Dossier

Dossier rentrée littéraire : la fiction passe à l'acte

Olivier Adam a suivi son éditrice de L'Olivier à Flammarion. - Photo OLIVIER DION

Dossier rentrée littéraire : la fiction passe à l'acte

Après un premier semestre maussade, les romans de la rentrée cristallisent tous les espoirs de reprise. Avec 646 nouveautés à paraître entre août et octobre, la production affiche une stabilité relative et une belle créativé.

J’achète l’article 1.50 €

Par Catherine Andreucci, Anne-Laure Walter, Claude Combet, Julie Rocha-Soares,
Créé le 29.06.2012 à 00h00,
Mis à jour le 09.10.2014 à 18h12

La rentrée littéraire comme planche de salut ? Cette année, plus que les précédentes peut-être, elle est attendue avec impatience après un premier semestre tout en retenue pour cause de saison électorale. Les éditeurs ont concentré leur attention sur l'automne, sans perdre de vue pour autant les difficultés des points de vente. C'est ce qui explique en partie la relative stabilité du nombre de titres annoncés pour août, septembre et octobre en littérature par rapport à une rentrée 2011 déjà resserrée. 646 romans français et étrangers sont programmés, alors qu'ils étaient 654 à la même période l'année dernière, soit une très légère baisse de 1,2 %.

RÉALITÉS CONTRASTÉES

Dans cet ensemble, les romans étrangers restent stables avec 220 titres (219 en 2011). Les romans français, eux, sont un peu moins nombreux : 426 titres sont annoncés, dont 69 premiers romans, contre 435 en 2011 dont 74 premiers romans (- 2 %). L'évolution recouvre des réalités contrastées. Grasset, qui n'avait publié que 9 romans français l'an dernier, en présente 13. Stock remonte à 11 titres (9 en 2011). Robert Laffont repart également à la hausse, avec 5 romans français annoncés, contre 3 pour la rentrée précédente. Actes Sud propose 9 romans, comme l'an passé, et ne programme, à l'instar de plusieurs de ses confrères, aucun premier roman. Pour sa part, Albin Michel n'annonce que 8 romans entre août et septembre (10 l'an dernier), Buchet-Chastel passe de 6 romans français à 4, et Le Cherche Midi en annonce 5, contre 7 en 2011. Gallimard, qui avait publié 17 romans français en 2011, en annonce 16 pour sa rentrée 2012, dont, tout de même, 5 premiers romans. Lattès (5), P.O.L (4) ou Calmann-Lévy (2) gardent une production constante. Certains éditeurs se repositionnent dans la rentrée cette année : Viviane Hamy présente les nouveaux romans de François Vallejo(Métamorphoses) et de Gonçalo M. Tavares(Un voyage en Inde), Les Equateurs réapparaissent avec 3 romans français, dont celui de Flore Vasseur(Classe affaire), le Castor astral revient avec 2 romans français... D'autres passent leur tour, comme Le Rocher, Maurice Nadeau ou Vents d'ailleurs.

Cette rentrée sera aussi marquée par l'arrivée de nouvelles maisons : Philippe Robinet (cofondateur de Oh ! éditions avec Bernard Fixot) et Mathieu Quéré expérimenteront leur premier baptême du feu avec Kero, et notamment le deuxième roman de Michel Rostain, dont Le fils (Oh ! éditions) avait reçu le Goncourt du Premier roman. David Kersan et Raphaël Sorin lancent Ring le 23 août, avec un roman de Maurice Dantec. Serge Safran, qui avait créé un label au sein des éditions Zulma qu'il avait fondées avec Laure Leroy, autonomise sa maison et propose deux romans, dont un signé Max Genève.

AUTEURS MAISON

Parmi les auteurs phares de cette rentrée, nous avons retenu 10 incontournables, présentés page ci-contre. Actes Sud mise sur ses auteurs maison comme Laurent Gaudé, mais aussi la génération montante comme Claro, Jérôme Ferrari, Mathias Enard, déjà prix du Livre Inter et Goncourt des Lycéens, ou Céline Curiol. Pas de premier roman non plus au Diable Vauvert qui publie le sixième ouvrage de Nicolas Rey(L'amour est déclaré) après les 100 000 ventes d'un Léger passage à vide en 2010.

Chez Albin Michel, c'est, outre l'inévitable Amélie Nothomb (qui s'attaque cette fois à Barbe-Bleue), le second roman de Jean-Michel Guenassia qui devrait faire événement, après le succès du Club des incorrigibles optimistes. Les auteurs émergents ne manqueront d'ailleurs pas d'attirer l'attention. Tristan Garcia manipule Les cordelettes de Browser, un roman philosophico-fantastique (Denoël). Joël Egloff, prix du Livre Inter pour L'étourdissement, fait son retour avec un recueil de nouvelles au titre poétique, Libellules, chez Buchet-Chastel, où paraît aussi le nouveau roman de Marie-Hélène Lafon (Les pays).

Prix de Flore 2010 pour Le jour du roi, Abdellah Taïa livre Infidèles au Seuil, qui publie aussi Tierno Monénembo, prix Renaudot 2010. Prix Femina 2009, Gwenaëlle Aubry revient avec Partages (Mercure de France). Nathalie Kuperman dépeint les amours modernes dans Le contretemps (Les Busclats) et Jean-Yves Jouannais explore L'usage des ruines (Verticales). Jean Grégor, fils du journaliste d'investigation Pierre Péan, évoque son adolescence marquée par la menace pesant sur son père et le lien qui s'établit de façon incongrue avec l'homme chargé d'éliminer ce dernier (L'ombre en soi, Fayard).

Avant la chute sera le titre du nouveau roman de Fabrice Humbert (Le Passage), et Ils désertent celui de Thierry Beinstingel (Fayard). Après le succès inattendu de Dolce vita, Stock publie le nouveau roman de Simonetta Greggio, autour de deux frères qui aiment la même femme (L'homme qui aimait ma femme).

Notons aussi, chez Flammarion, le retour de Christine Angot, un an et demi après Les petits, avec Une semaine de vacances. L'éditeur comptera aussi parmi les signatures de sa rentrée Serge Joncour avec son neuvième roman, L'amour sans le faire, ou Marie Darrieussecq, mais comme traductrice du roman de l'Américaine Margaux Fragoso (Tigre, Tigre !).

Chez Gallimard, Tahar Ben Jelloun aborde Le bonheur conjugal avec beaucoup d'ironie, aux côtés de Jean-Marie Rouart et Pierre Jourde. Gérard Mordillat s'essaie à la brièveté pour tracer la trajectoire familiale déchirée d'une jeune femme dans Ce que Jennie savait (Calmann-Lévy). Il faudra aussi compter avec les nouveaux romans de Claude Arnaud et Cécile Guilbert (Grasset), Benoît Duteurtre et Eric Paradisi (Fayard), Christian Authier, Luc Lang, Jean-Marc Parisis et Vassilis Alexakis (Stock), ou encore Nathalie Rheims (Léo Scheer) et Lionel Duroy (Julliard). Anne Goscinny évoque la relation passionnée avec son illustre père (Le bruit des clefs, Nil), Bernard Pivot romance son autobiographie dans Quelle est la question ? (Nil) et Maryse Condé se raconte dans La vie sans fards (Lattès). Sans oublier, en octobre, les nouveaux romans de Patrick Modiano(L'herbe des nuits) et de l'Américain Philip Roth(Némésis) chez Gallimard.

L'automne s'annonce d'ailleurs sous de beaux auspices en littérature étrangère. Les lecteurs trouveront des grands noms : 5 incontournables (voir p. 88-89), mais aussi Jim Harrison (Flammarion), les prix Nobel Imre Kertész (son journal chez Actes Sud) et Orhan Pamuk (un essai chez Gallimard), ainsi que David Foster Wallace (Au diable Vauvert), Sam Shepard (13e Note), Howard Jacobson (Calman-Lévy), le cinéaste indien Satyajit Ray (Les Belles Lettres), Alessandro Piperno (Liana Levi) et Niccolo Ammaniti (Robert Laffont), ou encore Audur Ava Olafsdottir (après Rosa candida, Zulma) et Eugen Ruge (Les Escales, qui font leur première rentrée d'automne).

ÉDITEURS AUTEURS

Plusieurs éditeurs vivront aussi cette rentrée en écrivains : Carl Aderhold, codirecteur de Vendémiaire (Fermeture éclair, Lattès), Xavier Patier, à la tête de la Direction de l'information légale et administrative (Chaux vive, La Table ronde), Jean Mattern, responsable des achats de droits et de la collection "Du monde entier" chez Gallimard (Simon Weber, Sabine Wespieser), Mathieu Larnaudie, qui codirige depuis 2004 la revue Inculte et les éditions du même nom (Acharnement, Actes Sud), Francis Dannemark, conseiller littéraire et éditeur - il dirige la collection "Escales des lettres" qu'il a fondée en 1998 au sein du Castor astral - (La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis, Robert Laffont). David d'Equainville, qui avait créé Anabet (disparue l'an passé), signe un roman avec le réalisateur Patrice Leconte (Reculer pour mieux sauter, Flammarion). Directeur de l'Institut de haute finance, mais également actionnaire majoritaire des éditions Anne Carrière depuis trois ans, Philippe Dessertine y publie son premier roman, Le gué du tigre. François Cusset, éditeur de sciences humaines dans différentes maisons et ancien responsable du Bureau du livre français à New York, se lance lui aussi dans la littérature, chez P.O.L (A l'abri du déclin du monde).

Du côté italien, Liana Levi présente le roman de Ginevra Bompiani(La station thermale), fondatrice des éditions indépendantes Nottetempo, à Rome, avec Roberta Einaudi. Libraire chez Georges à Talence, Jean-Pierre Ohl poursuit son oeuvre de romancier avec Redrum (L'Arbre vengeur). On retrouvera également quelques journalistes, dont Florence Noiville, qui officie au Monde des livres (L'attachement, Stock), la critique de cinéma Sophie AvonSud-Ouest et au "Masque et la plume") pour son neuvième livre, Les amoureux (Mercure de France), mais aussi le critique gastronomique François Simon, qui mêle émotions culinaires et conquêtes féminines autour du monde sous un titre évocateur (Dans ma bouche, Flammarion). Enfin, la palme du roman le plus long reviendra sans conteste aux 1 776 pages de Dans les plis sinueux des vieilles capitales de Sylvie Taussig chez Galaade.

UNE SAISON EN TRANSFERTS

Sur fond de tension du marché, l'herbe paraît plus verte ailleurs.

Philippe Delerm, qui a toujours publié sous de multiples bannières (Gallimard, Le Rocher, Mercure de France...), se fixe pour la première fois à un éditeur, en signant un contrat d'exclusivité de cinq ans avec le Seuil ; une maison qu'Hubert Mingarelli quitte, après 17 ans de collaboration, pour Stock qui s'occupera d'Un repas en hiver. Florian Zeller s'éloigne de son éditeur historique Flammarion pour Gallimard, publiant La jouissance dans la "Blanche". Dans la même collection, Fabienne Jacob, remarquée en 2010 avec Corps chez Buchet-Chastel, fait paraître L'averse. Flammarion accueille du sang neuf avec Olivier Adam, jusqu'alors à L'Olivier, qui suit son éditrice Alix Penent embauchée place de l'Odéon en octobre 2011.

Après un récit et trois romans chez Stock, la journaliste et écrivain Colombe Schneck arrive chez Grasset à qui elle confie La réparation. Véronique Olmi, qui avait débuté chez Actes Sud puis continué pour cinq romans chez Grasset, laissera Albin Michel porter son nouveau roman, Nous étions faits pour être heureux. L'écrivain haïtien Gary Victor passe chez Philippe Rey (Maudite éducation) après 9 textes aux éditions Vents d'ailleurs, tandis que Max Monnehay, qui s'était fait remarquer lors de la parution de son premier roman Corpus Christine chez Albin Michel, publie son second, Géographie de la bêtise, au Seuil. Après un passage de deux romans chez l'Editeur, Emile Brami, avec son prochain texte Zugzwang, revient chez Ecriture/L'Archipel. Côté étranger aussi, le mercato opère. L'éditrice Vaiju Naravané d'Albin Michel est parvenue à acquérir le prochain roman de l'Indien Tarun Tejpal, qui s'est fait connaître en France avec Loin de Chandigarh (Buchet Chastel, 2005). On lira le prochain Sam Shepard découvert par Bourgois chez 13e Note, et Snuff de Chuck Palahniuk, auteur mythique de Fight club et Choke, publiés auparavant par Gallimard et Denoël, chez Sonatine.

Nos collaborateurs écrivent

Livres Hebdo contribue indirectement à la production de la rentrée littéraire grâce à trois de ses collaborateurs réguliers.

Secrétaire de rédaction pigiste à Livres Hebdo, Julia Deck a ainsi mis en page ce dossier sur la rentrée 2012. Mais elle est aussi l'auteure d'un premier roman, Viviane Elisabeth Fauville, à paraître le 6 septembre chez Minuit.

Fabienne Jacob - Photo DR

Après Passage de la mère morte paru en 2008 chez Stock, notre critique littéraire Jean-Claude Perrier publie chez Héloïse d'Ormesson à la fin d'août Le voyageur de papier, un hommage aux livres et à la lecture au travers de portraits d'écrivains et de personnalités du monde des lettres rencontrés au gré de ses pérégrinations qui l'ont mené de l'Inde au Congo.

Fabienne Jacob, qui nous livre chaque mois une de ses trouvailles parmi les livres pour la jeunesse (voir p. 73), a donné son quatrième roman, L'averse, à Gallimard, après le très remarqué Corps, chez Buchet-Chastel en 2010.

Les 10 titres incontournables

14 (Minuit)

Après trois livres construits autour de personnages ayant réellement existé (Maurice Ravel, Emil Zátopek, Nikola Tesla), le prix Goncourt 1999 revient à la fiction pure avec 14. Le roman s'ouvre le jour de la mobilisation générale suite à l'entrée en guerre de la France en août 1914 : cinq hommes partent au front, une femme attend le retour de deux d'entre eux. Reste à savoir s'ils vont revenir.

FRANÇOIS BON

Autobiographie des objets (Seuil)

Corde en nylon, machine à écrire, transistor, règle à calcul, cartes de France en plastique, fer à souder, canifs... François Bon, romancier qui a fondé la maison d'édition numérique Publie.net, livre une Autobiographie des objets, qui est aussi le récit du passage d'un monde rural à un monde technologique. Et, en somme, du papier au numérique (voir aussi p. 18-19).

LAURENT BINET

Rien ne se passe comme prévu (Grasset)

C'est un des livres les plus attendus : Rien ne se passe comme prévu est le journal de la campagne présidentielle par Laurent Binet, qui a suivi François Hollande. Portraits de politiques, réflexions sur la gauche, interrogations sur ses propres choix... l'auteur de HHhH décrit les coulisses de la course à l'Elysée et se met en scène dans ce récit très subjectif.

AGNÈS DESARTHE

Une partie de chasse (L'Olivier)

Toujours très suivie par son public, Agnès Desarthe se lance dans Une partie de chasse qui tourne au drame et à l'initiation. Un jeune homme néophyte et timide y participe, bousculé par la virilité brutale des chasseurs. Et l'auteure malicieuse de Mangez-moi et Dans la nuit brune fait intervenir les réflexions d'un lapin blessé par l'apprenti-chasseur.

VÉRONIQUE OLMI

Nous étions faits pour être heureux (Albin Michel)

Un homme à la vie sage et comblée brise l'équilibre de façade et s'embrase de façon inexpliquée pour une accordeuse de piano. Telle est la trame de Nous étions faits pour être heureux, que l'auteure publie chez Albin Michel après 6 titres chez Grasset. Ses livres rencontrent un succès croissant, décuplé lorsqu'ils passent en poche.

LINDA LÊ

Lame de fond (Bourgois)

Remarquée très tôt par la critique et lauréate pour son dernier roman Cronos d'un prix Wepler, Linda Lê creuse, dans le polyphonique Lame de fond, les thèmes de l'amour, de la mort et du déracinement. Elle donne la parole à Van, un immigré Vietnamien qui, du fond de son cercueil, se souvient de la dernière année de sa vie d'exil en France.

PHILIPPE DJIAN

Oh... (Gallimard)

Pour la première fois depuis bien longtemps, un roman de Philippe Djian paraît à la rentrée littéraire. La narratrice de Oh... est une femme qui vient de subir une agression, refuse d'y penser mais se trouve entraînée dans une spirale de mort et de sexe. Alors qu'elle réussit bien dans la vie, tout se fissure autour d'elle.

PHILIPPE CLAUDEL

Parfums (Stock)

Désormais membre du jury du prix Goncourt, Philippe Claudel n'a plus à faire ses preuves. Il se livre à une introspection à travers 63 Parfums qui évoquent l'enfance et l'adolescence (Stock). L'auteur des Ames grises se raconte tout en rendant hommage aux paysages lorrains et au milieu modeste d'où il vient.

OLIVIER ADAM

Les lisières (Flammarion)

Deux ans après Le coeur régulier, le nouvel Olivier Adam, avec un tirage de 60 000 exemplaires, est déjà favori pour les prix de l'automne. Celui qui a suivi son éditrice de L'Olivier à Flammarion signe un roman engagé sur la classe populaire, racontant l'histoire d'un auteur qui, après une séparation, rentre vivre dans la banlieue de son enfance.

LAURENT GAUDÉ

Pour seul cortège (Actes Sud)

Renouant avec le souffle épique qui a fait le succès de La mort du roi Tsongor, Laurent Gaudé retrouve un autre monarque mourant, Alexandre le Grand, qui le fascine de longue date. Chaque nouveau roman du lauréat du Goncourt en 2004 est particulièrement attendu, et Pour seul cortège ne déroge pas à la règle, avec un tirage de 80 000 exemplaires.

Comme une chambre d'échos

Avec ses traditionnels romans générationnels, questionnement sur le couple, plongée dans les histoires familiales, mise en abîme de la création ou retranscription de la réalité sociale, le cru 2012 panache les grands thèmes qui font le sel d'une rentrée littéraire en radiographiant notre société. Car la fiction française est de plus en plus irriguée par le réel et cherche à dire le monde contemporain. Plusieurs romans, cependant, se démarquent par l'originalité de leur sujet.

Après 4 livres chez Stock, Colombe Schneck rejoint Grasset. - Photo OLIVIER DION

L'AUTEUR EST JOUEUR

En ces temps de crise, qui n'a pas rêvé de gagner au loto, comme dans La liste de mes envies de Grégoire Delacourt (Lattès), une des meilleures ventes du premier semestre ? Le jeune couple au coeur de Trois fois le loyer de Julien Capron (Flammarion) espère bien empocher le pactole aux cartes. Découvrant qu'ils n'ont plus les moyens de se loger à Paris, ils apprennent les règles du poker et s'inscrivent à un mystérieux tournoi en couple avec à la clé un loft. Le prochain roman de Christophe Donner, A quoi jouent les hommes (Grasset), plongera le lecteur dans l'univers des paris sportifs et la folie du jeu, de l'Ancien Régime à l'époque contemporaine. Ce n'est pas pour l'argent mais pour l'esprit que Cédric Villani joue avec les chiffres. Le mathématicien, directeur de l'institut Poincaré, décrit sa vie à la recherche de ce Théorème vivant (Grasset) qui lui valut la médaille Fields en 2010. Dans La déesse des petites victoires de Yannick Grannec (Anne Carrière), une documentaliste tente de récupérer les archives du mathématicien Kurt Gödel. Enfin, ces jeux de l'esprit sont en train de détruire l'héroïne d'Olivier Dutaillis (Le jour où les chiffres ont disparu, Albin Michel), qui souffre de mathématopathie et combat la dictature des chiffres.

L'AUTEUR EST BIOGRAPHE

Les écrivains usent de la fiction pour se glisser dans les interstices des vies de personnages historiques ou s'emparer de personnalités méconnues. Ainsi de Patrick Deville qui s'est plongé dans les archives de l'institut Pasteur et raconte, dans Peste et choléra (Seuil), les aventures d'un disciple de Louis Pasteur, Alexandre Yersin. Obsédé par Marcel Duchamp, Serge Bramly déploie Orchidée fixe à partir des 15 jours que l'artiste, fuyant l'Occupation allemande en 1942, passa dans un camp de transit à Casablanca (Lattès). Laurent Gaudé s'intéresse à Alexandre le Grand au moment où il faut lui trouver un successeur (Pour seul cortège, Actes Sud). Tierno Monénembo retrace l'histoire du résistant noir Addi Bâ, né en Guinée en 1916 et devenu chef de maquis dans les Vosges (Le terroriste noir, Seuil). Marc Durin-Valois s'intéresse à Claude Eatherly, le pilote d'un avion de reconnaissance météo qui a ouvert la route au bombardier atomique à Hiroshima, le 6 août 1945 (La dernière nuit du Claude Eatherly, Plon). Derrière un titre énigmatique - La vie rêvée d'Ernesto G. -, c'est bien Che Guevara que raconte Jean-Michel Guenassia (Albin Michel). La relation de dépendance entre Raymond Carver et son éditeur américain constitue la trame de Ciseaux de Stéphane Michaka (Fayard). Frédéric Pajak convoque la figure de Walter Benjamin dans Manifeste incertain (Noir sur blanc). Laurent Jouannaud, lui, imagine un nouveau destin à Kafka (Kafka, suite, Pascal Galodé). L'ancien ministre Bruno Le Maire a construit son premier roman, Musique absolue : une répétition avec Carlos Kleiber, autour du chef d'orchestre autrichien (Gallimard). Alban Lefranc raconte le cinéaste Fassbinder, la mort en fanfare (Rivages), tandis que Lilian Auzas s'attache à Leni Riefenstahl (Léo Scheer). Pour évoquer la Révolution française dans Trois visites à Charenton, Benoît Damon donne la parole à un personnage peint par Géricault (Champ Vallon). Il est aussi question de peinture dans le roman d'Alice Dekker (Chardin : la petite table de laque rouge, Arléa). Enfin, Anne Berest s'immerge dans l'association d'aide aux toxicomanes Le Patriarche, fondée par Lucien Engelmajer puis dénoncée comme secte par l'Etat (Les patriarches, Grasset).

L'AUTEUR EST REPORTER

C'est aussi l'actualité de l'année écoulée qui trouve un écho dans l'imaginaire des auteurs programmés à cette rentrée. Les pages politiques tout d'abord. Laurent Binet a ainsi suivi la course à l'Elysée auprès du nouveau président de la République, tout comme Yasmina Reza l'avait fait en 2007 auprès de Nicolas Sarkozy avec L'aube, le soir ou la nuit (Flammarion). L'auteur de HHhH livre avec Rien ne se passe comme prévu (Grasset) un récit subjectif des coulisses de la campagne de François Hollande. C'est à un autre socialiste que Stéphane Zagdanski consacre Chaos brûlant (Seuil), puisqu'il présente l'affaire DSK comme révélatrice de la démence de notre époque et fait de l'ancien directeur du FMI l'un des personnages de son livre. L'agitation internationale se retrouve dans le roman de Mathias Enard, grand connaisseur du monde arabe et du Moyen-Orient, qui s'est demandé, aux travers des personnages de Rue des voleurs (Actes Sud), ce que signifie avoir 20 ans à l'heure du « printemps arabe ». Ce sont les manifestations de la place Tahrir et la chute de Moubarak que vit Goma, l'un des adolescents au coeur des Rêveurs (Gallimard) d'Alain Blottière. La Québécoise Catherine Mavrikakis apporte sa pierre au débat outre-Atlantique sur la peine de mort avec Les derniers jours de Smokey Nelson (Sabine Wespieser), dans les couloirs de la mort à Charlestown. Enfin, les auteurs de la rentrée se nourrissent aussi des pages people, à l'image de Myriam Thibault avec Plagiat (Léo Scheer), qui relate un procès fait à un écrivain par son ex-compagne, suite à la publication d'un roman reprenant leurs échanges épistolaires. Une intrigue qui rappelle fortement la dernière affaire PPDA, attaqué par Agathe Borne pour Fragments d'une femme perdue (Grasset, 2009).

L'AUTEUR EST ANIMAL

Parfois le règne animal permet de saisir le fond de l'humain. Dans Une partie de chasse d'Agnès Desarthe (L'Olivier), les animaux sont doués de parole et, lorsque la virée entre chasseurs tourne mal, le récit réaliste se ponctue du monologue d'un lapin de garenne philosophe. Le metteur en scène Wajdi Mouawad, qui définit l'artiste comme "un scarabée qui trouve, dans les excréments mêmes de la société, les aliments nécessaires pour produire les oeuvres", est aussi auteur. Il signe Anima chez Actes Sud, où se croisent les monstres humains et les animaux sauvages ou domestiques qui prennent alors le relai de la narration. Pim, le héros de Comme une bête (Gallimard) de Joy Sorman, a une passion pour les vaches et suit une formation de boucher, détaillant l'anatomie bovine et malaxant la chair sanguinolente. Une chair animale que l'on retrouve chez Pauline Klein (Fermer l'oeil la nuit, Allia), qui met en scène un artiste créant à partir de viande avariée.

L'AUTEUR EST ACTEUR

La scène est un nouveau territoire du romancier. On sait l'importance des lectures publiques pour une auteure comme Emmanuelle Pireyre qui publie Féerie générale (L'Olivier), où elle radiographie la société contemporaine. Quatre pièces de théâtre de romanciers sont montées à la rentrée et éditées en parallèle. Flammarion diffuse Divorce party et Le lien, d'Amanda Sthers, joués à Paris en septembre, ainsi que la version théâtrale des Derniers jours de Stefan Zweig de Laurent Seksik, qui sera porté à la scène au théâtre Antoine, avec Patrick Timsit et Elsa Zylberstein, mis en scène par Gérard Gelas (qui a reçu un Molière en 2010 pour Confidences à Allah). Tout mon amour de Laurent Mauvignier (Minuit) sera créé par le collectif Les Possédés au théâtre Garonne à Toulouse en octobre, puis au théâtre de la Colline à Paris et dans sept autres lieux.

DES LIBRAIRES RETOURNENT À LA TERRE

Claudie Hunzinger - Photo JÉRÔME BONNET

C'est l'histoire d'un couple de libraires d'occasion qui fait faillite et se voit contraint de s'exiler au fin fond des Vosges. Roman sur la perte mais aussi sur le désir de vivre, La survivance de Claudie Hunzinger (Grasset) parle "du pouvoir des livres dans notre vie. Aujourd'hui. En pleine crise. Quand il ne s'agit plus que de se battre pour vivre, que peuvent encore les livres ? Où est leur puissance ?, écrit l'auteure dans son texte de présentation. J'ai aussi voulu interroger la menace qui pèse sur l'édition avec l'arrivée du numérique. Le "bannissement"

d'un couple de libraires, vendeurs de livres d'occasion, forcés de s'exiler dans une ruine appelée la Survivance, en est la métaphore". Artiste plasticienne, Claudie Hunzinger, qui signe là un deuxième roman empreint de poésie et de rudesse, a fait des livres la matière de nombreuses créations, dont des livres d'artiste et une série intitulée Les bibliothèques en cendres.

Léger recul des premiers romans

Un peu moins nombreux cette année, les nouveaux auteurs sont majoritairement masculins, ce qui change la tendance esquissée à la rentrée dernière.

Avec 69 premiers romans français contre 74 en 2011, les éditeurs jouent la prudence, à l'exception de Gallimard qui s'engage avec 5 titres contre 3 l'an dernier. Grasset maintient un unique ouvrage à son programme. Le Seuil, Actes Sud, Héloïse d'Ormesson, Le Cherche Midi, Denoël et d'autres n'en publient aucun. Quant à Erick Bonnier, directeur littéraire d'Encre d'Orient, il en profite pour lancer une nouvelle maison qui porte son nom avec le premier roman de Marie-Christine Saragosse, Temps ensoleillé avec fortes rafales de vent. Si l'année dernière, à la même période, la parité était quasi atteinte, l'écart se creuse à nouveau entre romanciers et romancières, et on revient à l'étiage habituel de deux tiers d'hommes et un tiers de femmes. La plus jeune a 21 ans (Chloé Schmitt, Les affreux, Albin Michel) et les plus âgés sont trois natifs de 1950 (L'Harmattan, LME et Luce Wilquin). Les thèmes préférés de ces romanciers s'articulent autour de la famille, la folie, la culture et les nouvelles technologies comme agents de transformation de la société.

HISTOIRES DE FAMILLE

Les nouveaux auteurs s'inspirent d'abord de leur vie, et la famille reste un des principaux ressorts de cette rentrée. Samuel Doux donne à son narrateur un point de vue critique sur le poids des origines, la mémoire et sa transmission dans Dieu n'est même pas mort (Julliard).

Au Passage, Que nos vies aient l'air d'un film parfait, par Carole Fives, est une intrigue sur l'amour entre un frère et une soeur qui vivent différemment le divorce de leurs parents dans les années 1980.

Manuel Candré signe Autour de moi (Joëlle Losfeld), dans lequel un petit garçon solitaire devenu adulte raconte ses souvenirs avec ses grands-parents qui l'ont gardé après la mort prématurée de sa mère, laissant veuf un père alcoolique et brutal.

Parmi les curiosités de la rentrée, Jérôme Duhamel, petit-fils de Georges Duhamel, poursuit la saga de son grand-père, Le clan Pasquier, vendue en France à plus de 3 millions de volumes et dans 40 traductions, avec L'heure où les loups vont boire (Flammarion).

Folie douce.Emmanuelle Guattari, fille de Félix, psychanalyste et codirecteur de la clinique psychiatrique de La Borde où elle a passé son enfance au début des années 1960, évoque avec tendresse ses souvenirs dans La petite Borde (Mercure de France). Des inconnus dans les couloirs, par Jan Marejko, suit les tribulations de Bogdan, de sa femme internée à Genève et de sa maîtresse (Slatkine).

Chez Minuit, Julia Deck publie Viviane Elisabeth Fauville, où une femme de 42 ans assassine son psychanalyste avec un couteau de cuisine offert par sa mère en cadeau de mariage. La mort est aussi présente dans Les pieds nus de Marie Simon (Léo Scheer), qui explore les sentiments d'une femme de marin devenue veuve.

ARTS ET LETTRES.

La narratrice de Julien Dufresne-Lamy partage son existence tourmentée dans une famille brisée, mais sauvée par la lecture : Dans ma tête, je m'appelle Alice (Stock) évoque la princesse de Clèves, Emma Bovary, Le Petit Nicolas... Makenzy Orcel livre Les immortelles (Zulma), une mise en abîme de l'écriture à travers un personnage d'écrivain qui, en échange des faveurs d'une rescapée, rend hommage aux prostituées mortes après le séisme de Port-au-Prince.

La journaliste de cinéma Caroline Vié évoque dans Brioche (JC Lattès) l'illusion amoureuse d'une femme critique de 7e art à travers sa passion pour un acteur hollywoodien. L'homme politique Bruno Le Maire met en scène un chef d'orchestre dans Musique absolue : une répétition avec Carlos Kleiber (Gallimard). Strummerville de Bruno Clément-Petremann est un hommage à Joe Strummer, le leader du groupe punk rock The Clash. Le livre a reçu le prix Première impression, lancé en septembre 2011 par les éditions La Tengo avec Le Mouv' pour récompenser un auteur jamais publié.

CONTEMPORAINS

uelques titres se démarquent par leur ancrage particulièrement contemporain. Ainsi, Pascal Guillet propose le journal d'un trader français installé à Londres, inspiré de sa propre vie, Branta Bernicla (Verticales). Aurélien Bellanger se lance dans La théorie de l'information (Gallimard), épopée économique française de l'invention du Minitel à l'arrivée des terminaux mobiles, ou encore de l'apparition d'Internet au Web 2.0.

Domaine étranger : une rentrée latino-américaine

Auteurs latino-américains et nord-américains seront les invités du 6e Festival America : l'occasion pour les éditeurs de les publier à la rentrée.

L'Argentine Elsa Osorio publie son 5e roman chez Métailié le 23 août. - Photo DANIEL MORDZINSKI

Pour fêter ses 10 ans, le 6e Festival America, qui se déroule du 20 au 23 septembre, a décidé d'ouvrir pour la première fois la liste de ses invités aux auteurs d'Amérique latine. L'éditeur vedette en sera incontestablement Anne-Marie Métailié, qui ne compte pas moins de 12 écrivains invités, dont le plus célèbre d'entre eux, le Chilien Luis Sepúlveda (le recueil Dernières nouvelles du Sud est paru en avril). Elle publiera trois nouveautés à la rentrée : La Capitana de l'Argentine Elsa Osorio, un roman mettant en scène une militante des années 1930, Mika ; Hôtel Brasilia du Brésilien João Almino, une fiction avec pour toile de fond la construction de la capitale entre 1956 et 1960 ; et L'art de la résurrection du Chilien Hernan Rivera Letelier, prix Alfaguara 2010, dont les héros prêchent la fin du monde... Et elle reprendra des titres d'Eugenia Almeida (Argentine), Bernardo Carvalho et Luiz Ruffato (Brésil).

La rentrée littéraire est aussi l'occasion de découvrir d'autres auteurs, également invités d'America, comme le Chilien Alejandro Zambra et ses Personnages secondaires, dont le héros joue les espions pendant la dictature de Pinochet (L'Olivier) ; le Colombien Juan Gabriel Vasquez avec Le bruit des choses qui tombent, qui raconte l'amitié entre Antonio, un jeune professeur de droit, et le mystérieux Ricardo Laverde, tous deux victimes d'une fusillade (Seuil) ; le Cubain Abilio Estevez, avec Le danseur russe de Monte-Carlo, l'histoire d'un universitaire cubain qui décide de disparaître à Barcelone (Grasset) ; ou le Guatémaltèque Rodrigo Rey Rosa, avec Manège, un thriller plein de violence avec une histoire de famille et un étalon carbonisé... (Gallimard).

S'ils ne sont pas invités à America, signalons que les Colombiens Andrés Caicedo Estela, avec une ode à la musique des années 1960 et 1970 dans la ville de Cali (Que viva la musica !, Belfond), Tomás González (L'histoire d'Horacio, Carnets Nord) et Sergio Alvarez, qui raconte l'histoire de la Colombie et de la drogue (35 morts, Fayard), seront aussi traduits à la rentrée. Comme les Mexicaines Ana Clavel, qui écrit sur la jeunesse du peintre Giotto (Le dessinateur d'ombres, A. Carrière), et Elena Poniatowska, qui a jeté son dévolu sur Leonora Carrington, l'égérie des surréalistes (Leonora, Actes Sud) ; et la Cubaine Zoé Valdés (L'Ange bleu, Hermann).

Le Festival America n'en oublie pas pour autant les auteurs nord-américains. Aussi retrouvera-t-on dans la rentrée littéraire les Américains Teju Cole (Open city, Denoël), Jonathan Dee (La fabrique des illusions, Plon), Jennifer Egan (Qu'avons-nous fait de nos rêves ?, prix Pulitzer 2011, Stock), Louise Erdrich (Le jeu des ombres, et un recueil de nouvelles, La décapotable rouge, chez Albin Michel), Nick Flynn (Contes à rebours, Gallimard), Aleksandar Hemon (L'amour et autres obstacles, Laffont), Rebecca Makkai (Chapardeuse, Gallimard), Toni Morrison (Home, Bourgois), Julie Otsuka (Certaines n'avaient jamais vu la mer, Phébus), Annie Proulx (Bird cloud, Grasset), Adam Ross (Ladies & gentlemen que 10/18 publie en grand format), Karen Russell (Swamplandia, Albin Michel), Darin Strauss (La moitié d'une vie, Rivages), Héctor Tobar (Printemps barbare, Belfond). Sans oublier les Canadiens David Bezmozgis (Le monde libre, Belfond), Michael Christie (Le jardin du mendiant, Albin Michel) et Dianne Warren (Cool water, Presses de la Cité)

5 autres titres à ne pas manquer

Une place à prendre (Grasset)

Très attendu, le premier roman pour les adultes de la créatrice d'Harry Potter bénéficie d'une sortie mondiale le 23 septembre. Dans une ambiance toute britannique, J. K. Rowling met en scène la bourgade de Pagford, son abbaye, ses cottages et sa place du marché pavée, soumise à une onde de choc provoquée par la mort soudaine du conseiller Barry Fairweather...

CHUCK PALAHNIUK

Snuff (Sonatine)

L'auteur de Fight club (Gallimard) arrive chez Sonatine avec un roman "trash" et... pornographique dont on devrait parler à la rentrée. Snuff met en scène Cassie Wright, star du porno, qui décide de mettre fin à sa carrière en couchant devant les caméras avec six cents hommes en une seule nuit... Gare aux numéros 72, 137 et 600 !

SALMAN RUSHDIE

Joseph Anton (Plon)

Joseph Anton est le pseudonyme choisi par Salman Rushdie, en hommage à Joseph Conrad et Anton Tchekhov, ses écrivains préférés, pendant ses années de clandestinité, après la fatwa lancée contre lui par Khomeyni le 14 février 1989. L'auteur des Versets sataniques raconte le changement d'identité, le quotidien sous surveillance, sa lutte auprès des médias et des politiques pour retrouver la liberté.

MICHAEL ONDAATJE

La table des autres (L'Olivier)

L'auteur du Patient anglais poursuit son aventure de "fiction autobiographique". La table des autres est un roman d'apprentissage qui raconte le voyage du jeune Michael, 11 ans, en paquebot, de Colombo (Sri Lanka) jusqu'en Angleterre. En compagnie de ses amis Ramadhin et Cassius, il fait des bêtises, découvre l'amitié, les classes sociales, et l'amour... pour sa belle cousine Emily.

TONI MORRISON

Home (Bourgois)

Dans l'Amérique des années 1950, frappée par la ségrégation, Home raconte la traversée des Etats-Unis, de Seattle à Atlanta, de Frank Money, jeune soldat traumatisé par la guerre de Corée. C'est le dixième roman de Toni Morrison, prix Nobel de littérature 1993, qui sera l'invitée d'honneur du Festival America en septembre.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités