Patrick Zachmann reçoit le prix Nadar 2016 pour son travail sur la Chine | Livres Hebdo

Par Anne-Laure Walter, le 28.10.2016 à 11h44 (mis à jour le 28.10.2016 à 12h00) Proclamation

Patrick Zachmann reçoit le prix Nadar 2016 pour son travail sur la Chine

Page intérieure de "So Long, China" de Patrick Zachmann paru chez Xavier Barral - Photo XAVIER BARRAL

Ce prix qui récompense le travail d'un photographe mais aussi celui d'un éditeur a distingué jeudi 27 octobre, le livre So Long, China publié par les éditions Xavier Barral.

Le 61e Prix Nadar Gens d’images a été officiellement décerné le 27 octobre dans les salons de l’hôtel Tubeuf à la Bibliothèque nationale de France à l’ouvrage So Long, China du photographe Patrick Zachmann, publié par Xavier Barral.

Il a gagné d'une courte tête devant Astres noirs de Katrin Koenning et Sarker Protick, paru chez Chose commune et succède à Algérie, clos comme on ferme un livre?, édité par le Bec en l'air présentant les photographies de Bruno Boudjelal et les textes de François Cheval.
 
Question de l'identité en Chine

Cela fait plus de trente ans que Patrick Zachmann parcourt la Chine qu’il découvre en 1982 à travers le prisme du cinéma. Des triades de Hong Kong dans les années 1980 à la transformation de la ville de Pékin en passant par Tian’anmen, le tremblement de terre du Sichuan et l’exposition universelle de Shanghai, cet ouvrage rassemble près de 350 photographies N&B et couleur, mêlant la petite et la grande histoire dans un pays en pleine mutation. Le fil rouge de ce travail au long cours est la question de l’identité qui devient pour les nouvelles générations, en perte de repères, un enjeu essentiel.

Déjà distinguées par ce prix, les éditions Xavier Barral publient depuis 2002 des ouvrages abordant les formes nouvelles de la photographie, de l’art contemporain et des sciences. Chaque livre est un objet singulier où priment esthétique et choix graphiques. Les regards se croisent entre artistes et auteurs du monde entier. Le catalogue compte plus de 100 ouvrages salués par la critique.
close

S’abonner à #La Lettre