Prix

Qui aura le Goncourt ?

Le restaurant Drouant. En bas à gauche, Patrick Rambaud, juré Goncourt, sorti fumer une cigarette. - Photo OLIVIER DION

Qui aura le Goncourt ?

Vingt critiques littéraires donnent David Foenkinos gagnant. Mais ils lui préfèrent Kamel Daoud, faisant d’Actes Sud le challenger de Gallimard, que l’on donnait jusqu’ici comme vainqueur du plus prestigieux des prix littéraires. Verdict mercredi 5 novembre.

J’achète l’article 1.50 €

Par Marie-Christine Imbault,
Créé le 31.10.2014 à 00h00,
Mis à jour le 02.11.2014 à 19h13

Au jeu des pronostics, il gagne d’une courte tête. Selon les vingt critiques littéraires à qui nous avons demandé : "Qui aura le Goncourt ?", David Foenkinos - et Gallimard - décrochera le prix le plus convoité de l’automne pour Charlotte. Il devance Kamel Daoud et Meursault, contre-enquête (Actes Sud) d’une voix. Dans un long coude-à-coude, le chouchou des lettres a finalement obtenu 8 voix. Kamel Daoud, longtemps favori, n’en a finalement obtenu que 7, tous deux arrivant néanmoins largement devant Pauline Dreyfus (Ce sont des choses qui arrivent, Grasset) et Lydie Salvayre (Pas pleurer, Seuil), dotées de 1 voix chacune et 3 votes blancs.

Mais à la question "Qui le mérite ?", Kamel Daoud, dont beaucoup saluent l’exercice, arrive très nettement en tête avec 7 voix, loin devant David Foenkinos, Lydie Salvayre et… Eric Reinhardt, qui, s’il n’est plus finaliste, recueille néanmoins comme eux 3 voix. Dans une moindre mesure, Pauline Dreyfus, Emmanuel Carrère et Mathias Menegoz (P.O.L), Olivier Adam (Flammarion) et Eric Vuillard (Actes Sud) ont également été cités.

Un face-à-face final entre David Foenkinos et Kamel Daoud semble donc devoir se jouer jusqu’au Graal. La popularité du premier, dont le roman atteint déjà 150 000 exemplaires sortis à fin octobre sur un tirage de 160 000, lui donne l’avantage. Les défenseurs de Foenkinos saluent aussi "l’effort littéraire" et le numéro "d’équilibriste", voire "l’écriture en vers, bien menée", auxquels il s’est livré, et même son "opiniâtreté".

Enfin, il appartient à l’écurie Gallimard, qui aimerait bien terminer l’année en beauté après un prix Nobel tombé à l’improviste. Fraîchement couronné par l’extension polonaise du prix, la "liste Goncourt", David Foenkinos ferait aussi un bon lauréat pour le Goncourt des lycéens ou le Renaudot.

"Petit bijou"

En challenger, Kamel Daoud qui, lui, a quitté la sélection du Renaudot apparaît à beaucoup de nos critiques comme la "vraie découverte" dont la reconnaissance irait dans le sens de la mission du Goncourt. Ils soulignent ce "petit bijou", récemment qualifié dans le JDD par Bernard Pivot, juré Goncourt, de "réussite exceptionnelle". S’emparant du classique le plus vendu à l’étranger, celui de Camus, ce "journaliste engagé", souligne Laurent Goumarre, "résout une énigme littéraire" à laquelle les Goncourt ne peuvent demeurer insensibles. Publié chez Actes Sud qui a déjà décroché le Goncourt en 2012 avec Jérôme Ferrari, il s’adresse cependant à un public plus littéraire, ce qui pourrait le handicaper.

De fait, dès la première sélection, neuf des dix académiciens avaient voté pour lui, comme pour Pauline Dreyfus, elle aussi "auteur en devenir" qui signe pourtant un livre "très abouti" selon Marianne Payot. Pas suffisamment cependant pour convaincre nos critiques, davantage séduits par Lydie Salvayre, voire Eric Reinhardt, déjà hors concours. L’absence du bandeau rouge sur un livre Grasset depuis 2005 peut-elle changer la donne ?

David Foenkinos l’aura

Le quarté de tête des critiques :
David Foenkinos : 8 voix
Kamel Daoud : 7 voix
Pauline Dreyfus : 1 voix
Lydie Salvayre : 1 voix

Mais c’est Kamel Daoud qui le mérite

Kamel Daoud : 7 voix
David Foenkinos : 3 voix
Lydie Salvayre : 3 voix
Pauline Dreyfus : 1 voix

Le choix des critiques

Qui l’aura ? Je n’en sais rien.

Jean-Christophe Buisson - Photo FIGARO MAGAZINE

Qui le mérite ? Le magnifique et vertigineux roman de Kamel Daoud le mérite je crois au premier chef. Meursault, contre-enquête (Actes Sud) est le récit du frère de l’Arabe assassiné sur la plage dans L’étranger de Camus, œuvre à laquelle Kamel Daoud offre des échos étonnants. Ce serait une belle consécration pour cet écrivain déjà distingué par le prix Mohammed-Dib en 2008 pour L’Arabe ou Le vaste pays de Ô, et cette année par le prix François-Mauriac et celui des Cinq Continents de la francophonie.

Qui l’aura ?Meursault contre-enquête, de Kamel Daoud (Actes Sud), parce que ce livre incisif est devenu un quasi-classique, qui sera lu à l’avenir, en contrepoint de L’étranger de Camus. Fond et forme, c’est un petit bijou qui brille par son sens de l’actualité. Ce livre illustre aussi la vitalité de la littérature française, hors de l’Hexagone.
Qui le mérite ?Meursault contre-enquête, de Kamel Daoud (Actes Sud), car dans l’esprit des Goncourt, le prix remis en leur nom devait couronner un talent neuf, voire un premier roman, ce qui est le cas du livre de Kamel Daoud. Il a en revanche le handicap d’être sorti en mai, mais est-ce rédhibitoire ?

 

France Cavalié - Photo J.-J. DESCAMPS

Jean Birnbaum, Le Monde
Qui l’aura ? Je l’ignore.
Qui le mérite ? Lydie Salvayre.

Laurent Goumarre - Photo J. KNAUB/FRANCE 5

Qui l’aura ?Charlotte (Gallimard) de David Foenkinos. Parce que les jurés du Goncourt sont devenus attentifs à ce que le livre qu’ils couronnent trône dans les listes des meilleures ventes. Parce qu’ils voudront saluer la démarche et l’effort littéraires accomplis par "un auteur populaire". Et parce qu’ils comptent bien être eux-mêmes salués pour leur démarche.
Qui le mérite ? Les livres de Benoît Duteurtre et de Kamel Daoud, qui conjuguent créativité narrative, singularité imaginative et maîtrise stylistique.

Philibert Humm - Photo DR

Qui l’aura ? Le poème en prose de David Foenkinos récompensé par les jurés du Goncourt ? Pourquoi pas. Sa forme narrative, la ferveur de l’auteur, son opiniâtreté depuis dix ans à sortir des oubliettes une grande artiste, le destin bouleversant de son héroïne, touchent le public au cœur. Foenkinos a des fans jeunes, bon point pour le prix littéraire le plus emblématique ? Je parie sur lui. Ou pour la fantaisie de Benoît Duteurtre, écrivain visionnaire…

Qui l’aura ? Je n’en sais rien.
Qui le mérite ? Emmanuel Carrère, évidemment. Ou Eric Reinhardt.

Qui l’aura ? David Foenkinos pourrait gagner la partie et, alors, il ne resterait rien des rumeurs donnant gagnant Carrère (en juin-juillet), puis Reinhardt (en août-septembre), puis Daoud (en octobre).
Qui le mérite ? Les livres d’Olivier Rolin et d’Eric Reinhardt me semblent très au-dessus des autres par ce qu’ils disent de la vie et de la littérature, de la littérature dans nos vies.

Fabrice Gaignault, Marie Claire, Lire
Qui l’aura ? Kamel Daoud.
Qui le mérite ? Kamel Daoud.

Qui l’aura ? Je pense que ce sera Gallimard, avec Charlotte de David Foenkinos. Mais Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud a aussi ses chances.
Qui le mérite ? A mon sens, il faut chercher en dehors de la liste. Karpathia de Mathias Menegoz chez P.O.L, un premier et bon roman touffu, enlevé, original, plein de bruit, d’amour et de fureur. Peine perdue d’Olivier Adam, chez Flammarion, peut-être son meilleur livre, au ton juste et lucide sur notre société. Ou Tristesse de la terre d’Eric Vuillard (déconstruction du mythe de Buffalo Bill), dont le style est toujours aussi élégant et la pensée incisive, chez Actes Sud.

Qui l’aura ? J’ai l’impression que ce pourrait être Meursault, contre-enquête car il s’agit du premier roman d’un journaliste engagé assez efficace, à la fois grand public et qui peut ravir pour ses dimensions conceptuelles : il compte le même nombre de signes que le roman de Camus, mais n’est absolument pas contre celui de Camus. Pour la première fois, ce journaliste écrit une fiction dans laquelle il poursuit son enquête pour résoudre une énigme littéraire. C’est comme un roman policier, une enquête journalistique, une "exofiction", à la fois document et biographie romanesque qui, cette fois, est autour d’un personnage de la littérature.
Qui le mérite ? Kamel Daoud. Mais j’avoue que j’ai beaucoup aimé aussi Charlotte de David Foenkinos. Pour le coup, on est en plein dans la tendance de l’exofiction, mais dans une forme très étrange pour cet exercice, celle d’une écriture en vers, bien menée. Cela aurait pu être de l’exercice de style et ça ne l’est pas. Car son personnage le ramène à son histoire personnelle.

Qui l’aura ? Aucun des livres finalistes ne décoiffe tout à fait. Je parierais (la cote est faible) sur la Charlotte de Foenkinos.
Qui le mérite ? C’est autre chose. Pour moi, c’est Kamel Daoud, dont la Contre-enquête vaut plus que son pesant de cacahuètes. Ou alors Benoît Duteurtre, et son ordinateur qui démarre vite et bien. Mais plante un peu vers la fin.

Olivia de Lamberterie, Elle, France Inter, Europe 1
Qui l’aura ? David Foenkinos, parce que j’ai l’impression que les jurés du prix ont envie de couronner un livre qui se vend bien, et en même temps je suis ravie parce que j’aime beaucoup David Foenkinos, il signe un livre d’équilibriste réussi.Qui le mérite ? Lydie Salvayre, qui depuis un petit moment faisait des livres un peu légers, mais là elle signe un livre très bouleversant avec sa mère et cette Espagne. Et enfin, c’est une femme !

Bernard Lehut, RTL
Qui l’aura
? Allez, jouons l’outsider : Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud. Le livre, qui semble faire l’unanimité chez les Goncourt, récompenserait la francophonie et le dialogue du monde arabe et de l’Occident. Littérairement et politiquement correct. Trop ?
Qui le mérite ?Charlotte de David Foenkinos, pour l’épatante faculté de l’auteur à hausser son talent et à faire de Charlotte une superbe victoire de la littérature sur la barbarie, l’oubli et la mort. Chiche ?

