Etude

Pandémie et édition : un impact mondial moins dramatique que prévu

Le stand du BIEF à la Foire internationale du livre de Francfort 2019 - Photo Olivier Dion

Pandémie et édition : un impact mondial moins dramatique que prévu

L’impact de la pandémie sur l’économie du livre au niveau mondial a été moins dramatique que prévu, bien que contrasté d'un pays à l'autre, selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). 

J’achète l’article 1.5 €

Par Pierre Georges ,
Créé le 15.11.2021 à 19h00

Dans une étude mondiale dont les résultats préliminaires viennent d’être dévoilés, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) a compilé l’ensemble des données économiques de 23 marchés de l’édition mondiale. Le but : « montrer la façon dont l’industrie du livre mondiale s’en est sortie pendant l’année de crise 2020 ».

Premier enseignement : l’impact sur les revenus a été mitigé. Les 23 pays ont généré un chiffre d’affaires combiné de 64,4 milliards de dollars en 2020. Nombre d’entre-eux ont enregistré des baisses de revenus par rapport à 2019. Par exemple, le chiffre d’affaires de l’édition a baissé de 31,6% en Turquie, 18,2% au Brésil, 7,3% en Suède, 5,6% en Colombie et 2,2% en Irlande. De l’autre côté, d’autre nations affichent une croissance de leurs revenus éditoriaux en 2020 : notamment le Japon (+10,7%), l’Italie (+8,6%), la Norvège (+4,2%), la Finlande (+3,8%), la Nouvelle-Zélande (+2,5%), le Royaume-Uni (+2%). A noter que la France n’apparaît pas dans le Top 5 des pays ayant enregistrés les ventes les plus importantes (Etats-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, Italie). Signalons aussi que les deux tiers des pays cités dans l’étude ont connu une diminution de leurs revenus ainsi que du nombre de titres publiés.

Les ventes en ligne augmentent partout

Autre enseignement : la part des ventes en ligne a grimpé sur les marchés mondiaux du livre. Au Royaume-Uni, elles ont généré plus des deux tiers du total de l’industrie de l’édition, à 69,6%. Le chiffre s'élève à 38,7% au Brésil, 37,8% à Malte, 44,1% en Turquie et 37,3% aux Etats-Unis. Cependant, les ventes directes en librairies physiques continuent de générer l’essentiel des recettes du secteur en Espagne (79,2%), en Italie (62,9%) ou encore en Nouvelle-Zélande (61,2%). « Les comparaisons directes avec 2019 ne sont possibles que pour quelques pays, et indiquent tous une augmentation de la part des ventes en ligne », précise l’étude de l’OMPI. A savoir : +6,6% aux Etats-Unis, +7,3% en Norvège, +13,4% au Royaume-Uni ,voire même +43% en Turquie. « Bien que ces augmentations reflètent une tendance à plus long terme, la pandémie et les mesures de confinement ont probablement accéléré cette tendance et peut-être changé les habitudes d’achat de façon permanente », commente l’OMPI.

Dernière observation de l’étude : seulement deux tiers des pays ont enregistré une baisse du nombre de titres publiés en 2020 par rapport à 2019. Parmi ceux-ci, l’Espagne a enregistré la plus forte baisse (-12,8%) devant la France (-9,2% à 97 327 titres publiés), le Royaume-Uni (-7,9%) et la Turquie (-5,8%). A l’inverse, l’Italie a connu une croissance de 25,6%. A noter enfin, qu’à l’exception de la Turquie, tous les pays ont vu la part des publications numériques augmenter.

Les dernières
actualités