Michel Houellebecq accuse l’Etat d’avoir tué Vincent Lambert | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 11.07.2019 à 12h42 (mis à jour le 11.07.2019 à 13h08) Tribune

Michel Houellebecq accuse l’Etat d’avoir tué Vincent Lambert

Michel Houellebecq - Photo PHILIPPE MATSAS/FLAMMARION

Dans une tribune publiée sur le site du Monde, l’auteur de Sérotonine se dit "sidéré" de l’action de l’Etat en faveur de l’arrêt des traitements de Vincent Lambert, décédé jeudi.

L’écrivain Michel Houellebecq a pris la plume pour dénoncer l’action de l’Etat en faveur de l’arrêt des traitements de Vincent Lambert, décédé jeudi 11 juillet après onze ans passés dans un état végétatif. Victime d’un accident de voiture en 2008, il était depuis maintenu en vie artificiellement au CHU de Reims.
 
"L’Etat français a réussi à faire ce à quoi s’acharnait, depuis des années, la plus grande partie de sa famille : tuer Vincent Lambert", écrit l’auteur de Sérotonine (Flammarion, 2018) dans une tribune publiée sur le site du Monde rédigée avant le décès de l’ancien infirmier de 41 ans. Après une longue bataille judiciaire opposant les parents de ce dernier, pour le maintien en vie, à sa femme et six de ses frères et sœurs, pour l’arrêt des traitements, la Cour de Cassation a autorisé, le 28 juin, l’hôpital à entamer le protocole médical qui accompagne la fin de vie.
 
"J’avoue que lorsque la ministre 'des solidarités et de la santé' [Agnès Buzyn] (j’aime bien, en l’occurrence, les solidarités) s’est pourvue en cassation, j’en suis resté sidéré, maugrée l’écrivain, décoré en avril de la Légion d'honneur par Emmanuel Macron. J’étais persuadé que le gouvernement, dans cette affaire, resterait neutre. Après tout, Emmanuel Macron avait déclaré, peu de temps auparavant, qu’il ne souhaitait surtout pas s’en mêler."

"Une brèche a été ouverte"
 
Très critique à l’égard du gouvernement et du président de la République, l’écrivain ironise : "L’hôpital public est sur-char-gé, s’il commence à y avoir trop de Vincent Lambert, ça va coûter un pognon de dingue (on se demande pourquoi d’ailleurs : une sonde pour l’eau, une autre pour les aliments, ça ne paraît pas mettre en œuvre une technologie considérable)".
 
Pour Michel Houellebecq, Vincent Lambert "est mort d’une médiatisation excessive" et la ministre de la santé Agnès Buzyn a voulu faire "un exemple [pour] ouvrir une brèche [et] faire évoluer les mentalités". Puis de constater : "une brèche a été ouverte […]. Pour les mentalités, j’ai des doutes. Personne n’a envie de mourir, personne n’a envie de souffrir : tel est, me semble-t-il, l’'état des mentalités', depuis quelques millénaires tout du moins".
 

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre