Pékin investit massivement dans les librairies | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, avec China Daily, le 06.08.2018 à 11h00 Focus sur la Chine

Pékin investit massivement dans les librairies

Librairie à Pékin

Avant l’ouverture de la foire international du livre de Pékin (22-26 août), Livres Hebdo vous propose cette semaine un focus sur la Chine. Aujourd’hui, les investissements de Pékin pour développer son réseau de librairies. 

A travers des subventions et des réductions de taxe, Pékin souhaite développer son réseau de librairies. La municipalité compte investir 50 millions de yuan (6,2 millions d’euros) pour soutenir l’ouverture de librairies en 2018, soit 2,8 fois la somme accordée au secteur en 2016 et 2017.

"Nous n’aidons pas seulement les librairies qui ont des problèmes financiers. Notre objectif est d’attirer davantage de capital dans le secteur et de guider les structures existantes pour améliorer leur activité", a souligné auprès du quotidien China Daily, Zhang Su, chef adjoint du bureau municipal de la ville. 

Ouvrir 216 librairies d’ici 2020

La capitale chinoise a l’ambition de construire un centre commercial dédié au livre dans chacune de ses 16 divisions administratives ainsi que 200 librairies spécialisées d’ici 2020."Les centres commerciaux dédiés au livre offriront une expérience culturelle au public. Ils ne vendront pas que des livres mais proposeront aussi des conférences ou des événements", précise Zhang Su. Les autorités encouragent également l’ouverture des librairies 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. 

"Nous faisons face à une période de déclin de la librairie. Mais Pékin, en tant que centre culturel du pays, possède les meilleures ressources de l’industrie de l’édition. Les 2/3 des maisons d’éditions sont à Pékin", observe Liu Mingqing, éditeur et auteur chinois. Selon lui, les habitants de la capitale lisent en moyenne 10 ouvrages par mois. Un score élevé comparé au quatre livres lus en moyenne par le reste de la population. "Plus de 60% des Pékinois préfèrent acheter des livres en librairies plutôt que sur Internet", assure-t-il, laissant espérer une croissance du secteur dans les années à venir. 
close

S’abonner à #La Lettre