Pascal Manoukian, lauréat du Prix des lecteurs de la Ville de Brive | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 06.11.2017 à 15h07 (mis à jour le 06.11.2017 à 16h00) Prix littéraire

Pascal Manoukian, lauréat du Prix des lecteurs de la Ville de Brive

Pascal Manoukian - Photo DR/DON QUICHOTTE

Le jury du prix organisé par la médiathèque de Brive (Corrèze) a récompensé Pascal Manoukian pour son livre paru chez Don Quichotte, Ce que tient ta main droite t’appartient. L’auteur recevra son prix lors de la 36édition de la Foire du livre de Brive, samedi 11 novembre 2017.

Pascal Manoukian remporte, lundi 6 novembre, le Prix des lecteurs de la Ville de Brive pour son livre Ce que tient ta main droite t’appartient, publié chez Don Quichotte. Le lauréat recevra son prix samedi 11 novembre à l’occasion de la 36édition de la Foire du livre de Brive qui se déroulera du 10 au 12 novembre.
 
Le roman décrypte les mécanismes d’embrigadement de l’Etat islamique à travers le parcours de Karim, un jeune musulman dévasté par la perte de sa compagne tuée dans une fusillade à la terrasse d’un café. Pour détruire ceux qui ont ruiné sa vie, le jeune homme se fait recruter par Daesh et embarque pour la Syrie où il découvre l’envers de l’organisation.
 
Ancien reporter de guerre et ex-dirigeant de l’agence de presse Capa, Pascal Manoukian est l’auteur d’un récit sur ses années de guerre à travers le monde depuis les années 1970, intitulé Le Diable au creux de la main (Don Quichotte, 2013). En 2015, son premier roman Les échoués (Don Quichotte) donne la parole à trois clandestins moldave, bangladais et somalien exilés en France et reçoit le prix Première 2016, remis lors de la Foire du livre de Bruxelles.
 
Créé par la médiathèque de Brive, le Prix des lecteurs récompense chaque année depuis 2006 un roman français parmi une sélection de 10 livres parus entre novembre et mai. Doté de 1500 euros, il est remis lors de la Foire du livre de Brive par un jury composé de lecteurs et présidé en 2017 par l’écrivain Laurent Gaudé. Le lauréat bénéficie également d’un mois de résidence d’écriture soutenu par la ville.
close

S’abonner à #La Lettre