Stock stoppe la commercialisation d’un livre de Matzneff | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 09.01.2020 à 17h38 (mis à jour le 09.01.2020 à 17h53) édition

Stock stoppe la commercialisation d’un livre de Matzneff

Gabriel Matzneff - Photo (C) OLIVIER DION

L’éditeur a annoncé, jeudi 9 janvier, l’arrêt de la commercialisation d’Un diable dans le bénitier, paru en 2017.

Stock va stopper la commercialisation d’Un diable dans le bénitier, de Gabriel Matzneff, paru en janvier 2017, a annoncé l’éditeur à Franceinfo, jeudi 9 janvier.
 
Cette décision intervient quelques jours après des décisions similaires de la part de trois éditeurs. Le 7 janvier, Gallimard a arrêté la commercialisation, puis retiré de la vente le journal de l’écrivain, qu'il publiait depuis 1990. La Table ronde, qui appartient au même groupe, éditeur historique de Matzneff, lui a emboité le pas. Puis, les éditions Léo Scheer ont à leur tour stoppé, le 8 janvier, la commercialisation des Carnets Noirs 2007-2008 et des Moins de seize ans, ouvrage dans lequel l’auteur justifie son attrait pour les enfants.
 
Gabriel Matzneff, 83 ans, est au cœur d’une polémique suscitée par la publication du Consentement, de Vanessa Springora (Grasset), directrice de Julliard. L’éditrice y raconte sa relation sous emprise avec l’écrivain, à l’âge de 14 ans, alors qu’il en avait 50. Aujourd’hui âgée de 47 ans, elle fait part de son trauma et reproche au milieu littéraire d’avoir fait preuve de déférence envers Gabriel Matzneff, dont l’attirance pour les jeunes filles était bien connue.
 
Au lendemain de la parution du livre, le 2 janvier, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour viols sur mineurs à l’encontre du romancier. Il a également été cité à comparaître devant le tribunal par l’association de prévention de la pédophilie, L’Ange Bleu, pour apologie de crime et provocation à commettre des délits. La première séance visant à établir la conformité de la procédure se déroulera le 12 février devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris.
close

S’abonner à #La Lettre