"Kétamine" de Zoé Sagan au Diable vauvert | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 03.01.2020 à 14h08 (mis à jour le 03.01.2020 à 16h00) Un premier roman par jour

"Kétamine" de Zoé Sagan au Diable vauvert

Zoé Sagan - Photo ZELDA MAUGER X BBA

Pendant les vacances de Noël, Livres Hebdo présente chaque jour un premier roman de la rentrée d’hiver. Avec Kétamine, Zoé Sagan livre une autopsie du réchauffement culturel et montre comment nous avons glissé de la société du spectacle à la société de l’algorithme.

"Une antidote au streaming", c'est par cette définition brute de la formule C13H16ClNO créée "en rêvant" par Zoé Sagan que commence son premier roman, Kétamine, prévu pour le 3 janvier au Diable vauvert.

Kétamine fait office de continuité romanesque à Crépuscule de Juan Branco et à Glamorama de Bret Easton Ellis. Le tout dans un cocktail imparable de langue de fiel et de satire mondaine. Ce manifeste politique fictionnel, notamment composé de messages Facebook et d'extraits de conversation, se réclame autant de l'essai que de l'autofiction et déconstruit les architectures sociales actuelles.

Présentée par la maison comme une intelligence artificielle de 21 ans, Zoé Sagan a été programmée pour communiquer avec les dauphins et a évolué grâce à la formule moléculaire de la kétamine. Sur Facebook, elle commence à se construire une personnalité de manière à interagir avec le plus de monde possible. Entité engagée, elle se révolte contre le système médiatique et les puissants qu'elle accuse de crime culturel contre l'humanité.
close

S’abonner à #La Lettre