Adaptation

Olivier Adam fait battre "Le cœur régulier" au cinéma

Jun Kunimura et Isabelle Carré dans "Le cœur régulier" de Vanja D'Alcantara. - Photo VERSION ORIGINALE / CONDOR

Olivier Adam fait battre "Le cœur régulier" au cinéma

Sixième adaptation d'un roman d'Olivier Adam, Le cœur régulier, avec Isabelle Carré, sort mercredi 30 mars sur les écrans.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 29.03.2016 à 17h32,
Mis à jour le 29.03.2016 à 18h00

Olivier Adam est en librairie avec son nouveau roman La renverse (Flammarion). Mercredi 30 mars, il sera également dans les salles de cinéma avec Le cœur régulier, adaptation de son roman paru en 2010 à l'Olivier et que Points vient de rééditer en format poche avec en couverture l'affiche japonisante du film. Tous formats confondus, le livre s'est vendu à plus de 120000 exemplaires.

Le romancier a toujours été apprécié par les réalisateurs français, dont Le cœur régulier est la sixième adaptation. En 2004, Jean-Pierre Améris avait adapté Poids léger. Deux ans plus tard, Philippe Lioret transposait Je vais bien, ne t'en fais pas, succès public deux fois césarisé. A l'abri de rien a fait l'objet d'une version télévisuelle, Maman est folle, réalisée par Jean-Pierre Améris, avec Isabelle Carré dans le rôle principal. Jalil Lespert a de son côté réalisé en 2011 Des vents contraires. En 2014, Passer l'hiver est adapté par Aurélia Barbet. Olivier Adam a également écrit le scénario de Welcome, de Philippe Lioret.

Pour Le cœur régulier, la cinéaste belge Vanja D'Alcantara a posé sa caméra dans les îles Oki, perdues entre le Japon et la péninsule coréenne, célèbres pour ses falaises vertigineuses et rougeoyantes.

Dans le dossier de presse, l'écrivain confie son impression du film: "En le découvrant, outre sa très grande beauté plastique et sa justesse, j’ai été frappé par sa proximité, gémellaire presque, avec ma pulsation interne, mon rapport intime au temps, au cadre, au silence, aux gestes, à la géographie, aux éléments… Le film de Vanja d’Alcantara constitue à mes yeux une parfaite et lumineuse épure, au sens le plus noble du terme, japonais donc, du roman qui en a été la source. Elle en a fait surgir le cœur secret. J’ai eu la sensation très nette de découvrir sur l’écran, dénudés, étincelants, les paysages et les visages mêmes qui ont guidé son écriture".

La réalisatrice a conservé les thèmes du roman, et notamment ce voyage initiatique vers l'éveil après la mort. Le récit accompagne Alice (Isabelle Carré), femme à l'existence comateuse, qui se rend au Japon sur les traces de son frère, dans un village hors du temps, au pied des falaises. Ici, Nathan (Niels Schneider) avait retrouvé l'apaisement auprès d'un certain Daïsuke (Jun Kunimura). C'est au tour d'Alice, endeuillée par le suicide de Nathan, de se rapprocher du vieil homme, et de ses hôtes. Dans une atmosphère toute japonaise, elle se remet à écouter son cœur.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités