Disparition

Décès de Ghislaine Bavoillot, fondatrice du secteur Art de vivre chez Flammarion

Editrice aux 500 livres et fondatrice du secteur Art de vivre chez Flammarion, Ghislaine Bavoillot est décédée le 9 novembre. - Photo DR

Décès de Ghislaine Bavoillot, fondatrice du secteur Art de vivre chez Flammarion

Editrice aux 500 livres, elle s'est éteinte ce mardi 9 novembre après 50 ans chez Flammarion. 

J’achète l’article 1.5 €

Par Pauline Gabinari ,
Créé le 09.11.2021 à 20h00

Elle a diné avec les plus grands chefs et rencontré les décorateurs d'intérieur les plus respectables de notre époque. Ghislaine Bavoillot est décédée aujourd'hui, mardi 9 novembre, mais on entend encore ses mots passionnés et sans concession dans les locaux de Flammarion où elle a travaillé 50 ans.

Arrivée dans les années 1970 dans la maison, Ghislaine Bavoillot débute dans l'édition en tant qu'assistante d'Henri Flammarion pour en devenir, quelques années plus tard, sa plus proche collaboratrice. Un jour, ce dernier l'envoie à Lyon. "Gisou" y rencontre Paul Bocuse. Ensemble, ils travaillent sur le tout premier livre du chef triplement étoilé. Un ouvrage initiateur de ce qui sera le travail de toute une vie pour l'éditrice : la création du secteur Art de vivre chez Flammarion. "Exigeante et rigoureuse, elle était passionnée par ces domaines", explique Alain Flammarion, se souvenant de cette époque où elle réussissait à jongler entre le livre d'un grand chef de cuisine et La rose au poing de François Mitterrand.  

Une vie pour le livre 

A l'affût du beau, elle a dédié sa vie à des publications raffinées tels que les livres de Bernard Pivot, les recettes de la maison Lenôtre ou, dernier en date, Les 100 lieux pour découvrir la France de Franck Ferrand. Jamais lassée de l'édition, sept ans après sa retraite, elle éditait son 500e ouvrage, Wine by design, en 2016. Elle a vécu intensément pour chacun des livres qui sont passés entre ses mains car, "elle faisait partie de ceux pour qui ce métier est aussi une vie", raconte Anna Pavlovitch. La présidente de Flammarion se rappelle d'ailleurs des quelques mots de l'éditrice dits à l'occasion d'un déjeuner : "La relève est là, chez Flammarion, dans chaque bureau, et notre grande maison continuera à enchanter les lecteurs. Les chevaux de course ne deviennent jamais des baudets. Vous êtes tranquille au moins pour 150 ans."

Les dernières
actualités