Rentrée 2022

Romans étrangers : six gros tirages de la rentrée

Romans étrangers : six gros tirages de la rentrée

Russell Banks © DR

Romans étrangers : six gros tirages de la rentrée

La nouveauté de Stephen King, Billy summers, déferlera le 20 septembre en librairie avec un premier tirage de 155 000 exemplaires. 

J’achète l’article 1.5 €

Par Isabel Contreras,
Créé le 01.09.2022 à 12h55

En comparaison avec les français, les poids lourds étrangers présentent des tirages inférieurs mais sûrement pas négligeables. Livres Hebdo vous présente quelques titres significatifs. 

  • Billy summers, traduit par Jean Esch, de Stephen King (Albin Michel)

Le roi de la terreur revient le 20 septembre avec Billy Summers, du nom de ce vétéran décoré de la guerre d'Irak qui est devenu le plus habile des tueurs à gages. Il n'accepte ses missions que si la cible mérite de mourir. Avant de prendre définitivement sa retraite pour se consacrer à l'écriture, il doit effectuer un dernier contrat mais les choses tournent mal. Ce  roman bénéficie d'un premier tirage à 155 000 exemplaires. 

 

  • La cité des nuages et des oiseaux, traduit par Marina Boraso, d'Anthony Doerr (Albin Michel)

Prix Pulitzer du roman en 2015, la plus célèbre plume de l’Ohio publie le 14 septembre un roman reproduit à 45 000 exemplaires. Le récit ancre le lecteur dans trois temporalités. Il y découvre Anna, brodeuse à Constantinople durant l’année 1453 ; Zeno, professeur de théâtre en 2020 qui va croiser la route d’un jeune terroriste ; et Konstance, 14 ans, qui vit à bord d’une capsule spatiale. 

 

  • Le rocher blanc, traduit par Élodie Leplat, d'Anna Hope (Le bruit du monde)

L’autrice britannique, lauréate du Grand prix des lectrices 2018 de Elle, a publié le 18 août un nouveau roman, tiré à 40 000 exemplaires. L’action se déroule au Mexique où un groupe de personnes part en minibus à la rencontre d’une tribu des Wixarikas en espérant y consulter un chaman. 

 

  • Oh, Canada, traduit par Pierre Furlan, de Russell Banks  (Actes Sud)

Le célèbre auteur américain retrouve son public français après plusieurs années d’absence. Il s’arrête cette fois sur la vie d’un documentariste canadien, Leonard Fife qui, après une vie de mensonges, accorde une dernière interview au seuil de la mort à son disciple Malcom. Le titre est tiré à 20 000 exemplaires.

 

  • Où es-tu monde admirable ? Traduit par Laëtitia Devaux de Sally Rooney (L'Olivier)

L’écrivaine irlandaise régulièrement saluée, lauréate du Costa Book Award en 2018 pour Normal People (L’Olivier, 2021), a publié le 19 août son troisième roman, tiré à 20 000 exemplaires. Cette fois, elle suit l’échange épistolaire entre deux amies, Alice et Eileen. 

 

  • Vers le paradis, traduit par Marc Amfreville, d'Hanya Yanagihara (Grasset)

Tiré à 12 000 exemplaire, le nouveau roman de l'Américaine Hanya Yanagihara (Une vie comme les autres, Buchet-Chastel 2018) dépeint une fresque sur trois siècles, de 1893 à 2093, brossant trois portraits différents de l'Amérique. A travers les aventures de David Bingham, étant tantôt un riche héritier, tantôt un descendant de l'ancienne famille royale d'Hawaii, tantôt un scientifique, le roman permet d'imaginer ce que le pays aurait pu être, ce qu'il a été et ce qu'il pourrait devenir.

 

 

Les dernières
actualités