"Antonia" de Gabriella Zalapì chez Zoé | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 01.01.2019 à 11h00 (mis à jour le 02.01.2019 à 11h26) Un premier roman par jour

"Antonia" de Gabriella Zalapì chez Zoé

Gabriella Zalapì - Photo ALEXANDRA CATIÈRE/ZOÉ

Pour la période des fêtes, Livres Hebdo présente chaque jour un premier roman de la rentrée d’hiver. Avec Antonia, à paraître le 3 janvier chez Zoé, l’artiste Gabriella Zalapì explore le passé marqué par l’exil d’une famille implantée en Sicile.

"21 février 1965. Ce matin, lorsque j’ai ouvert les yeux, j’étais incapable de bouger" , écrit dans son journal intime la narratrice d’Antonia, premier roman de Gabriella Zalapì, à paraître le 3 janvier chez Zoé. A Palerme, entre 1965 et 1966, Antonia est l'épouse d'un notable depuis ses vingt ans et exprime dans son journal tout le malaise que lui inspire la bonne société qu’elle côtoie. A la mort de sa grand-mère, elle reçoit des photographies, lettres et carnets qui l’incitent à explorer le passé de sa famille marqué par l’exil, de Vienne à Nassau en passant par Londres, Kitzbühel et Palerme.

"Gabriella Zalapì consigne avec finesse les états d'âme d'une fille apparemment gâtée dans une époque et un lieu encore figés dans le temps. Mais derrière la dépression d'une femme qui rêve de couper sa corde, le roman dévoile le destin d'une famille austro-britannico-sicilienne dont les déchirures épousent les chaos de l'Europe de la première moitié du XXe siècle", écrit Véronique Rossignol dans son avant-critique pour Livres Hebdo.
 
Ayant des origines anglaise, italienne et suisse, Gabriella Zalapì s’est inspirée de sa propre généalogie pour composer ce premier roman parsemé de photographies de famille. Artiste plasticienne formée à la Haute école d’art et de design à Genève, elle a également vécu à Palerme et à New York, avant de s’installer à Paris.
close

S’abonner à #La Lettre