Amazon lance un service de livraison dans l'heure | Livres Hebdo

Par Pierre Georges, avec AFP, le 16.06.2016 à 16h56 (mis à jour le 16.06.2016 à 17h57) - 1 commentaire E-commerce

Amazon lance un service de livraison dans l'heure

Depuis jeudi 16 juin, il est possible de recevoir en une heure une commande passée sur Amazon, à Paris et dans sa petite couronne. 

Après les États-Unis, l’Angleterre ou encore l’Italie, le géant américain du e-commerce Amazon lance, jeudi 16 juin, son service de livraison en une heure à Paris et dans la petite couronne, pour tous types de produits.

Baptisé "Prime now", ce service, réservé aux clients prioritaires du groupe ayant souscrit un abonnement "premium", avait été inauguré à New York fin 2014. Il est aujourd’hui disponible dans 44 villes dans le monde.
 
En France, il concernera 18 000 références, allant des livres aux jouets en passant par l’électronique, et incluant également 4 000 produits alimentaires.

Livraisons en scooter ou à pied
 
Les livraisons "Prime now", réservées aux Parisiens et à plusieurs villes de la petite couronne, seront effectuées, via des vans, des scooters ou même à pied, à partir d’un nouvel entrepôt de 4 000 mètres carrés, situé dans le XVIIIe arrondissement, une première implantation dans la capitale pour le géant américain.
 
La livraison sera facturée 5,90 euros (en plus de l’abonnement annuel "Premium" de 49 euros) pour les clients souhaitant être livrés dans l’heure, et sera gratuite pour ceux acceptant un créneau de deux heures.
 
Pour l’instant, le service est en test uniquement dans la région parisienne, mais Frédéric Duval, le patron français d'Amazon, cité par l'AFP, "adorerait" pouvoir l’étendre à d’autres villes françaises.
 
Jusqu’à maintenant, Amazon ne proposait au mieux en France que des livraisons le jour même pour des commandes effectuées avant 14h.

Commentaire récent

“ Et bientôt avec Amazon les livraisons la veille de la commande de produits que vous ignorerez avoir eu envie de commander? ” Jeff Bezos il y a 4 ans à 12 h 03
close

S’abonner à #La Lettre