22 août > BD France

Coloriste renommée pour des albums de Joann Sfar (Le chat du rabbin), Manu Larcenet (Le retour à la terre) ou son mari, Lewis Trondheim (Les formidables aventures de Lapinot, Ralph Azham), Brigitte Findakly est née au début des années 1960 d’un père irakien et d’une mère française. Elle a vécu ses dix premières années à Mossoul, dans une période troublée par une succession de coups d’Etat, avant que sa famille n’opte pour un exil définitif. Ce sont ses souvenirs qu’elle exhume et égrène dans Coquelicots d’Irak, pour lequel Lewis Trondheim a renoncé à ses habituels animaux anthropomorphiques pour représenter de véritables êtres humains dans des vignettes précises et épurées.

Des pique-niques sur les sites archéologiques aux contraintes imposées par le parti Baas aux Irakiens mariés à des étrangers, le livre à base de saynètes, dont certaines ont été publiées dans l’application du Monde La Matinale et sur le site du quotidien, progresse par petites touches. Entre des scènes d’école ou les visites impromptues des voisins, de la famille ou des amis, viennent s’intercaler des images de l’actualité la plus récente, la guerre et les destructions de l’Etat islamique. Plein de charme et de mélancolie, le livre fait revivre sous une forme sensible l’Irak d’avant.

Fabrice Piault

Brigitte Findakly et Lewis Trondheim
Coquelicots d’Irak
L’association
Tirage : NC
Prix : 19 euros ; 112 p. Coul.
ISBN : 978-2-84414-628-1

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités