Jeunesse

Ecologie et représentativité au coeur des Assises de la littérature jeunesse 2021

Marion Jablonsky prononçant son discours de clôture

Ecologie et représentativité au coeur des Assises de la littérature jeunesse 2021

Pour sa troisième édition, les Assises de la littérature jeunesse ont accueilli plusieurs centaines de professionnels en présentiel et à distance. Une journée qui souhaitait favoriser une édition jeunesse "plus que jamais respectueuse des équilibres sociétaux et environnementaux." 

J’achète l’article 1.50 €

Par Pauline Gabinari,
Créé le 05.10.2021 à 17h02,
Mis à jour le 06.10.2021 à 11h20

Lundi 4 octobre se sont tenues les Assises de la littérature jeunesse. Au programme, plusieurs conférences et des lectures à haute voix pour mieux cerner les enjeux du genre. À cette occasion, la présidente du groupe jeunesse du Syndicat national de l'Edition (SNE) et directrice des départements jeunesse et bande dessinée d’Albin Michel, Marion Jablonski revient sur cette journée "riche pour la profession par son intensité et son utilité".

Ces Assises ont permis de revenir sur les impacts de la crise sanitaire. Qu'en est-il pour le secteur jeunesse ?
La crise sanitaire amène le secteur à travailler autrement. Il a dû trouver de nouvelles réponses pour rester créatif. Parmi les nombreuses initiatives, il y a eu des pépites comme les projets de Laurence Faron et de Nathalie Brisac qui proposaient des adresses directes aux familles afin de ne pas couper le lien entre enfant et livre. Toutes ces nouvelles réponses sont des modèles du genre et j'étais ravie de pouvoir les partager avec un large public.

La crise sanitaire fut aussi un moyen de mettre en lumière la précarité des auteurs selon certains intervenants...
Tout à fait ! Le covid a créé une situation d'urgence qui a fait avancer les choses notamment en ce qui concerne la précarité des auteurs. Pour autant, il reste encore de nombreuses choses à régler...

Parmi les thématiques abordées, la question de la représentation était au centre des débats. Que pouvez-vous en dire ?
La littérature jeunesse est un secteur où malheureusement les questions sociales ne sont pas encore au centre des préoccupations. Les Assises ont toutefois permis de mettre en valeur une vraie émulation. L'intervention de Laura Nsafou était par exemple très intéressante, car elle a permis d'ouvrir le débat sur la question de la non-représentation des minorités dans la littérature jeunesse. D'un point de vue sociétal, nous avons aussi abordé la question de la cancel culture et de la culture américaine. L'idée est de savoir comment trouver notre propre voix face à cette culture que nous ne pouvons pas absorber tel quel mais que nous ne pouvons pas non plus ignorer.

Ces Assises ont aussi été l'occasion de questionner l'impact écologique de l'édition grâce à l'intervention d'imprimeurs et de spécialistes de la distribution...
Oui, et j'ai d'ailleurs moi-même appris plein de choses ! Toute la partie production est beaucoup plus maîtrisée que ce que l'on croit. On a d'ailleurs la chance de fabriquer les livres dans des matériaux qu'il est possible de recycler et de nombreux circuits parallèles sont en place pour permettre cette revalorisation. Finalement, je crois que le plus gros déficit de ce secteur est sur l'information... Il est urgent que nous communiquions davantage là-dessus.

L'intégralité de la journée est à retrouver en replay sur le site du SNE et Youtube. L'événement a été réalisé en partenariat avec la BNF/Centre national de la littérature pour la jeunesse et soutenu par la Sofia.   
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités