L'écrivain et journaliste Jean Ferniot, qui a mené une carrière de chroniqueur politique mais aussi de critique gastronomique, est décédé samedi à Paris à l'âge de 93 ans, ont annoncé ses proches à l'AFP.

Auteur d'une trentaine de livres, parmi lesquels L'ombre portée (Gallimard), Prix Interallié 1961, il était membre du jury de ce prix depuis 1970.

Cet amateur d'histoire et de gastronomie est l'auteur d'une trentaine de livres, romans ou essais, parmi lesquels Les ides de mai (1958), Mort d'une révolution (1968), Paris dans mon assiette (1969), La Petite Légume (1974, Mercure de France), C'est ça la France (1977, Julliard), Le chien-loup (1983, prix de la nouvelle de l'Académie française), Soleil orange (1988), Je recommencerais bien (1991), La France des terroirs gourmands (1993, Sélection du Reader's Digest), Morte saison (1996), Un temps pour aimer, un temps pour haïr (Prix du roman populiste 1999), Noces de nuit (2003), C'était ma France (2004, prix Louis Pauwels 2005). En 2011, il avait publié Caprices de la chair. La plus grande partie de son oeuvre était publiée chez Grasset.

Né le 10 octobre 1918 à Paris, Jean Ferniot débute sa carrière à l'Agence France-Presse en 1944. L'année suivante, il est nommé chef du service politique du quotidien Franc-Tireur, avant de devenir chroniqueur politique à L'Express (1957-58). Il est chef du service politique de France Soir de 1959 à 1963, puis corédacteur en chef de L'Express (1963-66).

Jean Ferniot fait son entrée à Radio-Luxembourg (RTL) en 1967 et sera jusqu'en 1983 l'un des chroniqueurs radio les plus écoutés. Il est aussi éditorialiste à France-Soir (1967-70), puis rédacteur en chef, adjoint au directeur général de ce quotidien (1969-70).

Parallèlement, il tient une chronique gastronomique dans L'Express de 1963 à 1969.

Présentateur du "Livre du mois", directeur de collection chez Gallimard

A partir des années 1970, Jean Ferniot aborde la télévision. Le journaliste moustachu à l'impeccable noeud papillon est notamment l'auteur ou le présentateur d'émissions telles que "L'avocat du diable" (1970), "Italiques" (1974), "De vive voix" (1975) ou "Le livre du mois" (1976). Il est également coproducteur de l'émission "La cuisine légère".

Directeur de la collection L'Air du temps chez Gallimard (1973-77), puis de la collection Humeurs chez Grasset (1978-83), Jean Ferniot est ensuite directeur, puis conseiller de la rédaction de Cuisine et Vins de France pendant dix ans (1981-1991). Il est aussi président du Centre national des arts culinaires et de la Commission nationale des labels en 1983 et 1984.

Président du conseil de surveillance de L'Evénément du Jeudi de 1992 à 1994, Jean Ferniot préside aussi la commission de terminologie au Conseil national du tourisme de 1991 à 1997.

Marié à trois reprises, il était père de cinq enfants, dont le journaliste gastronomique Vincent Ferniot. Membre du comité d'honneur de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité, il était titulaire de la croix de Guerre et commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités