Sandrine Collette, lauréate du prix Landerneau Polar 2016 | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 14.04.2016 à 20h00 (mis à jour le 14.04.2016 à 20h00) ROMAN POLICIER

Sandrine Collette, lauréate du prix Landerneau Polar 2016

Sandrine Collette - Photo PHOTO PH. MATSAS

Il reste la poussière (Denoël) a été distingué par les libraires des Espaces culturels Leclerc pour l’édition 2016 de leur prix polar.

1 170 libraires des Espaces culturels Leclerc ont choisi Il reste la poussière, de Sandrine Collette, paru chez Denoël dans la collection "Sueurs froides" pour la cinquième édition du prix Landerneau Polar. La lauréate 2016 recevra 6 000 euros, et son livre bénéficiera d’une campagne de publicité dans la presse.

Quatrième roman de Sandrine Collette après Des nœuds d’acier, grand prix de Littérature policière 2013, Un vent de cendres et Six fourmis blanches, Il reste la poussière met en scène Rafael, un petit garçon, poursuivi dans la steppe de Patagonie par trois cavaliers, qui ne sont rien d’autre que ses frères. "Un tour de force littéraire, Giono et Faulker au pays des gauchos", a commenté le président du jury 2016, l’auteur Bernard Minier.

Ce roman a devancé Ce qu’il nous faut, c’est un mort, d’Hervé Commère (Fleuve éditions), Trois jours et une vie, de Pierre Lemaitre (Albin Michel), Surtensions, d’Olivier Norek (Michel Lafon) et Le Français de Roseville, d’Ahmed Tiab (L’Aube), figurant dans la sélection établie par le jury présidé par Bernard Minier et composé de dix libraires et de Michel-Edouard Leclerc, P-DG du groupe.  

Sandrine Collette succède à Fred Vargas, lauréate du prix 2015 avec Temps glaciaires (Flammarion), Hervé Le Corre, lauréat 2014 avec Après la guerre (Rivages), Paul Colize, lauréat 2013 avec Un long moment de silence (La manufacture de livres) et Caryl Ferey, gagnant 2012 avec Mapuche (Gallimard, «Série noire»). 
close

S’abonner à #La Lettre