Les librairies-cafés: un gain de marge réel | Livres Hebdo

Par Cécile Charonnat, le 23.03.2018 (mis à jour le 23.03.2018 à 11h48) Diversification

Les librairies-cafés: un gain de marge réel

Les guides de la collection "La librairie autrement" produits par l’agence régionale du livre de Paca. - Photo OLIVIER DION

Jeux, jouets, papeterie, carterie… la diversification n’est pas une pratique nouvelle en librairie. "Elle se fait même depuis toujours, confirme Olivier Pennaneac’h, chargé de l’économie au sein de l’agence régionale du livre (ARL) en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca). Mais face aux mutations des pratiques de consommations, à la dispersion des achats, à la désertification des centres-villes et à leur faible marge, les libraires éprouvent plus que jamais le besoin d’élargir leurs axes de diversification afin d’améliorer leur profitabilité." Pour répondre à cette demande et leur apporter des pistes de réflexion, l’ARL publie un nouveau guide dans la collection "La librairie autrement", initiée l’an dernier avec un fascicule consacré à l’occasion (1).

Ce deuxième livret est consacré aux librairies-cafés, un phénomène parti de Bretagne avec la création en 1993 de Caplan & Co à Guimaëc, et qui se propage depuis les années 2000, avec plus ou moins de succès. S’appuyant sur l’étude d’une trentaine de commerces sur la centaine répertoriée, tels les bretonnes L’Autre Rive (Berrien) ou Livres in room (Saint-Pol-de-Léon), le guide parvient à la conclusion que l’intégration d’un espace café-restauration apporte "un gain de marge réel et représente un levier supplémentaire pour fidéliser la clientèle", dévoile Olivier Pennaneac’h. A la condition d’accepter un investissement temporel, matériel, financier et humain et de respecter certaines règles de bonne gestion détaillées dans des chapitres très pratiques.

Autre atout du guide, la mise à disposition de deux calculateurs, qui aident à la fixation des prix et évaluent le volume de cafés, sandwichs ou petite restauration à écouler pour être rentable. Ainsi, pour réaliser 40 000 euros de chiffre d’affaires sur 300 jours ouvrés, un espace café devra vendre, par jour, 14 boissons froides à 2 euros, 8 boissons chaudes à 3,50 euros, 5 parts de gâteau à 2,50 euros, 2 sandwichs ou salade, à 5 euros, et 1 plat à 12 euros. Interactifs, ces outils sont utilisables sur le site de l’ARL, qui promet de poursuivre son travail sur les chemins de la diversification avec un nouveau guide à paraître en 2019. Cécile Charonnat

(1) Voir "Un guide pour la vente de livres d’occasion", LH 1109 du 9.12.2016, p. 36.

Thématique

Auteur cité (1)

close

S’abonner à #La Lettre