Censure

Turquie : 29 maisons d'édition fermées par décret

Foire du livre d'Istanbul en 2015 - Photo

Turquie : 29 maisons d'édition fermées par décret

Le gouvernement Erdogan justifie sa main mise sur les médias par la situation d'état d'urgence en Turquie. 

J’achète l’article 1.5 €

Par Pierre Georges ,
Créé le 02.08.2016 à 15h49 ,
Mis à jour le 02.08.2016 à 16h00

Après le putsch raté du 15 juillet, le président turc Recep Tayyip Erdogan ne relâche pas sa poigne de fer et a débuté une purge visant, entre autres, les médias et fermant notamment 29 maisons d'édition par un décret publié mercredi 27 juillet au Journal officiel. Dans un communiqué, traduit en anglais et relayé par l'Union internationale des éditeurs (UIE/IPA), l'Association des éditeurs turcs (Türkiye Yay?nc?lar Birli?i) explique que le gouvernement justifie ces fermetures comme "des mesures nécessaires dues à l'état d'urgence et à des régulations relatives aux institutions". 

Selon le décret, relayé par plusieurs sites d'informations turques, tous les biens et documents appartenant aux éditeurs seront saisis par la Direction générale du Trésor. D'après les éditeurs turcs, "aucun appel ne peut être fait, et le Trésor ne sera pas responsables des sommes dues par ces maisons d'édition". 

L'urgence du décret "rend impossible de demander une compensation pour les dettes et créances dues par les maisons d'édition fermées", poursuivent les éditeurs. "Cela mettra l'ensemble de l'industrie de l'édition en grande difficulté, car il fonctionne généralement avec de longs délais de paiements. Par conséquent, un certain nombre d'entreprises secondaires desservant le secteur seront également confrontées à la faillite". 

Au total, les autorités ont ordonné la fermeture immédiate de 45 journaux, 16 chaînes de télévision, trois agences de presse, 23 stations de radio, 15 magazines, en plus des 29 maisons d'édition. Cette purge fait suite à une vaste vague d'interpellations lors de laquelle plus de 15 000 personnes auraient été placées en garde à vue en quelques jours, d'après l'AFP. 


La liste des 29 maisons fermées

L'agence de presse indépendante Bianet, basée à Istanbul, donne sur son site internet la liste des 131 entreprises fermées par le décret du gouvernement Erdogan. Voici les 29 éditeurs concernés, classés par ordre alphabétique : 

Alt?n Burç, Burak Bas?n Yay?n, Define, Dolunay E?itim, Giresun Bas?n Yay?n, Gonca, Gülyurdu, GYV, I??k Akademi, I??k Özel E?itim, I??k, ?klim Bas?m Yay?n Pazarlama, Kayd?rak, Kaynak, Kervan Bas?n, Ku?ak, Mu?tu, Nil, Rehber, Sürat Bas?m Yay?n Reklâmc?l?k, Sütun, ?ahdamar, Ufuk Bas?n Yay?n Haber Ajans Pazarlama, Ufuk Yay?nlar?, Wa?anxaneya Nil, Yay Bas?n Da??t?m Paz. Reklâmc?l?k, Yeni Akademi,Yitik Hazine, Zambak Bas?m Yay?n E?itim Turizm. 

Réactions

Dans son communiqué, l'Association des éditeurs turcs déplore : "La fermeture de 29 maisons d'édition et la fermeture potentielle d'autres comporte le risque de violations des droits de l'homme, l'étouffement des libertés de pensée et d'expression, mais également des pertes financières et morales irréparables". 

"Les auteurs et les traducteurs vont souffrir", peut-on lire dans le communiqué. Il en va de même pour les employés de ces 29 maisons qui "sans raisons criminelles, seront privés de leurs droits, de leurs emplois et de leurs salaires". 

Dans un communiqué, l'UIE apport son "soutien entier" aux éditeurs turcs et appelle Ankara à annuler ces fermetures. 

Les dernières
actualités