Blog

A une semaine des élections départementales, quels sont les enjeux de cet événement pour les bibliothèques ?

Aujourd'hui, les conseils généraux ont la responsabilité des Bibliothèques Départementales de Prêt (BDP) qui interviennent auprès des communes ou intercommunalités dans leurs projets de construction d'établissements ou en leur fournissant des collections et des services (formation, informatique, animations, etc.). Les nouveaux élus devront procéder à des choix et des arbitrages. Par exemple : quelle place la Bibliothèque Départementale occupera dans la hiérarchie des priorités budgétaires à l'heure d'une réduction des dotations de l'Etat ?

Collectivement, les professionnels vont devoir informer et convaincre les nouveaux élus et présidents de l'importance de leur action auprès des citoyens notamment des communes les plus petites. Alors que, tout récemment, M. Valls mettait en valeur « les maisons des services publics », comment ne pas suggérer que les bibliothèques peuvent faire partie si ce n'est porter ce type de projet ? Les exemples de Signy l'Abbaye, Condé-sur-Noireau, etc. doivent être mis en valeur et nourrir un renouvellement de la manière dont ces élus perçoivent les bibliothèques.

Oui, les bibliothèques sont des lieux d'information et de renseignement pratique des citoyens ! Elles savent travailler avec des partenaires de l'action sociale et apportent leur contribution particulière en faisant disparaître la stigmatisation associée à la demande d'aide (à l'heure où celle-ci est souvent montrée du doigt comme une forme d' « assistanat »). Les usagers des services sociaux, quand ils sont accueillis à la bibliothèque, sont d'abord visiteurs de cet équipement. Si la vision passéiste des élus n'est pas remise en question, ils ne pourront pas inscrire les bibliothèques dans une réflexion vers l'avenir !

Au-delà, les nouvelles assemblées départementales participeront à l'écriture de la place des bibliothèques dans la nouvelle organisation territoriale. Elles seront les mieux à même de défendre les réseaux départementaux patiemment construits depuis leur création bien antérieure à la loi sur la départementalisation dont on fêtera le 30ème anniversaire le 1er janvier 2016. Après tout, les BDP ne sont-elles pas un argument pour les conseils Départementaux pour justifier que l'échelle départementale est la meilleure en ce qu'elle est un bon point d'équilibre entre mutualisation des ressources et proximité avec les citoyens ? C'est le sens du récent communiqué de l' Association des Directeurs de Bibliothèques Départementales (ADBDP) sur la réforme territoriale. Il faut diffuser cette idée et montrer par des exemples et des données le bien-fondé de cette conviction. Ce sera sans doute au cœur du programme des journées d'étude qui auront lieu dans le Finistère sur le thème « Les BDP dans la recomposition des territoires ». L'enjeu est important car, en cas de disparition des Départements, les réseaux des BDP seront confrontés à la même situation que ceux des intercommunalités qui sont contraintes de fusionner dans les nouvelles Métropoles alors qu'elles ont parfois construit un réseau soudé et cohérent. On pense, par exemple à Plaine Commune. L'Interassociation Archives Bibliothèques Documentation (IABD) a elle aussi exprimé ses souhaits à propos de la réforme territoriale : « Intercommunalité et lecture publique : le choix des possibles ».

Par ailleurs, les élections verront sans doute l'arrivée dans quelques départements de majorités issues du Front National. On ne peut pas savoir ce que cela pourra avoir comme conséquences sur les orientations en matière de bibliothèques. Peut-être cela se traduira-t-il par une fermeture de bibliothèques comme le projette Albert Herszkowicz. Est-ce que la « préférence nationale » qui inspire le programme culturel de ce parti sera l'inspiration de ces nouveaux exécutifs ? Les électeurs du Front ne seraient-ils pas les premiers surpris à voir disparaître les films, séries, musiques ou livres relevant du mainstream dans leurs bibliothèques ?

Bref, ces élections ne seront pas sans incidences sur le visage à venir des bibliothèques. Citoyens et professionnels, songeons-y...

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
M

Martine

il y a 6 ans à 14 h 14

J'ai été documentaliste 25 ans dans l'éducation nationale...en lycée, en collège ZEP entre autres...J'aime bien appeler "un chat, un chat"! La terminologie de cet article me passe au-dessus de la tête! Une bibliothèque n'est pas un service social...en revanche, elle possède une immense richesse pour l'imaginaire, et là,oui, elle est au service de tout ceux qui passe la porte. ,


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités