Cinéma

Parmi les cinq adaptations qui sortent dans les salles de cinéma le 12 septembre, Mademoiselle de Joncquières est de loin la plus littéraire. Emmanuel Mouret, dont toute l’œuvre cinématographique semble un éloge du marivaudage, signe une adaptation d’un conte de René Diderot, Histoire de Mme de La Pommeraye que Gallimard vient de publier en Folio le 6 septembre. Il s’agit d’un épisode de Jacques le fataliste, que l’éditeur fait précéder d’un autre texte, Sur les femmes. Jacques le Fataliste et son maître a été réédité ces derniers mois chez Flammarion et Archipoche.

Un film féministe et égalitariste
 
Avec ce récit, le réalisateur signe un film profondément féministe et égalitariste, même si l’amour triomphe et blanchit le prédateur, où les manigances et les trahisons entre aristocrates oisifs rappellent Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos.
 
Madame de La Pommeraye (Cécile de France), jeune veuve retirée du monde, cède à la longue et patiente cour du marquis des Arcis (Edouard Baer), libertin notoire. Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union. Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de lui avec la complicité de Mademoiselle de Joncquières (Alice Isaaz) et de sa mère (Natalia Dontcheva), deux femmes répudiées et ruinées, condamnées à la prostitution... Malgré les avertissements de sa meilleure amie, (Laure Calamy), Madame de La Pommeraye est déterminée à humilier le marquis, au nom de toutes les femmes bafouées par des hommes sans vertu.
 

Diderot n’a pas été souvent transposé sur grand écran, hormis son roman La religieuse. L’histoire de Madame de La Pommeraye a déjà été adaptée en 1922 par le cinéaste allemand Fritz Wendhausen, et en 1945 par Robert Bresson (Les dames du bois de Boulogne).
 

Les autres adaptations du 12 septembre 2018

J’ai perdu Albert. Didier Van Cauwelaert réalise lui-même l’adaptation de son roman époyme publié en mars (Albin Michel), et disponible en livre audio chez Audiolib cette semaine. C’est son deuxième film après Les amies de ma femme (1193) en tant que réalisateur.
 
Ma fille, de Naidra Ayadi. Ce thriller familial, avec Roschdy Zem, est l’adaptation du roman de Bernard Clavel, Le voyage du père, paru initialement en 1965, et que vient de rééditer Robert Laffont. Il avait déjà été transposé au cinéma en 1966 par Denys de La Patellière, avec Fernandel.
 
Le quatuor à cornes, film d’animation français est composé de trois courts métrages adaptés d’histoires d'Yves Cotten : Dorothy la vagabonde, La clef des champs et Aglaé la pipelette, tous réédités chez Beluga en 2008.
 
Okko et les fantômes de Kitaro Kosaka. Ce film d’animation japonais est inspiré du manga d’Hiroko Reijo et Asami, série de 20 tomes inédite en France et publiée au Japon chez Kodansha.
 
 





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités