Francfort 2022

« Every story matters » prône plus de diversité dans le livre à Francfort

« Every story matters » prône plus de diversité dans le livre à Francfort

© ED

« Every story matters » prône plus de diversité dans le livre à Francfort

Pour la première fois à Francfort, une conférence s’est tenue sur la diversité dans la littérature jeunesse à laquelle a notamment participé Peter Warwick, président de Scholastic. Si l’inclusion des minorités progresse plus ou moins vite dans les pays occidentaux, c’est un projet constant qui ne peut être traité ponctuellement par les éditeurs, ont soutenu les participants.

J’achète l’article 1.5 €

Par Éric Dupuy, à Francfort
Créé le 19.10.2022 à 16h11

Déjà présent l’an dernier avec des rencontres entre professionnels sur la diversité dans la littérature, l’organisme « Every story matters » a participé à la première conférence sur « la diversité dans la littérature jeunesse » qui s’est tenue mercredi 19 octobre à la Foire du Livre de Francfort.

Pendant trois heures, une douzaine d’intervenants ont échangé avec Lawrence Schimel, auteur et traducteur hispano-américain et une soixantaine de participants sur les capacités du monde de l’édition à intégrer plus de diversité dans les livres dédiés à la jeunesse.

« Pour créer la diversité, il faut être diversifié »

Pour ouvrir les débats, le président et CEO de Scholastic Peter Warwick a exposé sa vision de l’inclusion. Il dirige depuis 2021 la maison d’édition américaine fondée en 1920 spécialisée dans la littérature jeunesse, qui a notamment publié Harry Potter et Hunger Games aux Etats-Unis. Selon lui, « pour créer de la diversité, il faut être soi-même diversifié » explique-t-il en concédant qu’il a déjà organisé plusieurs séminaires sur le sujet avec ses équipes.

Le leader prône également la création d’un cercle vertueux avec le marketing et cette question fondamentale : « comment intéresser les enfants non-diversifiés à lire des livres inclusifs ? ».

« Every effort matters »

Selon les chiffres de 2019 diffusés par « Every story matters », 5% des livres au Royaume-Unis avaient un personnage principal issue d’une ethnie minoritaire alors que dans le même t

Lire la suite (680 caractères)

Les dernières
actualités