Snowden se plaint de la censure chinoise de son livre | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 12.11.2019 à 14h53 (mis à jour le 12.11.2019 à 15h00) Chine

Snowden se plaint de la censure chinoise de son livre

Edward Snowden - Photo DR

Le lanceur d’alerte américain s’est indigné sur Twitter des modifications et coupes apportées par la traduction chinoise de son autobiographie, Mémoires vives.

Edward Snowden a dénoncé sur Twitter, le 12 novembre, la censure à laquelle son autobiographie, Mémoires vives (Seuil, 2019), a été soumise en Chine. Dans une série de messages publiés sur le réseau social, le lanceur d’alerte détaille les coupes et modifications apportées à son texte et sollicite les internautes pour l’aider à construire une version "correcte et intégrale" de son manuscrit en chinois.
 
Refugié en Russie depuis qu’il a révélé au monde, en 2013, l’ampleur du système de surveillance américain, l’ancien contractuel de la CIA a posté des extraits de son livre en anglais avec leur équivalent dans la langue de Confucius. Le comparatif révèle que plusieurs paragraphes ont été expurgés de la version chinoise et certaines phrases ont été rabotées de quelques mots. L’un des passages censurés concerne le printemps arabe de 2011, lors duquel plusieurs pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ont été secoués par des manifestations de masse visant à faire chuter les régimes autocratiques en place. Le passage où Snowden explique que cet embrasement généralisé s’explique par le joug de l’autoritarisme, la censure et l’irresponsabilité des dirigeants politiques, a été retiré de la traduction chinoise.
 
Deux autres paragraphes, dans lesquels l’auteur évoque le réseau Tor, un outil de navigation anonyme sur Internet, ont également été censurés. Edward Snowden a notamment aidé des Iraniens à se connecter au monde grâce à cette plateforme.

Les passages sur la Chine remaniés
 
Un autre passage, qui évoque directement la Chine, a été modifié. Dans la version originale, Snowden expose les raisons qui l’ont conduit à choisir Hong-Kong comme lieu de rendez-vous pour rencontrer les journalistes Glenn Greenwald et Laura Poitras, auxquels il confia de nombreux documents confidentiels. Le lanceur d’alerte souligne que l’ancienne colonie britannique dispose d’une "autonomie symbolique" qui lui a permis de "se trouver hors de portée de Pékin" et de sa capacité à nuire à son entreprise. La traduction chinoise ignore ce passage.
 
Conscients de cette censure, certains internautes chinois conseillent aux lecteurs de consulter le compte Twitter d’Edward Snowden pour lire la version intégrale de Mémoires vives, selon le Guardian. D’autres, surpris par la simple parution du livre en Chine, voient cette censure comme inévitable, à un moment où le pouvoir central fait face à une contestation d’une ampleur inédite à Hong Kong. Le peuple du territoire autonome réclame depuis plusieurs mois des élections libres et la réduction de l’influence de la Chine dans son fonctionnement interne
close

S’abonner à #La Lettre