Bibilothèque

Nouvelle médiathèque de Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne) : "S’ouvrir sur le jeu vidéo"

Nouvelle médiathèque de Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne) : "S’ouvrir sur le jeu vidéo"

médiathèque Plaisance-du-Touch - extérieur - Photo Patrice Massacret

Nouvelle médiathèque de Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne) : "S’ouvrir sur le jeu vidéo"

Samedi 10 décembre, la commune de 19 500 habitants de Plaisance-du-Touch, en Haute-Garonne, ouvre une médiathèque de 1 200 m2 en rez-de-chaussée d’un bâtiment de logements, avec tout un lot de nouveautés dans l'air du temps. Interview de sa responsable, Anne Jaulin.

J’achète l’article 1.5 €

Par Fanny Guyomard,
Créé le 07.12.2022 à 16h48

Des espaces de travail, une salle d’ateliers créatifs… C’est ce que vont découvrir, ce 10 décembre, les habitants de Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne) dans leur nouvelle médiathèque située en rez-de-chaussée d’un bâtiment d’habitations. Résumé du projet avec la responsable Anne Jaulin.

médiathèque Plaisance-du-Touch 1
La médiathèque Plaisance-du-Touch ouvre ses portes le samedi 10 décembre 2022.- Photo PATRICE MASSACRET

Livres Hebdo : Pourquoi ouvrir une nouvelle bibliothèque ?

Anne Jaulin : L’ancienne était sous-dimensionnée (moins de 300 m2) pour notre ville, qui compte aujourd’hui presque 20 000 habitants. On ne pouvait pas avoir de musique, de cinéma, de jeux vidéo et accueillir facilement les lecteurs. La nouvelle a une surface de 1 000 m2 et un jardin de 200 m2 !

L’espace jeux vidéo se situe à l’entrée : un choix délibéré ? 

Oui, c’était une volonté d’ouvrir sur ce secteur-là. Le projet a été monté avec le conseil municipal des jeunes pour être au plus près de leur demande, et ils ont choisi les consoles et les jeux à partir d’un budget donné. On avait déjà travaillé avec eux pour créer le fonds manga, et c’est très agréable. Ils viennent le jour de l’inauguration pour présenter les lieux à leurs pairs !

Avez-vous associé d’autres habitants à la conception de la médiathèque ?

On a organisé une consultation publique pour savoir ce qu’ils aimaient. Une réponse récurrente était l’accueil qu’on leur réservait. Ça nous a fait super plaisir, c’est très important pour nous de faire en sorte que nos lecteurs se sentent bien et accompagnés. Certains nous apportent d’ailleurs des crêpes !

Comment appréhendez-vous l’espace musical, quand l’emprunt des CD est généralement en perte de vitesse ?

C’est en effet compliqué, donc nous empruntons pour le moment le fonds à notre médiathèque départementale. L’idée est d’investir progressivement dans le numérique et de créer des playlists, par exemple.

Vous étiez six bibliothécaires et en avez recruté trois : quel profil recherchiez-vous ?

L’un des critères était d’être passionné ! On adore notre métier.

Les dernières
actualités