Entretien

Bruno Racine: "Les auteurs ne demandent pas la Lune"

Bruno Racine.

Bruno Racine. - Photo OLIVIER DION

Bruno Racine: "Les auteurs ne demandent pas la Lune"

Après que son rapport sur L'auteur et l'acte de création a été salué par les auteurs mais critiqué par les éditeurs, l'ancien président de la Bibliothèque nationale de France, Bruno Racine, insiste sur les « intérêts fondamentaux » que partagent les deux parties. _ Propos recueillis par

J’achète l’article 3 €

Créé le 14.02.2020 à 00h00,
Mis à jour le 14.02.2020 à 08h01

Livres Hebdo : Que répondez-vous au président du Syndicat national de l'édition, Vincent Montagne, qui reproche à votre rapport de ne pas considérer l'ensemble de la filière ?

Bruno Racine : Ma mission couvrait tous les domaines de la création. Franck Riester me demandait de répondre à la question « En quoi peut consister une politique des artistes-auteurs ? » car ces derniers se situent trop souvent dans l'angle mort des politiques publiques. Nous avons cherché à identifier des problématiques communes, en les illustrant par des exemples pris dans les différents domaines.

La réaction d'Antoine Gallimard, qui juge méprisante l'expression « acteurs de l'aval » à propos des éditeurs et stigmatise un « rapport hors-sol » vous a-t-elle surpris ?

B. R. : Il n'existe pas de terme unique pour désigner à la fois les galeristes, les producteurs de cinéma ou d'audiovisuel, les éditeurs, etc. L'expression « acteurs de l'aval » indique seulement leur place par rapport à l'acte de création et n'a rien de péjoratif. Pour ce qui est de l'objectivité, la mission a réalisé un effort considérable pour présenter un tableau de la situation économique des artistes-auteurs à partir de sources disparates. Un constat global s'impose : tous domaines confondus, leur situation s'est dégradée au cours de la décennie écoulée - situation qui se retrouve aussi dans des pays tels que le Royaume-Uni ou les Etats-Unis.

Bruno Racine. - Photo OLIVIER DION

Le P-DG de Madrigall estime aussi que votre rapport porte des intentions malthusiennes. Faut-il en effet renoncer à produire des titres qui généreraient un revenu insuffisant pour les auteurs ?

B. R. : Renoncer à publier n'est pas la solution. La multiplicité de l'offre est en effet consubstantielle à l'activité artistique. La question de savoir comment une augmentation de la rémunération des auteurs peut être absorbée n'aura évidemment pas la même réponse selon que l'on étudiera les cas des scénaristes de film ou des poètes.

Les éditeurs affirment que les droits versés aux auteurs dépassent déjà 10 % avec les à-valoir non couverts. Comment concilier cette considération globale avec celle d'auteurs qui ne s'y retrouvent pas individuellement ?

B. R. : Les taux varient selon les différents secteurs de l'édition et le statut de l'à-valoir - avance ou minimum garanti - comporte des incertitudes juridiques qui demanderaient à être clarifiées. Les chiffres globaux recouvrent en outre des situations individuelles très contrastées, d'où le décalage des perceptions.

La précarisation des auteurs vient-elle d'une répartition déséquilibrée de la valeur ajoutée, améliorable par contrat, ou est-elle le signe de l'érosion globale des revenus ?

B. R. : Le principe de la liberté contractuelle s'accorde avec des règles d'ordre public ou négociées entre parties prenantes. La recommandation principale du rapport est peut-être, après la tenue d'élections professionnelles en bonne et due forme de représentants des artistes-auteurs, d'établir un cadre pérenne de dialogue et de négociation avec ceux qui exploitent et diffusent leurs œuvres, ainsi qu'avec les organismes de gestion collective. Auraient vocation à être traitées dans ce cadre des problématiques communes ou spécifiques à certains secteurs, par exemple en termes de taux de référence. Quant au contrat de commande, qui est permis par le code de la propriété intellectuelle, nous proposons de mettre ses modalités à l'étude sans délai au CSPLA (Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique). Certains éditeurs m'ont fait part de leur inquiétude sur ce point. Il existe pourtant bien une différence entre le manuscrit que l'auteur présente de sa propre initiative et un ouvrage qu'on lui demande d'écrire selon un format et dans un délai donnés.

Votre rapport satisfait les auteurs alors que les éditeurs ont pris leurs distances. Est-ce le signe d'un choix partisan de votre mission ?

B. R. : Il n'est pas surprenant que les artistes-auteurs accueillent favorablement l'idée d'une politique globale visant à renforcer leur position individuelle ou collective. C'est du reste l'esprit de la dernière directive européenne. Il n'est pas davantage surprenant que des éditeurs convaincus de servir la cause de leurs auteurs réagissent comme ils le font. Mon vœu est que les sujets abordés dans le rapport donnent lieu à un dialogue fondé sur la conscience d'intérêts fondamentaux partagés.

Des éditeurs vous ont-ils manifesté leur approbation, et si oui sur quels éléments ?

B. R. :La mission a eu pour principe d'auditionner des organisations représentatives. Des échanges que j'ai pu avoir à titre privé, j'ai senti la crainte d'une stigmatisation de la profession du fait de mauvaises pratiques de certains, mais retenu aussi la reconnaissance que d'importants progrès restaient à faire notamment dans la transparence vis-à-vis des auteurs.

Sur quoi ont porté vos échanges avec le SNE lors de son audition ?

B. R. :Le SNE a souligné avec force l'enjeu que constitue le maintien de la lecture chez nos compatriotes. J'y souscris totalement, mais ma mission, déjà vaste, ne s'étendait pas à la politique culturelle dans sa globalité, ni à la politique éducative, essentielle sur ce point. Il est incontestable que de nombreuses maisons d'édition sont dans une situation fragile, alors que se poursuit parallèlement un mouvement de concentration autour de grands groupes attentifs à leurs résultats financiers. Dans d'autres secteurs tels que les arts plastiques, on retrouve ce problème de petites structures dont l'assise financière n'est pas à la hauteur de l'engagement souvent passionné de leurs initiateurs. Cette question doit être traitée, mais il n'est pas juste que les artistes-auteurs en fassent les frais.

Croyez-vous pouvoir convaincre les éditeurs de la nécessité du rééquilibrage que vous préconisez ?

B. R. : La question du partage de la valeur se pose dans l'industrie du livre comme dans les autres. Une grande partie du sentiment d'injustice qui s'est exprimé à peu près dans tous les secteurs vient du fait que les artistes-auteurs n'ont pas bénéficié de l'abaissement des coûts de production souvent considérable permis par les nouvelles technologies. Mais les auteurs comprennent parfaitement que les maisons d'édition ou les libraires ont un équilibre à maintenir. Ils ne demandent pas la Lune.

Quelle est la responsabilité de l'État dans le désarroi des auteurs ?

B. R. : L'Etat a une responsabilité non négligeable dans la situation parce qu'il n'a pas anticipé les conséquences de certaines réformes sur la situation des artistes-auteurs, à quoi s'ajoute l'inquiétude liée à la réforme des retraites. Nombreux sont ceux qui se heurtent à des situations parfois dignes de Kafka. En outre il est loin d'avoir été toujours exemplaire, par exemple en ignorant le droit de présentation des artistes dans ses propres institutions. Enfin, la part des aides publiques à la création centrées directement sur les artistes-auteurs est très faible.

Au-delà de votre lettre de mission, votre travail a-t-il reçu un encouragement ferme des pouvoirs publics ?

B. R. : Le ministre m'a toujours encouragé dans mon travail. Il est bien entendu libre de l'usage qu'il compte en faire.

Votre mission est née en partie de l'impatience d'une jeune génération d'auteurs de l'écrit. Sont-ils particulièrement exposés ?

B. R. : Une étude du ministère montre en effet que les jeunes auteurs progressent moins et plus lentement que leurs aînés. C'est aussi le cas dans d'autres secteurs de la création, et les femmes sont partout moins bien traitées. Ce n'est pas une situation saine, et il n'est pas pensable pour l'avenir de notre culture que le choix d'entreprendre une carrière littéraire ou artistique soit réservé à ceux ou celles qui, de par leur milieu d'origine, en auraient les moyens.

Vous êtes vous-même auteur, publié notamment chez Gallimard. Quelles sont vos relations avec vos éditeurs ?

B. R. :J'ai toujours été avec mes éditeurs dans une relation amicale et j'y reste très profondément attaché. W

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités