Manifestations

Une tribune collective réclame de rémunérer les auteurs dans les salons du livre

Photo OLIVIER DION

Une tribune collective réclame de rémunérer les auteurs dans les salons du livre

Une tribune signée par les responsables de la SGDL, la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, l'ATLF, la SCAM et le SNAC demandent la généralisation de la rémunération des auteurs dans les salons du livre.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 12.10.2015 à 19h15,
Mis à jour le 17.10.2015 à 13h26

Dans une tribune reçue par Livres Hebdo lundi 12 octobre et intitulée "Rémunérer les auteurs sur les salons du livre, une évidence", cinq organisations réclament que les auteurs soient indemnisés lorsqu'ils participent à une table ronde ou un entretien pour parler de leurs oeuvres dans le cadre de manifestations littéraires.

Le texte rappelle  que "ces salons se déroulent habituellement le week-end", contraignant les auteurs à quitter leur domicile et à effectuer un travail qui va "au-delà du temps de pure création". La présence des auteurs peut durer plusieurs heures, voire des journées entières et, ses droits d'auteurs touchés par les ventes de son livre durant le salon, couvrent rarement le prix d'un déjeuner. "S'il est invité à prendre la parole dans le cadre d'une table ronde ou d'un entretien, il ne touchera la plupart du temps pas un centime, car les organisateurs de salon estiment le plus souvent que, là encore il fait la promotion de son livre" précise le texte.

Cette tribune intervient alors que le Centre national du livre annonce la mise en oeuvre en 2016 d'un changement des règles d'attribution des subventions aux manifestations. En effet, comme l'expliquera le président du Centre national du livre, Vincent Monadé, dans le prochain numéro de Livres Hebdo à paraître vendredi 16 octobre, le CNL n’examinera plus les demandes de subventions des salons qui ne paient pas les interventions des auteurs.

La tribune est signée par Marie Sellier, Présidente de la Société des Gens de Lettres (SGDL), Carol Trebor, Présidente de la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse, Laurence Kiefe, Présidente de l'Association des Traducteurs littéraires de France (ATLF), Mathieu Gabella, Vice-Président du Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs (SNAC) et Pascal Ory, Président de la commission du répertoire de l'écrit de la Société Civile des Auteurs Multimédias (SCAM).

Ils reprochent aux salons d'abuser de cette notion de promotion. "En organisant un salon du livre, les municipalités ne font-elles pas leur promotion culturelle? (...) En vérité les questions essentielles sont les suivantes: quelle valeur a le temps d'un auteur? Et plus généralement quel est le statut de l'auteur de l'écrit" s'interrogent les signataires qui ajoutent: "Imaginerait-on des musiciens qui viendraient jouer gratuitement dans une ville pour célébrer la sortie de leur album?". Malicieusement, le texte rappelle que les musiciens qui accompagnent les auteurs lors de lectures publiques dans les salons du livres sont eux, payés, tous comme les comédiens ou le modérateur.

Selon la tribune, le modèle économique existe et a fait ses preuves: "les salons de littérature jeunesse rémunèrent les auteurs." Et de rappeler que l'auteur, fragilisé "par une certaine sur-production éditoriale voit ses revenus diminuer de manière alarmante."

Demandant de revoir le statut de l'auteur de l'écrit, les cinq organisations saluent "la décision du Centre national du livre de conditionner, comme la SOFIA et la SCAM, le soutien financier qu'il approrte à 97 manifestations littéraires à la condition de rémunérér les auteurs lors dans leur prise de parole."





Commentaires (4)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
J

JONGBLOED

il y a 5 ans à 11 h 10

Je trouverai normal, en tant qu'auteur depuis 1993, que l'on soit rémunéré pour chaque salon du livre, journée littéraire, quelque soit le nom donné à la manifestation car il ne faut pas se tromper : aucune manifestation n'a de valeur sans les auteurs ! C'est juste des tables et des chaises ! L'esprit est ailleurs, au sein de nos créations ! Il faudrait même, pour tous et quelque soit la distance, prendre en charge le petit déjeuner du matin et le repas de midi à chaque fois. Ce ne serait que justice ! J'étendrai à l'hébergement dès que 100 km aller sont franchis ! Les ventes nous ne nous les mettons pas dans les poches ! Pour la plupart d'entre nous c'est 8 à 16 % du livre ... dans un an, s'il y a des ventes ! Si l'on fait une conférence il faut nous rémunérer également !


B

Blondel Robert

il y a 5 ans à 14 h 58

- En tant qu'auteur, cela me paraît séduisant... à ceci près que dans cette logique ne seront invités que les auteurs "têtes de gondole", ceux dont on est sûr qu'ils attirent la foule. - En tant qu'organisateur de salon (ce que je suis aussi) et de salon à entrée gratuite, force m'est de constater que c'est la mort sans phrase des salons qui font découvrir les écrivains et qui animent la vie culturelle


B

Blondel Robert

il y a 5 ans à 15 h 02

Je précise, ce n'était pas clair dans mon commentaire ci-dessus, que le salon dont je suis responsable paie la totalité des frais de déplacement et d'hébergement, points sur lesquels les auteurs sont particulièrement chouchoutés.


B

Bernard Lecomte

il y a 5 ans à 15 h 49

En tant qu'auteur, bien sûr, j'applaudis des deux mains. Mais en tant qu'organisateur de salon, je suis bien obligé de poser une question à laquelle aucun des textes publiéss sur le sujet n'a encore répondu : les auteurs seront rémunérés, très bien, mais... par qui ? A part une douzaine de gros salons directement et largement subventionnés par des municipalités (Nancy, Brive, Nice, Vannes, Toulon, Saint-Etienne, etc), je ne vois pas bien comment l'immense majorité des petits et moyens salons de province, au budget acrobatique et souvent dérisoire, vont trouver miraculeusement de quoi rémunérer leurs invités !


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités