieu à Livre Paris à la salle connexion samedi 25 mars à 10 heures, avec Vanessa Callico, cofondatrice des éditions le Héron d’Argent, Eric Le Brun, président de l’association des éditeurs Hauts-de-France, Thierry Ducret, directeur du CR2L Picardie et Lilya Aït Menguellet, libraire. 

Depuis mai 2016, après une année de négociations, le tarif "Frequenceo éditeurs" a ramené l’expédition des services de presse (soit des livres gratuits) à un tarif acceptable. Plusieurs éditeurs avaient trouvé des solutions alternatives, notamment des nouveaux prestataires. Mais les libraires qui font de la vente par correspondance ou les petits éditeurs qui doivent diffuser leurs livres par la poste n'ont pas pu profiter de ce nouveau tarif.
close

S’abonner à #La Lettre