L'odeur du chocolat dynamise les ventes de livres | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec vt, le 22.07.2013

L'odeur du chocolat dynamise les ventes de livres

L'odeur de croissants incitait à entrer dans une boulangerie : des chercheurs belges ont prouvé que l'arôme du cacao était très bénéfique pour les librairies.

Il y a trois jours, la Financière Bach annonçait que les locaux de l'ancienne librairie Castéla de Toulouse allaient être occupé par un chocolatier. C'était sans doute prémonitoire : la tendance serait en effet aux arômes de cacao.

En effet, le magazine californien Pacific Standard a relayé une dévouverte de chercheurs belges de l'Université d'Hasselt : une découverte qui pourrait relancer les libraires indépendants face à la concurrence d'Amazon. Le cybermarchand ne pourra pas les concurrencer sur ce domaine puisque les scientifiques ont prouvé que l'odeur du chocolat avait des vertus commerciales. Après tout, certaines boulangeries diffusent bien une odeur artificielle de croissant...

Selon eux, une boutique qui dégage un parfum de cacao incite les clients à rester plus longtemps, et surtout à acheter plus. Par exemple, ils ont noté que dans les librairies, les lecteurs achetaient davantage de livres populaires, et notamment les ouvrages romantiques, les polars, les publications liées à la cuisine et les livres historiques. Les ventes ont bondit de 22 à 40% selon les genres et plus de la moitié des clients (119 sur les 201 étudiés) entrés dans le magasin ont acheté un livre.

L'étude, parue dans le Journal of Environmental Psychology, a été effectuée durant 10 jours dans deux librairies différentes.

Thématique

close

S’abonner à #La Lettre