Adaptations

Vie invisible et vie cachée au cinéma

« La vie invisible d'Euridice Gusmao » de Karim Aïnouz. - Photo ARP SÉLECTION

Vie invisible et vie cachée au cinéma

La vie invisible d'Euridice Gusmao de Karim Aïnouz, primé à Cannes, et Une vie cachée de Terrence Malick, sont l'adaptation de deux livres autour de destins tragiques.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 10.12.2019 à 12h22,
Mis à jour le 10.12.2019 à 13h01

Prix Un certain regard à Cannes, prix du jury au Festival du film d'histoire de Pessac, prix du jury et prix de la critique au Festival Biarritz Amérique Latine, La vie invisible d'Euridice Gusmao débarque sur les écrans français le 11 décembre. Cette fresque mélodramatique brésilienne et féministe de Karim Aïnouz raconte l'histoire de deux sœurs fusionnelles que le destin sépare malgré elles. Euridice, tout en rêvant de devenir pianiste en Europe, se perd dans un mariage sans issue, tandis que Guida, chassée par ses parents, doit reconstruire sa vie seule avec un enfant. Elles se croient à des milliers de kilomètres l'une de l'autre, quand, en fait, elles résident dans la même ville.
 

Touchant et sublime, le film est l'adaptation du roman de Martha Batalha, Les Mille talents d'Euridice Gusmao, traduit du portugais par Diniz Galhos et publié chez Denoël en 2017. Le livre de poche l'a édité début 2018 en format poche. Une réédition, avec le titre et l'affiche du film, vient de sortir. Selon GFK, près de 30000 exemplaires ont été vendus en France tous formats confondus.

Lors d'un entretien avec Livres Hebdo au Festival de Cannes, le réalisateur brésilien confiait avoir du beaucoup réécrire le scénario. Sans divulgâcher la fin, les retrouvailles des deux sœurs ne se font ni à la même période (l'épilogue cinématographique se déroule de nos jours), ni de la même manière. Le réalisateur, qui joue avec un certain réalisme magique propre au cinéma de son pays, voulait une fin plus crédible, moins romanesque. De même, Euridice devient musicienne dans la version cinématographique. Il fallait que l'histoire tienne debout à l'écran, là où le roman peut s'autoriser certaines ellipses. Il a ainsi changé la mécanique du récit, en accentuant l'absence et le manque que créent la séparation de ces deux femmes de Rio de Janeiro, que tout opposera "invisiblement".

Œuvre sur l'émancipation des femmes, et par conséquent sur leur enfermement dans une société religieuse et patriarcale, ce film d'époque fait écho au Brésil contemporain.
 
Une vie cachéeTerrence Malick signe son grand retour avec Une vie cachée, une œuvre sur le poids de la foi autour d'un objecteur de conscience ayant réellement existé, qui préfère se sacrifier, tel le Christ, et abandonner sa famille plutôt que de soumettre aux horreurs du régime nazi. Il a été béatifié en 2007.

Le réalisateur a transposé la vie de Franz Jägerstätter, paysan autrichien à la vie simple et heureuse, confronté à un dilemme moral qui nécessitera le soutien de sa femme, allégorie de la piéta. Bayard vient de publier Etre catholique ou nazi : lettres d'un objecteur de conscience, trois documents rédigés par l'objecteur de conscience autrichien, exécuté en 1943, qui a inspiré le réalisateur.

Desclée de Brouwer avait édité en 2010 une biographie Christ ou Hitler ? : vie du bienheureux Franz Jägerstätter, de Cesare Zucconi, traduit par Maria Grazzini et préfacé par Andrea Riccardi.



 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités