Pierre Senges, prix Wepler-Fondation La Poste 2015 | Livres Hebdo

Par Marine Durand, le 09.11.2015 à 09h15 (mis à jour le 09.11.2015 à 11h18) Lauréat

Pierre Senges, prix Wepler-Fondation La Poste 2015

Pierre Senges - Photo C. HELIE / GALLIMARD

Le jury du prix Wepler-Fondation La Poste, réuni dimanche 8 novembre, a couronné Achab (séquelles), paru aux éditions Verticales, tandis qu'une mention spéciale a été décernée à Lise Charles pour Comme Ulysse (P.O.L).

Le prix Wepler-Fondation La Poste 2015 a été décerné à Pierre Senges pour Achab (séquelles), paru au mois d'août 2015 aux éditions Verticales. Il sera remis à l'auteur lundi 9 novembre lors d'une soirée organisée à la brasserie parisienne Wepler.

Dans ce roman de la rentrée littéraire 2015, Pierre Senges, déjà lauréat du très décalé prix de la page 111, offre une suite aux aventures du capitaine Achab, le marin parti à la recherche du cachalot blanc Moby Dick dans le livre du même nom d'Herman Melville. Arrivé à New York, le retraité à la jambe de bois multiplie les emplois dans l'industrie du spectacle, tentant de vendre aux agents de Broadway son histoire de baleine tueuse.

Comme d'habitude, le jury du prix Wepler-Fondation La Poste a également décerné une mention spéciale qui revient cette année à la jeune Lise Charles pour Comme Ulysse (P.O.L), son deuxième roman, qui avait été sélectionné pour le prix littéraire du Monde. Comme le notait Véronique Rossignol dans son avant critique publiée dans Livres Hebdo au mois de juin, l'auteure y conte "l’histoire d’une très jeune fille indéterminée, Lou (mais qu’elle épelle "L double O"), une Française hébergée dans une famille aisée du Massachusetts, avec pour mission de servir de modèle au père, artiste peintre, et de parler français à ses deux enfants.

Créé à l’initiative de la libraire des Abbesses (Paris 18e) de Marie-Rose Guarniéri, avec le soutien de la Brasserie Wepler et de la Fondation La Poste, qui permet d’attribuer aux lauréats respectivement 10000 et 3000 euros, le prix a vocation à distinguer des ouvrages échappant aux pressions marketing et médiatiques. Les lauréats sont choisis, à partir d'une sélection d’une douzaine de titres, par un jury renouvelable chaque année et composé de professionnels et de non professionnels.

L'an dernier, le prix Wepler-Fondation La Poste était revenu au roman Le soleil, de Jean-Hubert Gailliot (L'Olivier), tandis que la mention spéciale avait été décernée à La condition pavillonnaire, de Sophie Divry (Noir sur Blanc/Notabilia).
close

S’abonner à #La Lettre