Disparition

L'historien américain Bernard Lewis, dont les livres ont influencé des générations de spécialistes de l'islam mais qui fut aussi au cœur de vives polémiques, est décédé samedi à l'âge de 101 ans, selon le Washington Post.

Né à Londres, Bernard Lewis, qui a longtemps enseigné à l'université de Princeton, dans le New Jersey, était résolument pro-Israël et proche des néoconservateurs américains.

"Pour certains, je suis un génie immense. Pour d'autres, je suis le diable incarné", déclarait-il dans un entretien accordé en 2012 au Chronicle of Higher Education.

Il avait en particulier contesté la réalité du génocide des Arméniens par les Turcs en 1915, apportant sa caution intellectuelle à la Turquie en affirmant que la thèse du génocide était "la version arménienne" de l'histoire.

Parmi ses très nombreux ouvrages, figurent notamment Les Arabes dans l'histoire (Flammarion), L'Islam en crise (Gallimard), Islam et laïcité: la naissance de la Turquie moderne (Fayard) ou encore Le langage politique de l'Islam (Gallimard).


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités