Québec

L'Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) s'inquiète des poursuites à l'encontre de l'écrivain Yvan Godbout et de son éditeur pour un passage du roman Hansel et Gretel (AdA, 2017), a fait savoir l'association dans un communiqué du 17 décembre. Arrêté en mars dernier avec son éditeur et accusé de production et distribution de pornographie juvénile, l'auteur sera jugé en septembre 2020 devant un jury. Il encourt jusqu'à 14 ans de prison pour avoir décrit un viol d'une enfant par son père, qualifié de "monstre" dans le roman et tué à coups de cendriers par la victime quelques pages plus tard.

"Bien sûr, on ne peut pas tout écrire au nom de la liberté d’expression ; bien sûr, tout ne peut être dit, publié, partagé ; la loi fixe des limites et, fort heureusement, l’apologie de la pornographie juvénile en est une, déclare Laurent Dubois, directeur général de l’UNEQ. Mais dans le cas d’Yvan Godbout, dans la mesure où la preuve se résume à un livre d’horreur, une œuvre de fiction dans une collection thématique pour public averti, nous sommes inquiets de la tournure des événements. Dans ces quelques lignes, aussi pénibles à lire soient-elles, l’auteur nous semble user de sa plume dans le seul but de faire d’un personnage un monstre absolu."

Un soutien massif

Plus de 400 acteurs du secteur du livre québécois, auteurs, éditeurs et libraires, ont apporté leur soutien à Yvan Godbout dans une tribune publiée dans La Presse, appelant à ce que les accusations contre l'écrivain et sa maison d'édition soient abandonnées.

La liberté d'expression en danger ?

"Cette poursuite n’aurait jamais dû avoir lieu, écrivent les pétitionnaires. Quand une ou un auteur écrit une histoire, elle ou il cherche à raconter la société, à décrire sa beauté ou encore à exposer ses travers. […] Dicter ce qui peut être lu, pensé et critiqué, voire ce qui doit être réécrit ou supprimé, est une pente glissante. Devrons-nous revoir le contenu de nos bibliothèques afin de les purger des œuvres susceptibles d’offenser le premier venu ? Que pourrons-nous oser écrire ? Qui nous le dictera ?"

Suzanne Aubry, écrivaine et présidente de l'UNEQ, abonde : "L’art a, entre autres fonctions, celle de susciter des émotions et de faire réagir, estime la responsable. L’œuvre d’Yvan Godbout en témoigne. Nous sommes en droit de craindre qu’une telle poursuite criminelle mette en danger la liberté d’expression et puisse avoir comme conséquence de museler les créateurs."





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités