Angoulême

Ariol et Alix au programme jeunesse du FIBD 2018

Ariol show - Photo © MARC BOUTAVANT

Ariol et Alix au programme jeunesse du FIBD 2018

Le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême a dévoilé un avant-goût de sa programmation jeunesse. Au programme : une exposition doublée d’un spectacle musical sur le petit âne bleu Ariol et une rétrospective du créateur d’Alix, en plus des rendez-vous habituels au Quartier Jeunesse.
 

J’achète l’article 1.50 €

Par Léopoldine Leblanc,
Créé le 13.10.2017 à 16h10,
Mis à jour le 13.10.2017 à 17h00

La 45e édition du Festival international de la bande dessinée (FIBD) d'Angoulême se tiendra du 25 au 28 janvier 2018. En plus des rendez-vous habituels du Quartier jeunesse (ateliers, concours et rencontres), les jeunes lecteurs sont invités à découvrir au Théâtre d’Angoulême un spectacle sur l’univers d’Ariol, imaginé par Emmanuel Guibert et Marc Boutavant,  jeudi 25 janvier à 11h30 et vendredi 26 janvier à 10h30.

En compagnie du musicien Bastien Lallemant, les créateurs mêleront dessins et chansons pour une relecture des aventures du petit âne bleu, dont le 13e tome, Le Canard calé, paraîtra en novembre 2017 chez BD Kids. Une exposition revient également sur l’œuvre d’Emmanuel Guibert, lauréat du prix René Goscinny 2017 et auteur du triptyque La Guerre d’Alan, L’Enfance d’Alan et Martha et Alan, (L’Association) et du Photographe, avec Didier Lefèbvre et Frédéric Lemercier (Dupuis).

Les 70 ans d’Alix
 
Par ailleurs, à l’occasion des 70 ans d’Alix, le festival présente une exposition réunissant plus de 150 œuvres originales de Jacques Martin (1921-2010). Publiées pour la première fois en 1948 dans le journal Tintin, les aventures du jeune aventurier d’origine gauloise Alix, autour de la Méditerranée et jusqu’en Chine, s’inspirent d’une riche documentation historique.

L’exposition revient sur l’esthétique et les spécificités de l’œuvre de celui qui fut également l’un des piliers du Studio Hergé. Pour l’occasion, Casterman réédite le 3 janvier trois volumes de la série en noir et blanc (Le dernier spartiate, Le tombeau étrusque et Le dieu sauvage).

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités