Librairie

Axelle Lemaire met Christian Thorel en colère

La secrétaire d'Etat Axelle Lemaire sur France Inter. - Photo FRANCE INTER

Axelle Lemaire met Christian Thorel en colère

Le patron de la librairie Ombres Blanches reproche à la secrétaire d'Etat au numérique d'avoir incité les libraires à collaborer avec Amazon lors de son passage à l'émission "Bibliothèque Médicis" sur LCP.

J’achète l’article 1.50 €

Par Christine Ferrand,
Créé le 12.10.2014 à 22h29,
Mis à jour le 13.10.2014 à 10h16

« Très en colère » contre les propos qu'elle a tenus devant Jean-Pierre Elkabach sur LCP vendredi 10 octobre, Christian Thorel, le patron de la librairie Ombres Blanches à Toulouse, a adressé dimanche matin un message furieux à la secrétaire d'Etat au numérique, Axelle Lemaire.

Celle-ci participait à l'émission "Bibliothèque Médicis " sur le thème "La censure, de Louis XV à Google", avec l'historien américain Robert Darnton, l'économiste Françoise Behamou et la romancière Cécile Ladjali.

Interrogée sur les transformations qu'entraîne le numérique dans le secteur du livre, et notamment sur ses répercussions sur les librairies, la secrétaire d'Etat a incité les libraires à "s'organiser dans la chaîne d'approvisionnement logistique pour réussir à fournir des commandes très rapidement, sur 24 heures". "Pourquoi n'inventent-ils pas des formes futures d'être libraires ? s'est-elle interrogée. Pourquoi ne sont-ils pas prescripteurs dans les recommandations et les référentiels logarithmiques ? Pourquoi n'ont-ils pas d'imprimantes 3 D dans leurs magasins pour imprimer les livres à la demandes ? ».

Après avoir ensuite soutenu qu'il ne fallait pas s'enfermer dans "des réflexes défensifs de résistance"Axelle Lemaire a  d'une certaine façon conseillé aux libraires de collaborer avec Amazon : "Amazon, ils sont là. Ils seront bientôt le premier libraire de France. Amazon souhaite travailler avec les libraires français pour essayer de définir de nouveaux mode de diffusion et de savoir. Il faut savoir se projeter vers l'avenir."

Jamais les libraires de France, d’Europe ne devront se soumettre au moindre appel d’Amazon. Christian Thorel

Ces propos ont gâché la soirée de Christian Thorel. Dans son message à la secrétaire d'Etat dimanche 12 octobre, le libraire s'étonne de la promotion ainsi faite à Amazon :

"Je comprends mal comment un représentant de l’Etat français a pu se compromettre dans la défense (la promotion) d’une entreprise dont le projet commercial, et plus encore, politique, est associable à de la prédation, écrit le libraire. Une entreprise dont il faut encore rappeler les initiatives douteuses en matière de fiscalité." Inquiet d'imaginer qu'il puisse exister "quelque adéquation que ce soit aux pratiques et aux orientations d’une entreprise dont le fondateur ne cache en rien son goût pour un anarcho-libéralisme le plus débridé", il se dit "indigné" que la secrétaire d'Etat fasse appel à une  collaboration entre les libraires et Amazon. "Cela ne serait qu’une capitulation", assure-t-il, rappelant que les libraires travaillent "dans l’exemplarité, dans l’idée de liberté, de fraternité, dans le souci d’un être-ensemble".

"Jamais les libraires de France, d’Europe ne devront se soumettre au moindre appel d’Amazon", déclare-t-il. C’est ce principe que nous attendons que vous défendiez."
 








Commentaires (12)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
l

Patrick

il y a 6 ans à 11 h 16

100% d'accord avec Christian Thorel ! Qu'une Secrétaire d'Etat fasse ouvertement de la publicité pour une entreprise privée qui vise ouvertement un monopole et qui a des pratiques sociales et fiscales très discutables est un scandale sur lequel Livres Hebdo devrait se prononcer. Et qu'en pense le CNL ? Madame Lemaire pense-t-elle que les libraires allemands qui ont engagé une action contre ce site de vente en ligne,ou les centaines d'écrivains américains qui s'insurgent contre son entreprise préférée, ont "des réflexes défensifs de résistance" ? Madame Lemaire a-t-elle entendu ou lu les commentaires sur le futur premier libraire de France des écrivains américains présents au Festival America de cette année, Claire Messud parlant d'"un pouvoir immense et terrifiant " , Adelle Waldmann : "Amazon travaille son image d'outil démocratique mais c'est une menace pour le monde du livre", ou encore Douglas Preston : "C'est comme un pouvoir qu'on ne croyait pas fasciste et qui, finalement, se révèle fasciste"... J'ai commencé le métier de libraire il y a 30 ans et je peux témoigner que les libraires ont constamment modernisé leurs méthodes de travail, considérablement amélioré l'efficacité de leurs services grâce aux outils les plus modernes et grâce à différentes formes de mutualisations et de solidarités, sur lesquelles Madame Lemaire devraient s'informer. Ces méthodes ont sûrement plus d'avenir qu'elle ne le sait. Elle ne semble prôner que la loi du prédateur le plus puissant (mais aussi rappelons-le, celui qui enregistre les plus grosses pertes...). Est-ce bien ce que l'on peut attendre d'un Secrétaire d'Etat ? Patrick Bousquet


J

JD

il y a 6 ans à 18 h 29

Saine colère, Patrick Bousquet. Merci !


T

Toopaï

il y a 6 ans à 13 h 04

Une imprimante 3D pour imprimer des livres à la demande ? Si l'imprimante 3D est la solution miracle à tous les problèmes de notre société néolibérale, pourquoi les politiciens ne possèdent-ils pas imprimantes 3D pour imprimer de bonnes idées ? Quand à l'imprimante plus classique (2D) pour les livres à la demande elle coûte environ 70.000 €...


D

Dartagnan

il y a 6 ans à 13 h 17

C'est le grand virage libéral-hypocrite pour remonter dans les sondages et envoyer de la poudre aux yeux (de certains) : après Manuel Valls et son amour des entreprises, voici Estelle Lemaire et sa logique de la pieuvre. Depuis quand le libraire est-il supposé se substituer à l'éditeur en imprimant des livres (nonobstant le coût occasionné pour lui par une telle pratique) ? Ne serait-ce pas, dans ce cas, plutôt à l'éditeur de s'équiper en imprimantes 3D pour accélérer et maîtriser sa production ? Mais bien sûr, décaler les responsabilités et les problèmes est LA solution d'avenir... Courage, Résistants !


d

dClauzel

il y a 6 ans à 13 h 16

Les libraires sont les nouveaux parasites de la culture. Une entreprise qui ne vit que par les subventions et les aménagements fiscaux n’a aucune raison d’exister, surtout quand à côté elle refuse tout changement; aussi bien pour son secteur d’activité que pour elle-même.


T

Toopaï

il y a 6 ans à 13 h 40

Tout à fait d'accord, il faut "aménager" la fiscalité des librairies en la délocalisant au Luxembourg et en les exonérant de charges sociales.


m

meloludicie

il y a 6 ans à 15 h 52

Monsieur dClauzel vous êtes libraire ? vous savez ce que l'on vit au quotidien, si ce n'est pas le cas je vous propose de venir faire un petit stage chez l'un des parasite, et vous verrez par vous même que les libraires aujourd'hui sont dans une démarche de changement !! Merci de venir rencontrer et d’échanger avec les parasites avant d'avancer des arguments qui ne sont pas la réalité


C

Curiale

il y a 6 ans à 18 h 53

Quel mépris ! Que faites-vous dans la vie mon cher Monsieur ?


C

CURIALE

il y a 6 ans à 18 h 51

Jusqu'où l'ignorance et l'incompétence de nos hommes et femmes politiques vont-elles chuter ?


M

MICHEL KERNINON

il y a 6 ans à 19 h 31

L'avenir du numérique commercial en de bonnes mains, le livre sûrement pas. Décidément, le gouvernement Vals (déjà le 2) est vraiment à droite. Très à droite mais tout sauf adroit.


l

Patrick

il y a 6 ans à 09 h 39

Alors là à 100% avec Christian, Que cette dame revoie son logiciel politique et réfléchisse un peu, prenne connaissance du dossier et de ses implications avant de "balancer" de telles sornettes! Nous sommes mal barrés avec de tels ministres, serions-nous Valls barrés? Patrick Bagyoni


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités