Lituanie: Des milliers de manuscrits revivront sur Internet | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec afp, le 06.03.2015 à 15h07 (mis à jour le 06.03.2015 à 16h00) Archives

Lituanie: Des milliers de manuscrits revivront sur Internet

Samuel Norich, directeur de Yivo en 1989, avec la partie de la bibliothèque de Vilnius conservée aux Etats-Unis depuis 1945. - Photo YIVOENCYCLOPEDIA

D'ici sept ans, un million et demi de documents issus de la communauté juive de Vilnius, et qui ont survécu à l'invasion nazie et au régime stalinien, seront disponibles en ligne.

Cachés pendant plus de 70 ans dans les sous-sols d'une église catholique de Vilnius, des milliers de manuscrits de la communauté juive lituanienne ont survécu à la Shoah et la répression de Staline pour retrouver aujourd'hui la lumière du jour.

Parmi eux, le manuscrit original de la pièce de théâtre d'un célèbre dramaturge juif, Jacob Gordin, datant du XIXe siècle. Bruni par le temps, le document de quinze pages, en yiddish, transcrit en caractères latins, porte encore le sceau à la cire rouge des censeurs du tsar.

Grâce à un bibliothécaire courageux, le manuscrit de cette pièce surnommé parfois le Roi Lear juif, a été sauvé de la destruction avec des milliers d'autres documents en yiddish et hébreu, dont le contenu reste encore largement à redécouvrir.

"L'œuvre de Gordin, "Mirele Efros", était une pièce en yiddish très populaire. Un théâtre en a envoyé une copie (à la censure tsariste) pour obtenir la permission de la mettre en scène", explique l'historienne lituanienne Lara Lempertiene, penchée sur un tas de documents anciens qui ont survécu miraculeusement aux cataclysmes du XXe siècle.

Equipés de brosses, gommes et colles, les archivistes lituaniens s'appliquent à rendre ces documents numérisables, comme le journal de Theodor Herzl ou livre d'or de la synagogue de Gaon. L'objectif de ce projet mené sous l'égide de l'institut de recherches juives YIVO est de mettre en ligne d'ici sept ans un million et demi de documents témoins d'un passé disparu, qui se trouvent actuellement à Vilnius et à New York.

"Dans les années 1920 et 1930, tous ces documents étaient réunis à Vilnius. Ils constituaient un tout, avant d'être dispersés d'abord par les nazis et ensuite par les Soviétiques", a indiqué à l'AFP Jonathan Brent, le directeur exécutif d'YIVO, contacté par téléphone à New York.

"Avec l'aide du gouvernement et des institutions lituaniennes nous travaillons à réunir cette collection sous forme numérique", a-t-il précisé. Le financement du projet, évalué à 4,6 millions d'euros, est assuré par des fondations publiques et privées, des mécènes individuels et gouvernementaux.

Fondé à l'origine par des intellectuels de Vilnius en 1925, l'Institut YIVO, qui s'est installé à New York en 1940, se donne pour but de préserver, étudier et faire connaître le patrimoine culturel de la communauté juive en Europe de l'Est, Allemagne et Russie, remontant au XVIIe siècle. Elle a mis à disposition sur Internet une encyclopédie unique, The Yivo Encyclopédia, composée d'articles et de documents numérisés.

Des manuscrits cachés sous une église catholique

A Vilnius, appelée souvent la "Jérusalem du Nord", plus de 90% des Juifs de Lituanie ont péri aux mains des nazis et de leurs collaborateurs lituaniens entre 1941 et 1944, alors que l'Etat balte, indépendant entre 1918 et 1940, était occupé par le IIIe Reich allemand.

Pendant la guerre, une partie des archives a été transférée en Allemagne. Retrouvées par l'armée américaine, elles furent transportées à New York.

Ce qui est resté à Vilnius était destiné à la destruction lors d'une campagne antisémite lancée par le dictateur soviétique Joseph Staline, après que Moscou avait pris le contrôle des pays baltes en 1944.

Miraculeusement, la collection a été sauvée par un bibliothécaire lituanien qui l'a cachée dans les sous-sols d'une église catholique, où elle est restée à l'abri jusqu'à l'effondrement de l'Union soviétique.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre