Didier Castino, Vanessa Barbara et Maja Haderlap, lauréats du prix du Premier roman 2015 | Livres Hebdo

Par Marine Durand, le 10.11.2015 à 15h13 (mis à jour le 10.11.2015 à 17h00) proclamation

Didier Castino, Vanessa Barbara et Maja Haderlap, lauréats du prix du Premier roman 2015

Didier Castino, Vanessa Barbara et Maja Haderlap. - Photo COPIE D'ÉCRAN DR/ZULMA/ALPEN-ADRIA-UNIVERSITÄT KLAGENFURT

Le prix du Premier roman français a été décerné à Didier Castino pour Après le silence (Liana Levi), tandis que la Brésilienne Vanessa Barbara et l'Autrichienne Maja Haderlap se partagent le prix du Premier roman étranger.

Le jury du prix du Premier roman a dévoilé ses lauréats 2015, mardi 10 novembre. Dans la catégorie roman français, c'est Didier Castino qui est couronné pour Après le silence, publié en août chez Liana Lévi. Il l'a emporté face à Jean-Pierre Montal (Les années Foch, Pierre-Guillaume de Roux) et Frédéric Viguier (Ressources inhumaines, Albin Michel).

Dans la catégorie "premier roman étranger", le jury a décidé de distinguer deux ouvrages: Les nuits de laitue de la Brésilienne Vanessa Barbara (Zulma) et L'ange de l'oubli de l'Autrichienne Maja Haderlap (Métailié).

"Après le silence est le récit d’un fils qui se remémore la mort de son père lors d’un accident de travail dans une usine. A travers cette chronique, Didier Castino brosse le portrait de la France ouvrière des années 70, dit le poids de l’absence du père et s’interroge sur ses origines sociales", détaille le jury dans son communiqué. Dans son avant-critique publiée dans Livres Hebdo le 12 juin, Véronique Rossignol écrivait que "dans cette forme de conversation posthume, Après le silence parle de trahison de classe, de culpabilité et de honte sociales, travaillant sur un manque et une colère frustrée qui viennent de loin." L’auteur est professeur de lettres à Marseille.

Dans Les nuits de laitue, Vanessa Barbara donne à voir le voisinage déjanté du couple Otto et Ada, tout en jouant avec les codes du roman noir. L'auteure, née à Sao Paulo en 1982, écrit des chroniques pour le journal Folha de Sao Paulo et The International New York Times.

L'ange de l'oubli, déjà lauréat du prix Ingeborg-Bachmann, raconte l'enfance d'une fillette dans les montagnes de Carinthie, en Autriche. Maja Haderlap, née en 1961 à Eisenkappel, est une écrivaine et poète autrichienne.

Créé il y a trente-huit ans, le prix du Premier roman a récompensé Boualem Sansal (en 1999) et Hédi Kaddour (en 2005), grand prix du roman de l’Académie française cette année, mais aussi Dan Franck, Alexandre Jardin, Pascale Roze (Prix Goncourt) ou Christophe Bataille. L'an dernier, c'est Jean-Pierre Orban (Vera, Mercure de France) côté français, et Rene Denfeld (En ce lieu enchanté, Fleuve Editions) côté étranger qui avaient été couronnés.

Le jury, présidé par Joel Schmidt, est composé de Jean Chalon, Georges-Olivier Châteaureynaud, Annick Geille, Jean-Pierre Tison, Jean-Claude Lamy, Michèle Gazier, Gérard de Cortanze, Christine Ferniot, Gérard Guillot, Mohammed Aïssaoui.
close

S’abonner à #La Lettre