Bilan 2016

Un marché de la BD stabilisé selon le rapport Ratier/ACBD 2016

Extrait de "La terre promise", nouvelle aventure de Lucky Luke parue en octobre 2016 - Photo Lucky Comics

Un marché de la BD stabilisé selon le rapport Ratier/ACBD 2016

Le rapport annuel de Gilles Ratier et de l'Association des critiques et journalistes de bande dessinée montre une production stable dans le secteur de la bande dessinée, dans un marché en légère croissance.

J’achète l’article 1.5 €

Par Vincy Thomas ,
Créé le 27.12.2016 à 12h04 ,
Mis à jour le 27.12.2016 à 13h00

Le rapport annuel sur la production de bande dessinée dans l'espace francophone européen souligne que 2016 a été "une année de la stabilisation". Gilles Ratier et l'Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD) constatent que le secteur de la BD a su "trouver un rythme de production, ainsi que des politiques éditoriales efficaces (...) d'où la multiplication des licences et des valeurs sûres allant dans le sens des goûts d'un large lectorat." Aussi "les tentatives innovantes ou risquées financièrement se raréfient" même si elles "participent à la consolidation des marchées de niche et des nouvelles diffusions du livre".
 
Photo ACBD / GILLES RATIER
Production
5305 livres de bande dessinée ont été publiés en 2016. C'est une légère hausse de 0,9% par rapport à l'année précédente. Depuis 2010, la production dépasse les 5000 titres.  Le mois de novembre reste de loin le plus chargé en sorties avec 761 titres toutes catégories confondues. Si au total, on répertorie 3988 nouveautés (+65 par rapport à 2015), il n'y a en fait que 1519 véritables créations de BD en Europe francophone (28,6% de la production globale), une fois soustraits les traduction ou reprises inédites. C'est 98 de plus qu'en 2015.

Genre
Depuis 2013, le manga est le genre dominateur du secteur. Cette année ne fait pas exception avec 1575 titres contre 1558 albums franco-belges, 494 comics et 361 romans graphiques, soit la même hiérarchie que l'an dernier. Parmi les albums franco-belges, l'humour reste une valeur sûre avec 418 titres, devant les séries historiques (381 titres) et les ouvrages pour enfants (370 titres). Là encore le classement par segments n'a pas bougé depuis l'an dernier.

Edition
384 éditeurs ont publié au moins un album cette année. Mais la concentration est toujours de mise puisque les 3 plus grands groupes et les 12 éditeurs majeurs totalisent 67,3% de la production (68,6% en 2015). Depuis 2014, Media-Participations reste l'éditeur le plus productif (746 titres, soit 16 de moins qu'en 2015) devant Delcourt (652 titres, soit 46 de moins) et Glénat (417 titres, soit 25 de plus). Cependant Delcourt a publié davantage de nouveautés que Méda-Participations (545 contre 509). A eux trois, ils cumulent 34,2% de la production (35,2% en 2015). Les 12 autres groupes ayant publié plus de 50 ouvrages dans l'année sont Hachette (328), Panini (307), Madrigall (231), Bamboo (156), VIZ Media (152), Ki-oon (106), Editis (99), Steinkis (99), Paquet (88), Komikku (70), Euphor (62) et Les Humanoïdes associés (56). Le groupe Clair de lune s'approche de ce club avec 44 parutions.
A ces éditeurs s'ajoutent ceux dont le catalogue BD est minoritaire dans leur catalogue littéraire ou jeunesse (Bayard, 52 titres, Nova groupe qui regroupe L'école des loisirs et Rue de Sèvres, 44 titres, Actes sud, 44 titres) et mes éditeurs alternatifs (La boîte à bulles, 26 titres, LAssociation, 17 titres).
 
Photo GILLES RATIER / ACBD
Traduction
2251 BD sorties cette année sont des traductions. Un chiffre relativement stable depuis 2012. 90,9% des BD traduites proviennent d'Asie (1541) et des Etats-Unis (552). Mais le secteur continue de s'ouvrir à d'autres cultures puisque 36 pays différents composent les 2302 traductions comptabilisées. 1494 mangas japonais ont été publiés par 29 éditeurs. C'est sept de moins en un an. Mais le manga règne sans concurrence face aux manhwas coréens (13) ou ou manhuas chinois (30). 
Le reste de la production traduite provient d'Italie (64), d'Espagne (37) ou du Royaume Uni (24).

Patrimoine et réédition
Là aussi le nombre de nouvelles éditions ou intégrales se stabilisent (964 au total contre 960 en 2015). On reste loin des années 2011, 2012 et 2014 où le secteur publiait plus de 1058 rééditions ou intégrales. Par ailleurs, 57 séries se perpétuent au-delà de la disparition ou de l'abandon de leur(s) créateur(s).
Parmi les rééditions patrimoniales, Dargaud et Dupuis dominent largement les tirages, notamment avec l'intégrale des Dingodossiers et le4e volet de l'intégrale des Schtroumpfs tirées chacune à 10000 exemplaires. Les "best of" ne sont pas en reste (60000 exemplaires pour Tom Tom et Nana, 40000 exemplaires pour Tamara).
 
Gilles Ratier / ACBD
Création
Le rapport a listé 1597 dessinateurs ou scénaristes qui ont publié au moins un album en 2016 (ils étaient 1602 en 2015). Mais le constat est peu optimiste. Seulement 1419 auteurs européens de BD francophones répondent aux critères suivants - avoir au moins 3 albums disponibles au catalogue d’éditeurs bien implantés et un contrat en cours ou un emploi régulier dans la presse ou l’illustration - pour pouvoir affirmer qu'ils vivent de leur art. Certes, c'est 20 de plus que l'an dernier, mais on reste loin des 1510 auteurs enregistrés en 2012 et ce chiffre cache des conditions de travail toujours plus difficiles. Par ailleurs, on se désolera de la faible présence féminine avec seulement 182 auteures de BD.

Tirages
95 albums ont été tirés à plus de 50000 exemplaires, contre 88 l'an dernier. Lucky Luke, La terre promise a largement dominé le marché avec 500000 exemplaires, devant le 24e Blake et Mortimer (400000), le 7e Lou! (300000) et le 3e volet de L'Arabe du futur (220000). La BD franco-belge est cependant en retrait avec seulement 59 des plus gros tirages (contre 63 en 2015). Généralement, toutes les séries subissent une stagnation ou un léger déclin de leurs tirages (- 30000 pour Blake et Mortimer, -20000 pour Boule et Bill, -25000 pour Lanfeust).
Côté comics, seuls deux tomes de Walking Dead sont dans ce classement (100000 exemplaires chacun), loin devant les éternels Simpsons et Garfield. Pour les mangas, One-Punch Man s'impose avec cinq volumes au dessus des 130000 exemplaires (dont le tome 1, plus gros tirage du genre cette année avec 265000 exemplaires). Naruto et One Piece sont ainsi déclassés même si leurs tirages demeurent importants. La surprise provient du premier tome de Ki & Hi, tiré à 230000 exemplaires.

Médiatisation
Il existe en kiosques 70 périodiques contenant majoritairement de la BD, dont l'increvable Super Picsou Géant (200000 exemplaires). Les revues de BD sont encore 9 à être diffusées en librairie, avec, en tête des tirages, La revue dessinée (18000 exemplaires). Des magazines ont consacrés 10 hors-série à un auteur ou une œuvre BD. Et il existe toujours 4 magazines spécialisés (Comic Box et Kaboom tirant à 25000 exemplaires chacun). Internet s'ets imposé comme un lieu d'information incontournable pour les bédéphiles. Si on met à part les sites d'information sur le livre, les mangas, les comics ou la culture, il existe 44 sites spécialisés. BDGest.com revendique plus de 800000 visiteurs uniques par mois, loin devant ActuaBD qui attirerait 91000 visiteurs mensuels.
 

Les dernières
actualités