Appel

Dans un communiqué commun, une initative rare, le Syndicat national de l’édition (SNE), le Conseil Permanent des Ecrivains (CPE) et le Syndicat de la Librairie Française (SLF) demandent de "laisser les librairies ouvertes" au président de la République, à moins de trois heures de son intervention devant annoncer les nouvelles mesures sanitaires pour lutter ontre la deuxième vague de Covid-19
 
"La lecture de livres est une activité essentielle à nos vies citoyennes et individuelles. (...) les livres assouvissent notre besoin de compréhension, de réflexion, d’évasion, de distraction, mais aussi de partage et de communication, y compris dans l’isolement" rappellent les trois signataires. " "Aussi, auteurs, illustrateurs, éditeurs et libraires lancent un appel solennel, solidaire et responsable, au gouvernement : laissez nos librairies ouvertes pour que le confinement social ne soit pas aussi un isolement culturel. Nos lecteurs, attachés à la librairie indépendante, ne le comprendraient pas et le vivraient comme une injustice. Nous sommes prêts à assumer nos responsabilités culturelles et sanitaires" affirment-ils.

Le SLF désormais favorable à l'ouverture

Lors du premier confinement, au printemps, les librairies avaient été considérées comme des commerces non essentiels, fermant leurs portes durant près de deux mois. Les grèves à Amazon et les problèmes de logistiques de la Fnac avaient entraîné l'effondrement des ventes de livres, tout juste atténué par le lancement de centaines de services "click & collect" vers la fin avril. Le SLF soutenait alors fortement cette responsablité sanitaire collective, même si de nombreuses voix, y compris celle du ministre de l'Economie Bruno Le Maire, demandaient la réouverture rapide des librairies.

"Les professionnels n'étaient pas préparés. Mais depuis, les librairies de proximité, qui maillent tout notre territoire, se sont organisées et équipées. Elles peuvent être parfaitement en mesure d’accueillir les lecteurs dans la perspective d’un nouveau confinement, dans des conditions sanitaires sûres et éprouvées" précisent les organismes. Pour eux, "le « click and collect » est indispensable et d’ores et déjà en place dans un très grand nombre de points de vente. Mais il ne saurait combler toutes les attentes des lecteurs, notamment dans les deux mois précédant les fêtes de fin d’année où plus d’un quart des livres sont achetés. Les livres sont, depuis plusieurs années, le cadeau le plus offert par les Français. Comment y renoncer ?"

C'est bien cette inquiétude qui grandit dans le secteur. Emmanuel Macron, piégé entre un devoir de protéger les citoyens d'un virus imprévisible, de limiter l'engorgement des hôpitaux et de ne pas causer l'écroulement de l'économie à la veille des fêtes, doit annoncer ce soir à 20h les nouvelles mesures imposées aux Français, après avoir instauré un couvre-feu peu convaincant.
 
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités