Disparition

Les hommages se succèdent pour Jean-Claude Maillet

Les hommages se succèdent pour Jean-Claude Maillet

La mort du libraire Jean-Claude Maillet a fait réagir plusieurs personnes qui l'ont connu : un libraire-lecteur avant tout, qui savait transmettre sa passion du livre, empli de culture et entrepreneur convaincu de l'indépendance comme pierre angulaire des librairies Fontaine.

J’achète l’article 1.5 €

Par Adriano Tiniscopa ,
Créé le 27.01.2022 à 12h30 ,
Mis à jour le 28.01.2022 à 12h42

« À mon époque, j'avais contacté Christian Bon pour du travail, il n'en avait pas donc je suis allé voir Monsieur Maillet qui m'a embauché à la librairie Fontaine Passy en 1978. » Laurent Arnal est aujourd'hui à la retraite. Il a travaillé pendant plusieurs dizaines d'années aux côtés de Jean-Claude Maillet. Notamment responsable des étalages de l'enseigne rue Victor-Hugo pendant 25 ans, Laurent Arnal a ensuite fini sa carrière à Fontaine Villiers jusqu'en 2016. Pour lui, les librairies Fontaine dans les années 1960, c'était « un concept nouveau, on travaillait les portes ouvertes », se souvient-il.

Et surtout, le libraire entrepreneur Jean-Claude Maillet « croyait à cette librairie indépendante, à sa capacité à exister dans le monde du livre avec une farouche volonté d'indépendance et une indépendance d'esprit aussi, à une époque où la FNAC conquérait Paris », explique quant à lui Gilles de La Porte, notamment créateur de la librairie La Galerne au Havre en 1982. Jean-Claude Maillet a été pour lui « son premier et unique patron », précise-t-il. D'une grande force et curiosité intellectuelles, grand connaisseur de Céline, Jean-Claude Maillet est aussi dépeint comme quelqu'un d'humain.

« Je me souviens lors de la réception, à l'occasion de mon départ en retraite, que Jean-Claude Maillet avait réagi aux remerciements à son égard, expliquant que c'était lui qui avait de la chance de travailler avec nous », se rappelle Laurent Arnal. « Et en travaillant à ses côtés, je me disais qu'il avait une vie enviable avec une maison de pêche en Irlande et des oliviers en Provence. Et si aujourd'hui je vis au milieu des oliviers c'est un fait un peu lié à Monsieur Maillet », confie de son côté Gilles de La Porte, à la retraite aujourd'hui. Pour lui, Jean-Claude Maillet était un homme de son temps également. Un « librairie de la transition, un libraire passeur qui avait le goût de faire partager ses engouements, ce qui n'était pas forcément le cas des libraires de la génération précédente, plus commerçants que libraires. Et il a transmis le flambeau à sa fille Sylvie Maillet, qui est aussi une très bonne libraire », selon lui.

Durant près de quarante ans, Jean-Claude Maillet a réussi à s'entourer d'« une équipe de collaborateurs stables et dynamiques qui ont aussi contribué à la réussite tant commerciale que culturelle de cette enseigne éminemment parisienne », nous apprend Philippe Aubier, actuel responsable de la librairie Fontaine Haussmann. Mais au-delà de l'entrepreneur, Jean-Claude Maillet était aussi un « personnage discret, volontairement éloigné des médias, fin connaisseur de Saint-Simon, il a vécu sa passion du livre en homme libre », se remémore le libraire.

Les dernières
actualités