Qui l’aura ? Deux favoris se dégagent : Kamel Daoud, qui apparaîtrait comme une vraie découverte ; et David Foenkinos, grâce à qui le Goncourt pourrait, comme l’an passé, s’assurer une belle position dans les meilleures ventes. Il est à craindre que cet argument-là l’emporte.
Qui le mérite ? Le roman de Pauline Dreyfus, très maîtrisé, évoque finement l’Occupation. Mais son sujet peut sembler moins original que celui choisi par Kamel Daoud, qui a l’excellente idée de revisiter le passé (post-)colonial de son pays en réécrivant L’étranger de Camus d’un point de vue algérien.

Qui l’aura ? Kamel Daoud pour Meursault, contre-enquête.
Qui le mérite ? Lydie Salvayre pour Pas pleurer, ce qui serait l’occasion de rendre un double hommage : à l’auteure qui donne son meilleur livre depuis La compagnie des spectres ; aux éditions du Seuil qui font une excellente rentrée et n’ont pas reçu ce prix depuis… 1987 avec La nuit sacrée de Tahar Ben Jelloun.

Qui l’aura ? Kamel Daoud. Sujet du livre (magnifique, Camus en contrechamp), roman paru en mars dernier, déjà publié en Algérie… Tout place Daoud dans une position forte et décalée, propice à une récompense par le jury Goncourt qui serait conforme à sa vocation : révéler un écrivain.
Qui le mérite ? Pauline Dreyfus. Avec un roman subtil et très écrit sur de grandes familles échappées de Proust, elle tourne le dos à l’autofiction ou au roman furieusement contemporain, faisant confiance non au tintamarre médiatique mais à la littérature.

Christophe Ono-dit-Biot, Le Point, France Culture
Qui l’aura ? Lydie Salvayre.
Qui le mérite ? Les quatre !

Qui l’aura ? Pauline Dreyfus, pour revenir au principe même des Goncourt qui est de couronner un auteur en devenir. Et aussi parce que le livre est très abouti, très littéraire, et mêle une véritable histoire grand public à un style et une justesse de ton qui ne peuvent que réjouir le monde des lettres.
Qui le mérite ? David Foenkinos, pour s’être emparé de ce personnage historique de Charlotte, parce qu’il a su se mettre en danger en changeant de registre, parce qu’il remplit les librairies, et enfin parce qu’il est charmant avec tous les maillons de la chaîne du livre.

Qui l’aura ? Kamel Daoud, pour son magnifique roman sorti en mai dernier et redécouvert par les jurés - ce qui le rend d’autant plus valorisant. En invoquant Camus, il en appelle par ailleurs à notre patrimoine, tout en posant des questions très actuelles sur la colonisation, l’histoire et la religion.
Qui le mérite ? Eric Reinhardt pour l’impressionnante beauté de sa langue. Si la littérature est encore pensée par les Goncourt comme un art, il devrait encore pouvoir s’imposer pour la prouesse littéraire qu’est Bénédicte Ombredanne, son héroïne de papier.

Qui l’aura ? Gallimard. Avec Foenkinos, ça ferait coup double sur le thème "Devoir de mémoire" version Modiano-Nobel. Pour ma part, je joue Foenkinos. Avec afflux de papiers dans la presse sur Antoine Gallimard, "l’éditeur béni des dieux", et une belle revanche pour l’auteur abandonné en rase campagne en 2011 avec Les souvenirs. Pauline Dreyfus loupera le coche d’une encolure.
Qui le mérite ? Outre Foenkinos, Eric Reinhardt pour son livre le plus fouillé, le plus abouti, le plus bouleversant de tous ses romans. Bon évidemment, rien de ce qui est écrit ici ne se passera comme tel.

4 titres dans la dernière sélection

Le jury Goncourt chez Drouant le 28 octobre, après l’établissement de leur dernière sélection. - Photo OLIVIER DION

Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête, Actes Sud

Pauline Dreyfus, Ce sont des choses qui arrivent, Grasset

David Foenkinos, Charlotte, Gallimard

Lydie Salvayre, Pas pleurer, Seuil



Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités